Publicité
Culture

Le créateur de Pepe the Frog tue son personnage, devenu symbole de l’alt-right

Pepe, sorte de « grenouille-humain-à la cool » d'une vingtaine d'années, était l'un des memes les plus populaires avant d'être désigné symbole de haine par l'Anti-Defamation League.

par David Gilbert
09 Mai 2017, 9:05am

Pepe the Frog est mort, selon son créateur, le dessinateur Matt Furie, qui a publié pendant le week-end une bande dessinée où l'on voit le personnage allongé dans un cercueil ouvert. Mais la mort de Pepe reste de l'ordre du symbole : l'extrême droite et les suprémacistes blancs qui se sont appropriés son image pour diffuser des messages racistes et antisémites en ligne continueront sans doute de le faire.

Pepe, sorte de « grenouille-humain-à la cool » d'une vingtaine d'années, créé il y a plus de dix ans par Furie, était l'un des memes les plus populaires sur Internet avant d'être désigné symbole de haine par l'Anti-Defamation League. Maintenant, il est mort.

Dans une page de BD pour les éditions indépendantes Fantagraphics' Free Comic Book Day, on peut voir Landwold, Brett et Andy, du cartoon Boy's Club, pleurer leur ami Pepe.

Mais ce n'est sûrement pas la fin pour Pepe. Le personnage est devenu un symbole utilisé par l'extrême droite américaine dans la campagne présidentielle de 2016. Même si la décision de Furie est compréhensible, elle est sans doute inutile.

« Si l'une de mes créations avait été détournée de la sorte, je ferais pareil, [mais] d'un point de vue plus large, je ne pense pas que cela aura un impact », a déclaré à VICE News Angela Nagle, auteur du livre à venir « Kill All Normies ».

Pepe, l'amphibien cartoonesque, est apparu pour la première fois dans la BD « Boy's Club » de Matt Furie, parue en 2005, postée par l'auteur sur sa page MySpace. Le personnage a été repris par les utilisateurs de 4Chan et Reddit au cours de la dernière décennie avant de devenir mainstream en 2015, lorsque les adolescents partageaient tellement le portrait de Pepe qu'il devint le meme le plus répandu sur Tumblr.

Vers la fin 2015, la grosse grenouille sympathique se transforma en quelque chose de plus sinistre. Pour « reprendre Pepe du grand public », d'après un utilisateur du réseau 4Chan.

La campagne a été orchestrée par la fameuse chaîne /r9k/ de 4Chan, où les internautes ont « mixé Pepe avec de la propagande nazie ». La seconde étape fut de l'associer avec l'imagerie de Donald Trump – une action si réussie que Trump lui-même a partagé l'une de ces images avec ses millions d'abonnés sur Twitter.

L'année dernière, après que l'Anti-Defamation League ait désigné Pepe comme un symbole de haine, Furie a lancé une campagne pour sauver l'image de son cartoon. « C'est complètement délirant d'avoir fait de Pepe un symbole de haine », a-t-il écrit dans une tribune du magazine Time. « C'est un cauchemar, et la seule chose que je peux faire c'est d'en profiter pour dénoncer cette haine ».

Malgré les protestations de Furie, sa campagne fut un échec et Pepe a continué d'être détourné. Nagle pense que le groupe des « alt-lite » – composé d'individus pro-liberté d'expression et libertaires incarnés par Milo Yiannopoulos – utilise le symbole de façon drôle ou ironique, mais servent « d'idiots utiles » à l'extrême droite ou alt-right, bien plus sérieuse.

« L'alt-lite n'est pas d'extrême droite en soi », explique Nagle. « Ce sont plus des libéraux qui se fichent du politiquement correct, sans grandes idées. L'alt-right a une vision. Mais l'alt-lite aide sans le savoir l'alt-right à ne pas exposer ses thèses extrêmes directement au public. »

L'auteur ajoute que Pepe the Frog est devenu une forme d'expression de la politique extrême. « L'alt-lite est un mouvement idéal pour beaucoup de militants d'extrême droite, qui voulaient juste troller, mais pouvaient taxer de bien-pensant toute personne les traitant de fascistes », ajoute Nagle. « Mais à un moment, vous ne pouvez plus vous moquer des gens qui pensent que vous êtes un ségrégationniste blanc quand vous êtes littéralement devenu un ségrégationniste blanc. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR