FYI.

This story is over 5 years old.

La mondialisation a-t-elle tué le R&B ?

Kenna confirme qu'il n'y aura plus jamais de « moment Michael Jackson » dans l'histoire de la pop culture.
Ryan Bassil
London, GB
29 novembre 2013, 12:00pm

Tout le monde parle d’un retour du R&B. Frank Ocean et The Weeknd ont marqué le départ de cette nouvelle lubie il y a quelques années avec

Nostalgia Ultra

et

House of Balloons

, et maintenant n’importe quel artiste avec un compte Soundcloud, deux ou trois photos de presse vintage et beaucoup de sentiments refoulés est présenté comme une nouvelle pierre à l’édifice R&B en pleine reconstruction. Dev Hynes vient de sortir un album avec plein de morceaux estampillés néo-R&B, Solange a semé l’afro-calypse avec

la meilleure chanson pop de 2012

et a enchaîné le mois dernier avec

une compilation R&B expérimentale

, et tout le monde a maintenant adopté ce son, des artistes Internet comme Majical Cloudz et Kelela aux poids lourds FM comme Robin Thicke et Janelle Monae. Même ce bon vieux Drake milite désormais pour ce néo-R&B.

Est-ce qu’on doit pour autant en conclure qu’on assiste à un nouvel âge d’or du R&B ? Ou les gens se réapproprient-ils tout simplement un truc déjà existant, en le faisant juste sonner différemment de ce qui sortait de

l'usine de Teddy Wiley

il y a vingt ans ? Est-ce qu'on peut faire mieux que Earth Wind and Fire ? Le R&B est-il mort avec Michael Jackson ? Doit-on se poser ce genre de questions ? J’ai appelé à la rescousse la sensation néo-R&B, Kenna, qui a travaillé entre autre avec les Neptunes, Nelly Furtado, Teddy Wiley et Justin Timberlake afin d’en savoir un peu plus.

Noisey : Kenna, sois franc avec moi, assistons-nous à un nouvel âge d’or du R&B ?

Kenna :

Je ne sais même pas si le R&B détermine encore un genre précis. Je crois que plus personne ne pense en terme de genre en général. La musique soul a vraiment gagné en qualité, et ça attire pas mal de gens. Tout fonctionne par cycle, si un truc devient chiant, un autre prend le relais. Tout le monde s’est un peu affolé avec l’EDM, tout allait tellement vite que, quand «

Suit and Tie

» est sorti, les gens se sont arrêtés net.

Ouais c’est vrai. Donc ce n’est pas une nouvelle ère, c’est juste Timberlake qui est venu rappeler à tout le monde ce que « soulful » voulait dire ?

Ouais. Et avant ça, c’était Frank Ocean et Miguel. Même l’album de Mark Ronson avait cette âme à l’intérieur. En Angleterre, tu as des artistes comme Tawiah. Mais il faut parfois qu'un émissaire, quelqu'un comme Justin, sorte un disque 2-step à 90bpm pour que tout le monde se pose et écoute.

Justin est donc ce qui existe de plus proche d'une icône R&B

à l’heure actuelle ?

Il y a Pharrell aussi. Juste après le disque de Justin, il y a eu « Blurred Lines » et pendant que le single tournait, Daft Punk a balancé « Get Lucky ». Il y a toujours eu un lien entre les parcours de Justin et Pharrell, et si tous les deux sont de retour, alors le R&B est de retour. Pharrell est le liant de tout ça. J’étais en studio quand j’avais 14 ou 15 ans et je regardais Pharell écrire « Rumpshaker ». C’était les années 90, et tout le monde maintenant se demande d’où vient ce son, mais le mec qui ravive la flamme est tout simplement le même qu’il l’a allumée avec Teddy Wiley à l’époque.

Mais le genre a évolué depuis ? Je ne vois pas comment le R&B pourrait aller plus loin que ce que le hip hop a déjà fait.

Il est avancé en terme de son, de technologie et de lyrics. Les gens écrivent des trucs qui ont plus de sens aujourd'hui. Tu crois qu’il y a dix ans un chanteur de R&B aurait écrit un morceau sur Coachella ? Maintenant tu as Frank Ocean qui le fait. Je participe aussi à ça depuis le début des années 2000. J'essaie d'aller au-delà des traditionnels sous-entendus sexuels, pour faire avancer la culture, mes amis, mes frères et mon futur. Il est aussi question de changer les mentalités, de raconter nos parcours, plutôt que de parler de telle meuf croisée la veille. En terme d’innovation sonore, il suffit juste d’écouter des gens comme Blood Orange, qui bosse d’ailleurs avec Solange.

J’ai l’impression que tout devient plus ouvert.

Tout évolue. Nous sommes à l’ère de la mondialisation, nous utilisons tous les mêmes technologies, le

crowdsourcing

, tout ce qui nous permet de mieux connaître le monde qui nous entoure. Tu peux vivre dans un quartier paumé en banlieue de Cincinnati et savoir ce qui se passe à l’autre bout du monde, voire même t’en inspirer.

C'est donc la mondialisation qui transforme le R&B ?

En ce moment, tu as des artistes comme Lion Babe avec

Treat Me Like Fire

. Ça sonne nouveau, elle parle de ce qui lui passe par la tête, et t’as vraiment l’impression de faire partie de son univers alors qu’elle est branchée sur 50 trucs en même temps. Et toi tu te dis : ok, je vais te suivre dans ton périple parce que je te trouve cool. Je pense que les médias utilisent maintenant le terme R&B pour essayer de délimiter ce dont on parle, ils ont besoin d’étiqueter les choses. Mais le R&B a depuis longtemps infiltré et imprégné tous les autres genres de musique, à différents degrés. Si tu écoutes le dernier disque de Passion Pit par exemple, c’est un pur disque de New Jack. Alors comment t’appelles ça, du R&B ? Bah oui, c’est autant R&B qu’autre chose !

Ouais ok, mais tu ne peux pas comparer ça à l’époque des stars R&B. Passion Pit et Solange ne sont pas Usher et En Vogue.

Nous n’atteindrons jamais plus ce degré de célébrité. Ça n’arrivera plus jamais. Michael Jackson a réuni des foules entières bien avant Internet, tout ça ne se reproduira jamais. Parce que maintenant on peut tweeter tout ce qu’on veut et on peut « liker » un truc comme ça, en passant, sans vraiment être

fan

. N’importe qui peut avoir 24 millions de followers, c’est pas un truc qui a du sens et qui compte, tout est différent maintenant.

Je ne suis pas de cet avis. C’est facile de blâmer Internet. Les icônes existent toujours. Kanye est une icône. Jay-Z et Lady Gaga aussi. Bon c’est vrai que le marché s’est ouvert. Mais le fait est que des milliers de gens deviennent dingues pour un morceau de Justin, et c'est un truc qu’on n'avait pas vu depuis des années.

Rappelle-toi aussi que c’est un artiste trans-médias. Il vient aussi d’une époque où Internet n’existait pas encore. Rappelle-toi de la fin des années 90, du début 2000, il faisait partie d’un boys band qui était énorme et Internet ne pesait rien encore.

C’est uniquement pour cette raison qu’on parle autant de lui ? Si Justified était sorti cette semaine, il n’aurait pas autant de succès, tu crois ?

Absolument. Mais peu importe, de toute façon, c’est lui le meilleur. On discute souvent de ça tous les deux, et on reconnaît qu’il y a des avantages à avoir débuté à une époque oùle public était plus exigeant, et le marché bien plus restreint. Au début des années 2000, 800 albums sortaient chaque semaine aux Etats-Unis, maintenant c’est un truc comme 8000.



Tout le monde parle d’un retour du R&B. Frank Ocean et The Weeknd ont marqué le départ de cette nouvelle lubie il y a quelques années avec

Nostalgia Ultra

et

House of Balloons

, et maintenant n’importe quel artiste avec un compte Soundcloud, deux ou trois photos de presse vintage et beaucoup de sentiments refoulés est présenté comme une nouvelle pierre à l’édifice R&B en pleine reconstruction. Dev Hynes vient de sortir un album avec plein de morceaux estampillés néo-R&B, Solange a semé l’afro-calypse avec

la meilleure chanson pop de 2012

et a enchaîné le mois dernier avec

une compilation R&B expérimentale

, et tout le monde a maintenant adopté ce son, des artistes Internet comme Majical Cloudz et Kelela aux poids lourds FM comme Robin Thicke et Janelle Monae. Même ce bon vieux Drake milite désormais pour ce néo-R&B.



Est-ce qu’on doit pour autant en conclure qu’on assiste à un nouvel âge d’or du R&B ? Ou les gens se réapproprient-ils tout simplement un truc déjà existant, en le faisant juste sonner différemment de ce qui sortait de

l'usine de Teddy Wiley

il y a vingt ans ? Est-ce qu'on peut faire mieux que Earth Wind and Fire ? Le R&B est-il mort avec Michael Jackson ? Doit-on se poser ce genre de questions ? J’ai appelé à la rescousse la sensation néo-R&B, Kenna, qui a travaillé entre autre avec les Neptunes, Nelly Furtado, Teddy Wiley et Justin Timberlake afin d’en savoir un peu plus.




Noisey : Kenna, sois franc avec moi, assistons-nous à un nouvel âge d’or du R&B ?
Kenna :

Je ne sais même pas si le R&B détermine encore un genre précis. Je crois que plus personne ne pense en terme de genre en général. La musique soul a vraiment gagné en qualité, et ça attire pas mal de gens. Tout fonctionne par cycle, si un truc devient chiant, un autre prend le relais. Tout le monde s’est un peu affolé avec l’EDM, tout allait tellement vite que, quand «

Suit and Tie

» est sorti, les gens se sont arrêtés net.



Ouais c’est vrai. Donc ce n’est pas une nouvelle ère, c’est juste Timberlake qui est venu rappeler à tout le monde ce que « soulful » voulait dire ?

Ouais. Et avant ça, c’était Frank Ocean et Miguel. Même l’album de Mark Ronson avait cette âme à l’intérieur. En Angleterre, tu as des artistes comme Tawiah. Mais il faut parfois qu'un émissaire, quelqu'un comme Justin, sorte un disque 2-step à 90bpm pour que tout le monde se pose et écoute.



Justin est donc ce qui existe de plus proche d'une icône R&B à l’heure actuelle ?

Il y a Pharrell aussi. Juste après le disque de Justin, il y a eu « Blurred Lines » et pendant que le single tournait, Daft Punk a balancé « Get Lucky ». Il y a toujours eu un lien entre les parcours de Justin et Pharrell, et si tous les deux sont de retour, alors le R&B est de retour. Pharrell est le liant de tout ça. J’étais en studio quand j’avais 14 ou 15 ans et je regardais Pharell écrire « Rumpshaker ». C’était les années 90, et tout le monde maintenant se demande d’où vient ce son, mais le mec qui ravive la flamme est tout simplement le même qu’il l’a allumée avec Teddy Wiley à l’époque.





Mais le genre a évolué depuis ? Je ne vois pas comment le R&B pourrait aller plus loin que ce que le hip hop a déjà fait.

Il est avancé en terme de son, de technologie et de lyrics. Les gens écrivent des trucs qui ont plus de sens aujourd'hui. Tu crois qu’il y a dix ans un chanteur de R&B aurait écrit un morceau sur Coachella ? Maintenant tu as Frank Ocean qui le fait. Je participe aussi à ça depuis le début des années 2000. J'essaie d'aller au-delà des traditionnels sous-entendus sexuels, pour faire avancer la culture, mes amis, mes frères et mon futur. Il est aussi question de changer les mentalités, de raconter nos parcours, plutôt que de parler de telle meuf croisée la veille. En terme d’innovation sonore, il suffit juste d’écouter des gens comme Blood Orange, qui bosse d’ailleurs avec Solange.



J’ai l’impression que tout devient plus ouvert.

Tout évolue. Nous sommes à l’ère de la mondialisation, nous utilisons tous les mêmes technologies, le

crowdsourcing

, tout ce qui nous permet de mieux connaître le monde qui nous entoure. Tu peux vivre dans un quartier paumé en banlieue de Cincinnati et savoir ce qui se passe à l’autre bout du monde, voire même t’en inspirer.



C'est donc la mondialisation qui transforme le R&B ?

En ce moment, tu as des artistes comme Lion Babe avec

Treat Me Like Fire

. Ça sonne nouveau, elle parle de ce qui lui passe par la tête, et t’as vraiment l’impression de faire partie de son univers alors qu’elle est branchée sur 50 trucs en même temps. Et toi tu te dis : ok, je vais te suivre dans ton périple parce que je te trouve cool. Je pense que les médias utilisent maintenant le terme R&B pour essayer de délimiter ce dont on parle, ils ont besoin d’étiqueter les choses. Mais le R&B a depuis longtemps infiltré et imprégné tous les autres genres de musique, à différents degrés. Si tu écoutes le dernier disque de Passion Pit par exemple, c’est un pur disque de New Jack. Alors comment t’appelles ça, du R&B ? Bah oui, c’est autant R&B qu’autre chose !





Ouais ok, mais tu ne peux pas comparer ça à l’époque des stars R&B. Passion Pit et Solange ne sont pas Usher et En Vogue.

Nous n’atteindrons jamais plus ce degré de célébrité. Ça n’arrivera plus jamais. Michael Jackson a réuni des foules entières bien avant Internet, tout ça ne se reproduira jamais. Parce que maintenant on peut tweeter tout ce qu’on veut et on peut « liker » un truc comme ça, en passant, sans vraiment être

fan

. N’importe qui peut avoir 24 millions de followers, c’est pas un truc qui a du sens et qui compte, tout est différent maintenant.



Je ne suis pas de cet avis. C’est facile de blâmer Internet. Les icônes existent toujours. Kanye est une icône. Jay-Z et Lady Gaga aussi. Bon c’est vrai que le marché s’est ouvert. Mais le fait est que des milliers de gens deviennent dingues pour un morceau de Justin, et c'est un truc qu’on n'avait pas vu depuis des années.

Rappelle-toi aussi que c’est un artiste trans-médias. Il vient aussi d’une époque où Internet n’existait pas encore. Rappelle-toi de la fin des années 90, du début 2000, il faisait partie d’un boys band qui était énorme et Internet ne pesait rien encore.



C’est uniquement pour cette raison qu’on parle autant de lui ? Si Justified était sorti cette semaine, il n’aurait pas autant de succès, tu crois ?

Absolument. Mais peu importe, de toute façon, c’est lui le meilleur. On discute souvent de ça tous les deux, et on reconnaît qu’il y a des avantages à avoir débuté à une époque oùle public était plus exigeant, et le marché bien plus restreint. Au début des années 2000, 800 albums sortaient chaque semaine aux Etats-Unis, maintenant c’est un truc comme 8000.





Bon, si l'on met de côté les artistes de l’ère pré-internet, est-ce qu’il y a encore des icônes musicales à l’heure actuelle ?

Ouais, Frank Ocean. Les gens l'adorent et il le mérite. Il redéfinit son époque. Ce n’est pas forcément dû à sa musique, c’est surtout le fait qu’il reflète l’époque dans laquelle on vit. Et c’est ça qui met les artistes au premier plan. Ce n’est pas uniquement parce qu’il a sorti un très bon album. C’est parce que c’est un artiste qui définit son époque. Et sans ça, soyons honnêtes, tu es fini.



C’est un peu dur, mais c’est vrai.

Tu peux être un mec hyper novateur sans que personne parle de toi, tu peux être extrêmement populaire à un moment de ta carrière sans jamais réellement marquer ton époque. Pour atteindre ce résultat il te faut un son bien particulier, à la Death Grips, un succès foudroyant, à la Katy Perry, et proposer quelque chose qui modifie le cours de la pop culture et fasse de toi un archétype culturel. Si tu réunis tous ces éléments, tu peux éventuellement aboutir à un « moment Michael Jackson ». Et on n’a pas assisté à ça depuis longtemps.



Qui s’en approche le plus, selon toi ?

Je vais encore dire Justin. C’est la seule personne qui arrive à se réinventer tout en continuant à marquer profondément la pop culture. Après, pour moi ça restera toujours Jackson et Hathaway et Stevie Wonder, mais ça peut être aussi Bono et les Talking Heads, Bowie et David Byrne. Ou d’autres. Mais pour répondre à ta question – est-ce qu'on assiste à un nouvel âge d’or du R&B ? Oui. Carrément.




Ryan est sur Twitter: @RyanBassil

Bon, si l'on met de côté les artistes de l’ère pré-internet, est-ce qu’il y a encore des icônes musicales à l’heure actuelle ?

Ouais, Frank Ocean. Les gens l'adorent et il le mérite. Il redéfinit son époque. Ce n’est pas forcément dû à sa musique, c’est surtout le fait qu’il reflète l’époque dans laquelle on vit. Et c’est ça qui met les artistes au premier plan. Ce n’est pas uniquement parce qu’il a sorti un très bon album. C’est parce que c’est un artiste qui définit son époque. Et sans ça, soyons honnêtes, tu es fini.

C’est un peu dur, mais c’est vrai.

Tu peux être un mec hyper novateur sans que personne parle de toi, tu peux être extrêmement populaire à un moment de ta carrière sans jamais réellement marquer ton époque. Pour atteindre ce résultat il te faut un son bien particulier, à la Death Grips, un succès foudroyant, à la Katy Perry, et proposer quelque chose qui modifie le cours de la pop culture et fasse de toi un archétype culturel. Si tu réunis tous ces éléments, tu peux éventuellement aboutir à un « moment Michael Jackson ». Et on n’a pas assisté à ça depuis longtemps.

Qui s’en approche le plus, selon toi ?

Je vais encore dire Justin. C’est la seule personne qui arrive à se réinventer tout en continuant à marquer profondément la pop culture. Après, pour moi ça restera toujours Jackson et Hathaway et Stevie Wonder, mais ça peut être aussi Bono et les Talking Heads, Bowie et David Byrne. Ou d’autres. Mais pour répondre à ta question – est-ce qu'on assiste à un nouvel âge d’or du R&B ? Oui. Carrément.

Ryan est sur Twitter: @RyanBassil