Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Music by VICE

Ata Kak - « Obaa Sima »

Le meilleur album de house du Ghana, sorti dans l'anonymat total en 1994, vient d'être remasterisé et on vous le fait écouter en intégralité.

par Rod Glacial
27 Février 2015, 10:30am

Brian Shimkovitz est un fada de musique africaine et du support cassette. En 2011, après de multiples séjours au Ghana et de retour à New York, il fonde un label intelligemment baptisé Awesome Tapes From Africa (qui fait suite à son blog du même nom créé en 2006). Aujourd'hui, il a déjà sorti une douzaine de références allant de la pop locale à l'afro-disco, sous influence highlife, la bande-son calypso-jazz du panafricanisme née au Ghana au début du 20ème siècle. Et sa dernière sortie explose tout.

Ata Kak, Yaw Atta-Owusu de son vrai nom, est né en 1960 à Kumasi. Après des études au prestigieux lycée Mfantsipim de Cape Coast, il devient serveur au club de golf local, puis se marie et rejoint sa femme en Allemagne en 1985 (on ne rentrera pas dans les détails). Il zappe l'université, fait un enfant et devient fermier, vrai gars. Ca ne l'empêche pas de donner des cours d'anglais à côté et de s'éclater sur Stevie Wonder, KC & The Sunshine Band et Michael Jackson. Yaw navigue entre Dortmund et Dusseldörf, ne rencontre malheureusement pas Gabi Delgado, mais juste un type qui réussit à le convaindre de rejoindre son cover-band de reggae, à la batterie, alors que notre ami n'en a jamais jouer de sa vie... Il devient musicien sur le tard.

En 1989, Yaw déménage à Toronto. Il participe à un groupe de highlife nommé Marijata (à ne pas confondre avec le groupe des 70's du même nom). Ils sortiront 3 albums au cours desquels Yaw en profite pour peaufiner ses skills en musique. Il dn donne même des cours à l'église et devient cuistot. Vrai gars. Mais ce n'est pas encore ça, sa flamboyante expression artistique ne peut pas se développer convenablement derrière une batterie. Fin 91, il se décide enfin à enregistrer ses propres morceaux à l'aide du logiciel Atari Notator, d'un synthé d'occase et d'un 12 pistes. Le temps d'acheter le matériel, d'apprendre et de maîtriser le tout, les 7 titres en langage Twi (chantés par Lucy Quansah) qu'il composera à l'aide de son pote Yanson Nyantakye sortiront en 1994. 50 exemplaires sur cassettes manufacturées au Ghana, pour réduitre les coûts. Il en vendra 3.

En 2002, lors d'un voyage à Cape Coast, Brian Shimkovitz tombe sur la dit-cassette dans un marché de la ville. Fasciné par ce condensé de hip-house africaine de haute volée sortie dans l'anonymat total et du look du mec façon Melle Mel, cette découverte le pousse à creuser cette riche scène encore inexplorée, d'où son blog puis son label. Et c'est cette K7, une des seules copies encore existantes de l'album, qui sert de base à la réédition, légèrement accélérée par rapport à l'originale pour une qualité de son optimale. Obaa Sima sortira internationalement et pour la première fois en CD et LP le 2 mars prochain (distribuée par Differ-Ant en France) et on vous fait écouter l'album en intégralité juste en dessous (attention, le streaming ne sera disponible qu'une semaine) :

Tagged:
Music
house
Noisey
GHANA
Ata Kak
Obaa Sima
hip-house
new jack
Awesome Tapes From Africa
1994
highlife
hiplife
Twi
Nouveautés