La mixtape Catch The Throne est l'équivalent sonore d'un T-shirt avec des loups

Big Boi, Wale et Common ont sorti leur dico de rimes afin de voir ce qui pourrait coller avec « Khaleesi »

|
11 Mars 2014, 3:45pm


On a passé ces derniers jours à écouter la mixtape Catch The Throne, un hommage en dix titres à l'univers de Game Of Thrones, pour lequel des rappeurs tels que Big Boi, Wale et Common ont sorti leur dico de rimes afin de voir ce qui pourrait coller avec « Khaleesi ». Chaque morceau est introduit par un dialogue tiré de la série, on a droit à un reggaeton de Daddy Yankee dans lequel sont casées des métaphores sur le Dieu Noyé et le Mur, et puis, il faut bien le reconnaître : quoi de plus cool que des rappeurs qui parlent de dragons ? Rien, bien sûr. Et au rayon « punchlines hasardeuses », Big Boi nous a gratifiés d'un superbe : « J'emmerde les Lannisters et tous ceux qui sont avec eux / Jon Snow et la Garde de Nuit vont glisser du fer en eux. »



Alternant le très bon et l'incroyablement mauvais, cette mixtape parvient néanmoins à livrer un truc honnête sur la culture geek et montre la façon dont Game Of Thrones a réussi à entraîner cet univers dans les limbes du mainstream. Je ne me rappelle pas vraiment d’une période durant ma post-adolescence où aimer des trucs comme les comics, les jeux vidéos et tout ce qui a un rapport avec la sorcellerie était compatible avec une vraie vie sociale. Pour les gens de la génération précédente, jouer à Donjons & Dragons était synonyme d'un aller simple pour la Planète Puceau. Si les geeks s'engueulent facilement quand il s'agit de savoir qui est un vrai nerd et qui n'en est pas un – puisque apparemment, il existe de faux gamers – ils sont carrément prêts à partir en croisade quand leur délire se fait coloniser par des gens qui ne sont pas totalement drogués à World Of Warcraft et qui n'ont jamais eu à traverser un océan d'ordures pour prouver leur dévouement à la Cause – la Cause = une addiction radicale aux épées virtuelles.

Les nerds vivaient pour ce genre de conneries. Ils en étaient fiers. Ils portaient des T-shirts Green Lantern même s’ils se faisaient traiter de puceaux, ils trainaient dans les magasins de comics et débattaient bruyamment sur la sémantique des incantations et des sortilèges. Ce n'était pas grand chose, non, mais c'était leur identité, leur façon d’affirmer « Voilà ce que j'aime et il n'y a rien que tu puisses faire pour changer ça ». C’est dans cet esprit que ces rappeurs se sont réunis pour balancer tout un tas d'allusions au mariage rouge, aux marcheurs blancs et évidemment au jeu des trônes en lui-même. Ils ont tout simplement essayé de pondre un truc cool pour justifier leur amour pour cette série, qui est objectivement incroyable – même si c’est surtout grâce à la thune que la chaine HBO a injecté dedans – et finissent, à l'arrivée, par passer pour une belle bande de nerds. Les enfants de Big Boi se foutront probablement de sa gueule dans quelques années. Mais honnêtement, c'est super puissant. Quan don aime, on a jamais besoin de s'excuser, et il n'y a aucune gêne dans la voix de Wale quand il lâche « Je suis comme un Lannister / Je domine mon fief, de sept royaumes » (même si à la base c'était plutôt : « Je suis comme un Lannister / Je baise ma sœur, je n'ai pas de main »)

Cette mixtape est l'équivalent sonore d'un t-shirt de loup et ça prouve que si les rappeurs – les plus cools représentants du mainstream, selon une étude que je viens juste de sortir de mon cul mais qui est probablement vraie si on considère que Glee est légitimement populaire – sont d'accord pour jouer sur ce terrain, la culture nerd a probablement traversé le Styx dans l’autre sens pour débarquer sur les plaines du Cool. Ne vous méprenez pas : c'est toujours la honte de parler de dragons, mais désormais, cette honte est socialement acceptée. Je retire ce que j'ai dit : les enfants de Big Boi kifferont probablement le fait que leur père ait rappé sur Game Of Thrones, même s'il ne les laissera jamais regarder les scènes de cul. Ceci étant dit, j'aimerais souligner qu'il manque un morceau à cette mixtape.


Le placard de Jeremy Gordon est rempli de t-shirts avec des loups. Il est sur Twitter - @jeremypgordon