Publicité
Noisey

À la rencontre des fans de Muse

Qui sont-ils vraiment ? D'où viennent-ils ? Quels sont leurs codes ?

par Daisy Jones
06 Avril 2016, 12:25pm


Toutes les photos sont de Shauna Keane

J'ai de vagues souvenirs de la période où « j'écoutais Muse », comme on écoute la radio dans un taxi, ou le bruit d'une machine à laver, j'était alors pré-ado, c'était le début des années 2000, la rage que dégageait le riff d'intro de « Plug in Baby » me boostait chaque matin dans le bus scolaire, et le petit visage étrange de Matt Bellamy, loin de me séduire, ne me laissait pas non plus totalement indifférente. Mais après mes 15 ans, mes potes et moi sommes passés à autre chose. Leur théâtralité constante, leur commentaire social en 6 couplets / 3 refrains, leurs lunettes Aviator suspendues sur le V de leurs pulls Celio... C'en était trop pour moi, et peut-être par arrogance, j'ai décrété ce jour-là que tout mon entourage devait également arrêter d'écouter cette merde.

Et pourtant. Ce trio originaire du Devon, au sud ouest de l'Angleterre, n'a jamais cessé d'exister. Ils sont là depuis deux décennies maintenant, et ont sept albums à leur actif, SEPT. La semaine dernière, le festival Glastonbury a annoncé que Muse serait en tête d'affiche de l'édition 2016 pour la troisième fois consécutive et personne n'a pris la peine de lancer une pétition pour stopper ça. Leur tournée actuelle a déjà amassé plus de 20 millions d'euros rien qu'avec la vente de tickets, sur 131 concerts programmés, CENT-TRENTE-ET-UN. Muse est devenu un investissement plus que rentable dans le circuit des bookeurs. Matt Bellamy, un homme qui pense que les êtres humains sont des esclaves génétiquement conçus par les Aliens et que la Reine d'Angleterre est une reptilienne, est plus big qu'il ne l'a jamais été.

J'ai dû louper un truc, parce que tout le monde vous le dira, les chiffres ne mentent pas. Ils doit y avoir de très sérieux fans de Muse dans ce bas monde. Le mec en face de vous dans ce café en est peut-être un, la fille qui fume dehors aussi, peut-être vous-même, qui sait ? Personne n'est à l'abri. Les fans de Muse sont partout, même si je n'ai aucune idée de leur mission. Pour en savoir plus, je me suis rendu à l'O2 Arena de Londres où le groupe donnait un concert à guichet fermé pour discuter avec les fans ayant fait le déplacement, afin de comprendre leur passion, et avec la volonté naïve découvrir pourquoi Muse avait désormais autant de succès que l'eau de source.

RENATAS, 22 ans

Noisey : Comment as-tu découvert Muse ?
Renatas : Un soit où je traînais sur YouTube, j'étais très jeune et je me suis demandé « Oooh, c'est quoi la musique de fond dans cette vidéo sur les illuminati ? » et je me suis rendu compte que c'était leur morceau « Uprising ». J'étais à fond sur ces chaines YouTube qui te mettent le cerveau à l'envers en te montrant tout ce qui se passe réellement dans le monde.

Ok, donc Muse font partie de la galaxie Illuminati.
Il y a des théories sur le fait qu'ils contrôlent le monde et tout, ou qu'ils résolvent les problèmes et apportent leur aide aux gens.

Muse sont en train de sauver le monde ?
Ouais, on peut dire ça comme ça.

Tu ressens quoi quand tu écoutes Muse ?
Ils font des chansons pour les guerriers. Genre « Unissons-nous ! Tuons ces méchants ! Dites-leur que je ne céderai pas ! Dites-leur que je combattrai jusqu'à mon dernier souffle ! »

Cool.

[À ce stade de l'interview, j'ai décidé de poursuivre mon chemin car Renatas était en train de faire des hi-kicks, son paquet de Doritos à la main. J'étais plutôt déçue que mon stéréotype du fan lambda de Muse se soit vérifié si vite dans la réalité. J'étais venue là pour être contrariée - pas pour recevoir un écho à mes idées préconçues. Si c'était réellement ça les fans de Muse, le malaise était bien pire que je me l'imaginais. Puis je suis tombé sur Sam, qui avait l'air plutôt sain, et était ouvert à la discussion.]

SAM, 21 ans

Noisey : Salut. Comment es-tu devenu fan de Muse ?
Sam : Alors déjà, on les entend tout le temps à la radio parce qu'ils sont très populaires, mais je crois que je n'ai écouté leur discographie entière que l'année dernière. Leur musique est très contemplative et critique envers la société - surtout leur nouvel album, Drones, qui parle du fait que nous sommes tous devenus des drones dénués d'esprit. C'est la première fois que je vois Muse en concert et c'était un de mes rêves. On m'a offert la place pour mon 21ème anniversaire.

Quel est ton album préféré et pourquoi ?
Black Holes and Revelations parce que c'est la meilleure musique pour faire du sport. Quand je suis dehors à vélo et que j'ai besoin d'énergie, ça me booste vraiment.

On a appris que Matt Bellamy avait trompé Kate Hudson. Ton opinion là-dessus ?
Je ne crois pas à tous ces potins de stars. Je pense que les célébrités ont déjà suffisamment de mal à mener leurs vies personnelles pour en rajouter. Laissez les vivre. Les relations finissent souvent mal de toute façon.

Bonne réponse.


[Les jeunes fans de Muse existent donc. Même si celui-là était venu avec ses potes pour passer un bon moment. J'ai décidé ensuite de passer au niveau supérieur de fandom en interrogeant directement des fans arborant des T-shirts à l'effigie de leur idole.]

CARL, 32 ans

Noisey : C'est la première fois que tu vois Muse ?
Carl : Non, la quatrième.

Tu te considères comme un superfan ?
Non, mais je les suis depuis 2004.

Tu vas aller les voir à Glastonbury cette année ?
Non, Glastonbury est trop bondé pour moi, je préfère les voir dans un festival comme le Download.


[Carl semblait agacé que je lui parle, ce que j'ai trouvé un peu déplacé de sa part parce que bon, quand tu portes un T-shirt de Muse à un concert de Muse, c'est une invitation à parler de ta passion commune avec d'autres fans de Muse, non ? J'ai réalisé à ce moment que la majorité du public de Muse était composé d'hommes. Des armés de mecs blancs, hétéro, en GAP de la tête au pied, trinquant à la bière, résolument contents d'aller voir un concert de Muse tous ensemble. Puis je suis tombé sur Sophie, qui était venue seule.]

SOPHIE, 25 ans

Noisey : C'est ta première fois ?
Sophie : Non, ce sera la 19ème fois que je les vois.

Wow, là on parle sérieux. Pourquoi tu les as vus autant de fois ?
Je les trouve hyper dynamiques. Il se passe toujours plein de choses sur scène avec eux. J'aime leur scénographie et les lumières. Je bosse moi-même sur les lumières dans un théâtre alors je trouve ça super intéressant. Evidemment, la musique est bonne aussi, sinon je n'irai pas les voir.

Ça doit être chiant quand même de revoir le même groupe encore et encore, non ?
Non, du tout. Je les ai suivis en tournée. Je les ai vus plusieurs fois d'affilée dans des villes différentes pour voir à quel point le lieu pouvait modifier les caractéristiques de leur concert. Je suis certainement la personne qui est allée les voir le plus de fois en concert pour leur scéno.

Je me demande combien de gens vont voir Muse pour la scénographie... Peu importe, quel est ton meilleur souvenir d'eux ?
Pour être honnête, je suis passée par une phase dépressive, comme beaucoup de gens. J'étais dans une gare, prête à me jeter sur les rails, et j'ai mis Muse dans mes écouteurs... Je me suis alors dit « Tu sais quoi ? Il y a trop de bonnes choses dans la vie, tu ne devrais pas laisser passer ça. » Voilà mon dégré d'attachement à Muse.

Wow. C'est puissant en effet.
Ouais, à ce moment précis, ils m'ont sauvé la vie.

Amuse-toi bien ce soir.


[Pas besoin de préciser que je me suis sentie bien couillonne après ma conversation avec Sophie. Son amour pour Muse était indiscutable. Pour moi, leur musique en Full HD avec ses refrains épiques a toujours sonné comme une sorte de publicité pour des fournisseurs d'accès à Internet, mais pour Sophie, Muse lui ont donné la force de continuer à vivre et lui ont montré la petite lumière au fond du tunnel. Respect. Sa sincérité a pulvérisé mon ironie mal placée sur le moment. Je suis carrément passée par une phase de remise en question avant que je ne croise ce couple qui avait fait le voyage depuis Norwich pour voir le groupe.]

LIZ & DAVE, 58 & 65 ans

Noisey : Pourquoi êtes-vous d'aussi grands fans de Muse ?
Liz : J'adore leur musique, ils ont toujours sorti de bons albums, et c'est la troisième fois qu'on les voit en live.

Vous les écoutez combien de fois par semaine ?
Liz : Tous les jours. En allant au boulot et en rentrant à la maison.

Vous ressentez quoi au son de leur musique ?
Liz : Je me sens bien et heureuse. Leur show de lumières est bon en plus, n'est-ce pas ? Dis quelque chose, Dave.
Dave : Ouais, ils ont un bon jeu de lumières. Ils n'ont cessé de se bonifier avec le temps. On les a déjà vus deux fois à Wembley.

Vous seriez étonnés de savoir combien de gens, comme vous, m'ont dit à quel point ils aimaient la scénographie de Muse et leur jeu de lumières.


[J'étais sur le point de m'effacer et de laisser le public s'amasser à l'intérieur pour recevoir une volée de riffs extra-terrestres quand j'ai entendu une bande de mecs brailler, en se tapant sur le torse et en s'aspergeant les pieds de Jack Daniels. J'ai été attirée vers eux comme un aimant.]

LAWRENCE, 23 ans

Noisey : Hey ! Ca roule ?
Lawrence : Je tiens à m'excuser – je suis un peu pompette. Je suis venu ici avec mon père et mon frère, on bouge toujours aux concerts ensemble et on picole. La dernière qu'on est venus à l'O2 c'était pour voir Black Sabbath.

Quelle est la difference entre un concert de Muse et de Black Sabbath ?
Je ne sais pas, on s'en tape un peu. C'EST DE LA MUSIQUE LIVE QUOI !

Ça fait combien de temps que tu écoutes Muse ?
Depuis le collège, vraiment. Je suis devenu fan quand ils ont commencé à être vraiment gros. Quand j'étais gosse, je me levais très tôt pour distribuer les journaux et j'avais l'habitude de mater Scuzz et Kerrang! le matin. C'est là que j'ai vu Muse pour la première fois.

Donc c'est un amour basé sur la nostalgie ?
Ouais, carrément. Dès que t'entends la première note, tu sais que c'est Muse. Et le fait qu'un trio possède un son aussi massif n'est pas courant.

Si Matt Bellamy mourrait sur scène ce soir et qu'il fallait le remplacer, tu choisirais qui ?
Personne ne pourrait le remplacer.


[C'est pile à ce moment que le père de Lawrence, Darrel, a fait son apparition.]

DARREL, 47 ans

Noisey : Hey ! Qu'est ce qui t'amène ?
Darrel : Mes fils m'ont offert la place à Noël, donc je suis à un concert avec mes gars. C'est la première fois qu'ils me payent pour aller à un concert !

Qui est le plus gros fan de Muse, toi ou tes fils ?
Mes fils. Ils essaient de m'éduquer après les avoir moi-même éduqués. Le premier concert auquel ils m'ont emmené c'était Madness, et ensuite Bad Manners à Butlins. Ensuite, je les ai emmené à mon tour voir AC/DC, Iron Maiden et Trivium. Je voulais les élever dans le culte du metal et du rock.

Tu penses que Muse font partie de toutes ces légendes ?
Hmmm, je penses qu'il faudra que je leur fasse quand même écouter « Psycho Killer » après le concert !

Merci Darrel, à plus tard.

Alors que je quittai le Nord de Greenwich (qui pour ceux qui ne connaissent pas est une version froide et pauvre de Dubai), j'ai réalisé que je ne comprendrai certainement jamais ce qui attire autant chez Muse. Je ne sais pas si je suis sortie grandie de cette expérience. Qu'est ce que je peux en conclure ? Que ce groupe plaît aux mecs qui adorent citer des passages de Big Bang Theory et faire de l'air guitar sur leur lit, OK, mais pas que, une foule très variée de gens était présente à ce concert. Le consensus général était que Muse donnait de l'énergie à ses Musers (je les appelle ainsi mais les fans de Muse ne supporteraient sûrement pas ce sobriquet). Muse aide les gens à traverser les moments difficiles, les coups bas de la vie. Les parents viennent voir Muse avec leurs enfants, afin de resserer les liens. Les couples se sentent heureux au son de Muse, et asisster à leur concert ensemble renforce leur amour. Certains viennent pour les riffs, beaucoup viennent pour les lumières, quelques uns viennent pour Matt Bellamy. Les fans de Muse sont comme n'importe quels autres fans en fait. Je n'aurais jamais pensé dire ça un jour mais bon : levons nos verres pour Muse.


Daisy est sur Twitter.