Publicité
Etats-Unis

Des champignons hallucinogènes pour soulager les patients atteints de cancer

Deux nouvelles études indiquent que la psilocybine — le principal ingrédient psychoactif des champignons hallucinogènes — peut aider à traiter l’anxiété et la dépression.

par Keegan Hamilton
02 Décembre 2016, 2:04pm

Les chercheurs disent depuis des années que la psilocybine — le principal ingrédient psychoactif des champignons hallucinogènes — peut aider à traiter l'anxiété et la dépression. Deux nouvelles études semblent aujourd'hui renforcer leurs affirmations.

Les études, publiées ce jeudi par le Journal of Psychotherapy, montrent qu' « une unique expérience psychédélique pourrait produire des bénéfices profonds et durables sur la santé mentale. »

Des médecins de la New York University (NYU) et de l'université John Hopkins se sont focalisés sur des patients atteints de cancers et qui souffraient d'un ensemble de problèmes psychologiques après avoir suivi une chimiothérapie et d'autres traitements conseillés pour leur condition.

Les chercheurs de NYU indiquent que donner des doses contrôlées de psilocybine à ces patients a entrainé des « bénéfices immédiats, substantiels et durables pour traiter l'anxiété et la dépression ». Ce traitement a permis de « réduire la baisse de moral et le désespoir liés au cancer, améliorant ainsi leur état mental et leur qualité de vie. »

Les études s'appuient sur de précédentes recherches avec des patients atteints de cancers soignés dans les hôpitaux des universités, ainsi qu'un ensemble de littérature scientifique qui remonte aux années 1950 et qui soutient que les hallucinogènes dont le LSD peuvent être utiles pour la psychothérapie.

Le professeur David Nutt, un ponte de la neuropharmacologie qui enseigne à l'Imperial College London, n'a pas participé à l'étude mais a écrit un éditorial qui accompagne la publication. Il estime qu'il s'agit des « essais les plus rigoureux » menés sur la psilocybine.

Nutt indique que ces études enterrent les doutes qui subsistent quant à la dangerosité des champignons hallucinogènes, qui sont illégaux aux États-Unis depuis 1970. La psilocybine reste une drogue rangée dans la catégorie « Schedule I » de la DEA. Cela signifie que ces champignons n'ont aucun bénéfice médical et comportent un risque important de dépendance.

« Quand la psilocybine a été interdite, il n'y avait pas de raison de le faire. Depuis, cet ingrédient a été largement utilisé par des millions de jeunes dans le monde sans que cela crée de graves problèmes, » écrit Nutt.

L'étude de NYU a impliqué 29 patients qui ont reçu le traitement pendant une période de 6 mois. Du côté de John Hopkins, 51 patients ont été suivis au cours de la même période. Aucun patient n'a contracté de graves effets secondaires.

Le docteur Craig Blinderman, directeur du centre de soins palliatifs de l'hôpital de l'université de Columbia et de l'hôpital New York-Presbyterian, a indiqué à l'Associated Press que les études présentaient des « résultats très impressionnants, » mais que les recherches devaient continuer.

Si la psilocybine est bien moins dangereuse que plusieurs autres drogues selon plusieurs études, les chercheurs des deux universités demandent aux gens de ne pas l'utiliser chez eux. Les patients suivis recevaient des doses très précises de psilocybine et étaient suivis par des médecins qui surveillaient leur état.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR