Un mec a conçu un robot qui cherche à l’aveugler avec un laser

Une boîte à pizza, un laser planté sur un servo-moteur, un petit logiciel de reconnaissance facile et voilà ! Une machine à pourrir la vie.
24.4.17

Michael Reeves n'est peut-être encore qu'un youtubeur de 19 piges mais mes aïeux, ce gosse a du potentiel : dans sa dernière vidéo, postée le 18 avril, le sosie du personnage de Big Head dans la série Silicon Valley de HBO – nous sommes plusieurs à le penser - nous offre la démonstration d'un robot fait maison avec une boîte à pizza, un laser, une webcam, quelques servo-moteurs et un logiciel de reconnaissance faciale codé par ses soins. Et que fait ce robot, exactement ? On vous le donne en mille : une fois activée, la machine va le traquer dans son champ de vision et, à la seconde où elle le reconnaîtra, tentera de pointer son laser directement dans l'œil du pauvre adolescent technophile et masochiste, qui se répand en explications mâtinées de jurons et d'esquives lorsque le point rouge, inlassablement, retrouve sa proie et imprime une marque aveuglante sur ses pauvres rétines.

Publicité

Disons-le tout de go, la vidéo aurait pu être au mieux quelconque ou chiante, au pire tellement gênante que son visionnage nous enverrait des vagues de sueur de honte par procuration dans tout le corps. Mais Michael Reeves, il faut bien le reconnaître, possède une qualité bien plus importante que ses petits bricolages robotisés : il est intrinsèquement drôle. Le simple fait de débuter sa vidéo par "C'est une question intemporelle : y a-t-il un Dieu? Quel est le sens de la vie ? Est-ce que je peux construire un robot qui reconnaît mon visage et me balance des lasers dans la rétine ? » est drôle. Entendre son robot, à l'allumage, prévenir "STATION ACTIVÉE" avec une voix désincarnée et Reeves se rappeler soudainement qu'il lui avait « donné la voix des Turrets de Portal 2 pour tenter de le rendre moins terrifiant » alors que le résultat est « dix fois plus terrifiant » est drôle. Mais le voir tenter d'expliquer son invention alors que celle-ci est en train de lui faire perdre progressivement la vue à coups de laser est réellement hypnotisant. On est alors partagé entre de l'empathie pour le pauvre type, l'envie irrépressible de le sortir de là et la fascination d'observer une scène absurde, une scène qui ne devrait pas avoir lieu dans un monde uniquement dominé par la rationalité et l'utilitarisme. Reeves et son robot sont un grand majeur tendu au solutionnisme technologique de la Silicon Valley, enveloppé dans un emballage de monologue passif-agressif.

Contacté par CNET après un tour d'honneur sur Reddit – toujours friand de ces concepts inexplicables -, le génie masochiste a tenu, avant tout, à rassurer son public quant à l'état de ses yeux. « Mes yeux vont bien », annonce-t-il en préambule, car « beaucoup de gens ont l'air inquiets à ce sujet, ce qui se comprend. J'ai utilisé une diode laser de 5-milliwatts (similaire aux pointeurs laser utilisé dans les réunions de cadres d'entreprise), et je ne l'ai jamais eu dans l'œil pendant plus d'une fraction de seconde. » Si on apprend que le gamin est fan des « concepts de reconnaissance d'objets et de machine learning »no shit, Sherlock-, on n'en saura pas plus sur la genèse de cette idée tordue, la seule explication de Reeves se bornant à « je ne suis pas certain de ce à quoi je pensais ». Maintenant que sa petite démonstration d'autoflagellation par proxy robotisé lui a fourni 180 000 vues sur Youtube et un quart d'heure de gloire sur les Internets, Reeves va reprendre tranquillement ses études à la Northern Arizona University. Des études de science informatique, évidemment. « J'espère que vous avez autant apprécié cette vidéo que j'ai apprécié perdre la vue en la faisant », s'interroge le jeune homme en conclusion de sa vidéo, et on a envie, ici, de le rassurer : oui, Michael, ton défi lancé à la face d'Asimov et des gourous du tout-robotique nous a plu. Mais reste loin des lasers, quand même.