Santé

Pourquoi est-il impossible de se chatouiller soi-même ?

Un autre mystère de la vie démêlé par des experts et un fétichiste.
17.2.20
chatouiller couple lit
Photo : Emily Bowler 

À une époque où les débats semblent diviser l'humanité, il est réconfortant de savoir qu'il y a encore quelque chose que nous partageons tous : l'incapacité physique de nous chatouiller nous-même. Mais pourquoi, exactement ? Pourquoi quelqu'un d'autre peut-il nous chatouiller, mais pas nous ? Que se passe-t-il dans notre corps qui nous fait réagir aux chatouilles ? Quel mécanisme dans notre cerveau détermine-t-il si notre réaction doit être un rire outrancier ou un dégoût total ? J'ai décidé de mener l’enquête.

Publicité

Le chatouillement commence principalement dans l'organe le plus calculateur de notre corps : le cerveau. Sophie Scott, professeure de neurosciences cognitives à l'University College de Londres, explique : « La principale raison pour laquelle vous ne pouvez pas vous chatouiller vous-même est que votre cerveau est très doué pour identifier les sensations qui sont provoquées par vous-même. Si vous touchez le dos de votre main, l'activité de votre cerveau est moindre que si quelqu'un d'autre vous touche. Les chatouilles ne fonctionnent que si quelqu'un d'autre en est la cause. »

Il existe deux types de chatouilles : la gargalesis et la knismesis. En 1897, les psychologues Arthur Allin et G Stanley Hall ont identifié la gargalesis comme le type de chatouillement qui ne peut être causé que par le toucher de quelqu'un d'autre, et qui provoque généralement le rire. En revanche, la knismesis est plutôt une réponse intensifiée à un toucher délicat et non une réponse qui provoque des sentiments d'amusement, ce qui signifie que nous pouvons nous chatouiller nous-mêmes. Mais qu'est-ce qui nous empêche de rire lorsque nous essayons de nous chatouiller nous-mêmes ?

Bien que nos pieds, notre ventre et nos aisselles soient les endroits les plus réceptifs aux chatouilles, est-il possible d’en ressentir ailleurs ? « Cela dépend vraiment de l'être vivant, dit Scott. Les rats, par exemple, semblent très chatouilleux au niveau de la nuque. Chez les humains, les endroits particulièrement nerveux, comme les globes oculaires, les organes sexuels ou l'arrière de la gorge, sont moins réceptifs aux chatouilles. L'effet du rire provient principalement de la partie supérieure du torse ».

Publicité

Au-delà des frottements et du rire, les chatouilles peuvent avoir des conséquences physiologiques gênantes, comme ressentir un manque de souffle après avoir trop ri, ou pire, se faire pipi dessus. Ce dernier cas est en fait une véritable maladie appelée « incontinence urinaire d’effort ».

« Une des choses qui se passe quand on rit, c'est qu'on commence à supprimer et à éteindre le contrôle du système moteur, dit Scott. Nous relâchons le corps quand nous rions, et la raison pour laquelle nous ne finissons pas mouillés est toujours le contrôle du système moteur. Nous avons des muscles dans la vessie qui font en sorte que nous n'urinons qu'au bon moment et au bon endroit. Le phénomène de l'incontinence d’effort est assez courant dans l'enfance et semble refléter la perte de contrôle moteur, en particulier dans la vessie, lorsqu'il est associé au rire. »

Pour certaines personnes, les chatouilles peuvent susciter des sentiments de nature sexuelle. Barry, 34 ans, originaire de Wimbledon, explique qu'il peut être gênant d'expliquer à ses nouvelles partenaires qu'il est fétichiste des chatouilles. Barry révèle également qu'il utilise Craigslist pour offrir ses services de chatouilles en échange d'argent.

« J'avais la vingtaine quand j’ai découvert mon penchant pour les chatouilles, se souvient-il, les yeux embués. Pendant mes années de fac, j'ai eu une petite amie aventureuse qui voulait toujours qu'on utilise des sex-toys. Le jour où elle m'a demandé de lui caresser les seins avec des plumes, je suis devenu intrigué par les chatouilles. Ce qui m'a vraiment excité, c’était ses tétons dressés et son rire coquin. À tel point que je ne voulais même plus la pénétrer. »

« Malheureusement, notre relation n'a pas duré, mais je ne regrette rien. Il peut être difficile d'expliquer mon penchant à de nouvelles partenaires – beaucoup de femmes pensent que je suis complètement fou – mais vous en trouverez toujours d'autres qui sont prêtes à essayer. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.