Des rivières atmosphériques invisibles ont causé la mort de milliers d’huîtres

Synopsis d’un épisode de X-Files ou leçon de météorologie ?
14 décembre 2016, 8:13am

Au-dessus de nous, des « fleuves invisibles » glissent et tourbillonnent en silence dans l'atmosphère terrestre, transportant des quantités d'eau invraisemblables qui peuvent atteindre l'équivalent de sept à quinze fois le volume d'eau du fleuve Mississippi. Ces étroits corridors constitués de vapeur d'eau et de vents concentrés sont appelés rivières atmosphériques (RA) et constituent une composante essentielle du cycle de l'eau de notre planète.

Les TA contribuent aux précipitations annuelles de la Côte Ouest des Etats-Unis à hauteur de 30 à 50%, parfois davantage lors de pics de saturation de l'atmosphère en eau. Jusqu'à aujourd'hui, les chercheurs n'avaient pas étudié l'effet des rivières atmosphériques sur les organismes terrestres. C'est maintenant chose faite : une équipe de l'Université de Californie, a mené une étude de grande ampleur sur les RA, et conclu qu'elles avaient influencé l'hécatombe des huîtres de la baie de San Francisco en 2011. C'est la première fois que des chercheurs observent un impact significatif de l'activité des RA sur un écosystème ; or, cet effet risque de se renforcer davantage dans les années à venir suite au changement climatique. L'étude a été publiée dans le journal Proceedings of the Royal Society B.

Les huîtres d'Olympia fonctionnent comme de petits filtres capables jusqu'à 114L d'eau par jour, éliminant l'excès d'azote et autres polluants qui peuvent être nocifs pour l'environnement. Les récifs qu'elles forment en s'accumulant sur des rochers constituent un habitat de choix pour les poissons, les crabes et de nombreuses autres créatures marines.

La surexploitation et la destruction des habitats et des écosystèmes ont entraîné une baisse massive du nombre de ces mollusques, autrefois abondants. Jusqu'à 2011, dans le nord de la baie de San Francisco, il y avait encore 3000 huîtres par mètre carré environ. Puis, tout à coup, elles ont disparu sans crier gare.

L'écologue et auteur principal de l'étude, Brian Cheng était en train d'étudier cette population de près lorsque l'hécatombe a eu lieu. Il ne comprendra que plus tard que les huîtres ne survivent qu'à condition que leur environnement maintienne un seuil de salinité minimal. Or, en 2011, le taux de salinité de la baie de San Francisco s'est brutalement effondré en raison d'un ruissellement d'eau douce inhabituel dans la baie. En outre, ce ruissellement était consécutif à l'activité accrue de trois rivières atmosphériques, qui avaient provoqué des pluies diluviennes dans le nord de la Californie ce mois-là.

Les épisodes de suractivité des RA, comme les épisodes de sécheresse, les vagues de chaleur et autres phénomènes météorologiques extrêmes, devraient s'intensifier en raison du changement climatique et devenir beaucoup plus fréquents. « Nous savons désormais que ces événements extrêmes peuvent affecter les écosystèmes côtiers », a déclaré Cheng. « Les huîtres permettent de maintenir la structure des berges, constituent un refuge pour les animaux marins, et favorisent la biodiversité. » Quand l'huître fait les frais des rivières atmosphériques, c'est tout un écosystème qui en pâtit.

Les huîtres ne sont probablement pas la seule espèce dont le destin dépend en partie des rivières atmosphériques. Bien qu'il s'agisse là du premier cas documenté de l'impact biologique des RA, les fortes précipitations et les inondations dues aux RA posent également de sérieux risques pour les communautés humaines.