Pourquoi « Demain est une autre nuit » d'Essaie Pas est mon disque préféré de 2016

Le deuxième album du duo montréalais s'est imposé comme l'antidote le plus radical au gigantesque merdier qu'a été 2016 et à la réalité en général.
21.12.16

Je peux avoir un rapport assez obsessionnel avec un disque, jusqu'à trouver cette relation relativement effrayante. Et c'est le cas de Demain est une autre nuit, des deux Canadiens de Essaie Pas, un album qui m'a fait basculer de l'état d'urgence à l'état de transe. Mon écoute plus que butée du deuxième album du duo, m'a permis de m'affranchir un peu plus du gigantesque merdier qu'a été 2016 et de la réalité en général. Et manifestement, il agit comme un très bon narcotique. Essaie Pas se fait le portier de nuit d'un monde entre chien et loup, entre masculin et féminin, entre rêve et cauchemar. Une forme de réalité virtuelle où désir et imaginaire se confondent totalement.

Publicité

C'est assez rare de tomber sur un album que vous pouvez expliquer comme un livre ou un film. Demain est une autre nuit a véritablement un sens de bout en bout. Il fait un pacte avec son public pour devenir un conte nocturne où le narrateur est omniscient, il sait à peu près tout sur vos angoisses et vos fantasmes, et que vous cherchez une forme d'échappatoire. Il y a quelque chose d'évident à ça rien que dans la construction de l'album. L'intro est faite comme le générique d'un drame, c'est là qu'on commence à perdre pied, à se glisser dans la fiction. Le morceau suivant, « Dépassée par le fantasme », est celui qui vous embarque pour de bon — exactement comme le veut son titre. Et puis, « La Chute », bien plus lyrique que le reste, donne la parole au subconscient pour terminer l'album.

Au milieu de tout ça, des passages synthwave un poil étouffants, difficiles à appréhender à la première écoute, car il faut déjà comprendre le début de l'histoire. Au fur et à mesure, chaque titre apporte son lot de sons électroniques, métalliques et subtils, sonnant parfois aux limites de l'industriel, en particulier sur « Le Port du masque est de rigueur ». On est bien loin de l'efficacité techno à tout prix. Demain est une autre nuit est un album fait avec mesure et finesse, pour bien nous laisser le temps de s'égarer.

C'est de loin le disque j'ai préféré en 2016 (déjà parce qu'il a été mis en ligne entièrement sur youtube, hé), et parce qu'il correspondait exactement à l'année écoulée, à la fois hésitante, aérienne, et profondément obscure. Ok pour revivre 2016, mais uniquement si Demain est une autre nuit.