À ses heures perdues, mon père est apprenti scientifique

FYI.

This story is over 5 years old.

À ses heures perdues, mon père est apprenti scientifique

Ses explosifs artisanaux ont failli me tuer - mais je l'aime toujours de tout mon cœur.
6.11.14

Quand j'étais petit, les tiroirs de mon père étaient remplis de bouteilles en verre marrons. Toutes comportaient des étiquettes avec des têtes de mort et dégageaient une odeur étrange. « Ce ne sont pas des jouets Graham, me disait mon père. Ce sont des outils pour la science. »

Quand j'avais huit ans, nous nous sommes assis ensemble pour mélanger un de ses explosifs artisanaux. Je me suis accroupi en regardant mon père triturer une sorte de mixture violette opaque. « Je vais m'absenter, ne touche rien jusqu'à ce que je revienne », m'a-t-il ordonné. J'ai fait oui de la tête, incapable de détacher mon regard de la pâte qui était en train de sécher.

Publicité

Dix minutes plus tard, j'étais toujours en train de la fixer - je ne pouvais pas résister. Je l'ai poussée gentiment avec un bâton. Rien. Je lui ai encore donné un petit coup. Toujours rien. Je me suis emparé d'un marteau qui traînait dans le garage. Mon père est revenu juste au moment où j'écrasais le marteau sur la pâte. Un champignon atomique violet m'a englouti - et mon père a eu la peur de sa vie.

Je photographie mon père et ses expériences scientifiques depuis de nombreuses années. Ce n'est pas un scientifique professionnel. C'est juste un père comme les autres, avec une passion pour les réactions chimiques et les trucs qui explosent.

Vous pouvez voir plus de photos de Graham ​ici.