Life

En Australie, le coronavirus a entraîné une hausse des ventes de poupées sexuelles

Certaines entreprises du secteur ont doublé leurs ventes depuis le début de la pandémie.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
19.8.20
sex doll
Image via Getty

À bien des égards, l'avènement d'une pandémie de Covid-19 a été un coup de chance pour l'industrie des poupées sexuelles. La plupart des pays étant soumis à des meures de confinement ou de distanciation sociale, l'intérêt des consommateurs pour des partenaires sexuels hyper réalistes à base de silicone n'a jamais été aussi élevé. Et ce ne sont pas seulement les célibataires solitaires qui contribuent à l'essor du business. En Australie en tout cas.

Publicité

Un certain nombre de fabricants et distributeurs australiens de poupées sexuelles nous ont confirmé que les ventes ont augmenté depuis que les mesures de quarantaine ont été appliquées dans le pays, certains vendeurs rapportant maintenant deux fois plus de ventes hebdomadaires par rapport à avant l'épidémie. « Depuis l’arrivée du Covid-19, nous avons constaté une augmentation considérable des ventes de nos poupées sexuelles, dit Matt, du sex-shop en ligne Cherry Banana. Nous avons doublé nos ventes de Cherry Doll depuis mars, et maintenant nous en vendons quatre à cinq par semaine ou 20 à 25 par mois. »

« C'est vrai, ajoute Andrew de Sex Doll Australia, un autre vendeur local très populaire. Depuis la mise en place des mesures de confinement en Australie, nous avons constaté une augmentation des ventes de 30 à 40 %. Cela a commencé vers le mois de mai et ça s'est poursuivi depuis. »

« Nouvelles demandes : une poupée sans organes génitaux, une poupée avec une queue et une poupée à trois seins »

Andrew a également remarqué une autre tendance, peut-être moins prévisible, dans les ventes de poupées sexuelles depuis l'entrée en vigueur du confinement : de plus en plus de couples achètent des poupées pour les partager. « Dans cette nouvelle tendance, nous avons des maris qui achètent des poupées féminines pour eux-mêmes ; des maris et femmes qui achètent des poupées ensemble ; et aussi des femmes qui achètent des poupées masculines pour elles-mêmes. »

Si ce type d'achat en couple n'était pas complètement inconnu avant la pandémie, Andrew affirme qu'il y a eu une augmentation significative de l'intérêt de cette population pour les poupées.

Matt souligne également un certain nombre de demandes inhabituelles de la part des clients de Cherry Banana. Par exemple, une poupée sans organes génitaux, une poupée avec une queue et une poupée à trois seins. « Nous recevons également beaucoup de demandes de têtes sur mesure », ajoute-t-il.

Publicité

Les conséquences du coronavirus sur l'industrie n'ont cependant pas toutes été positives. Kirk, de Pleasure Dolls Australia, dit que si le trafic en ligne organique et les demandes de renseignements ont connu une hausse importante, les perturbations que la pandémie a provoquées au niveau des postes, des vols et de la mobilité générale ont eu un impact sérieux sur l'expédition et la livraison des produits. « Pour les expéditions internationales, la logistique nécessaire pour trouver des vols appropriés entre le fabricant et l'Australie a été grandement affectée, dit Kirk. Au cours des derniers mois, il n'était pas rare qu'une poupée attende jusqu'à une semaine entre deux vols de correspondance, alors qu'habituellement cela ne prend que quelques jours tout au plus. »

Kirk note en outre que l’Australian Border Force a récemment intensifié ses mesures de contrôle pour tous les envois internationaux, ce qui a considérablement réduit la facilité avec laquelle les poupées sexuelles peuvent être importées dans le pays. « Dans un petit pourcentage de cas, une poupée attend un contrôle douanier pendant six semaines, alors que le délai de traitement normal est de 72 heures ouvrables », dit-il.

Mais dans l'ensemble, le coronavirus et le confinement qui en résulte ont été très utiles pour la fabrication et la vente de partenaires intimes réalistes, que ce soit à des fins explicitement sexuelles ou pour des pseudo contacts humains bien nécessaires. « Nous avons du mal à répondre à la demande. Les poupées se vendent comme des petits pains, confie Ryan, du sex shop en ligne Southern Treasures. Nous pensons que les célibataires ou les personnes qui vivent seules ont un besoin vital de ces fabrications à taille humaine en ce moment. Malgré le scepticisme, nous avons constaté en parlant directement à nos propres clients que nos poupées apportent un confort émotionnel et une expression sexuelle. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.