Publicité
Tech by VICE

Le Japon a construit une voiture volante qui fonctionne vraiment

Le nouveau véhicule a atteint une hauteur de trois mètres et a plané pendant une minute.

par Meera Navlakha, et Gavin Butler; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
04 Septembre 2019, 7:19am

Capture d'écran de Yuri Kageyama via YouTube

Le Japon est le dernier d'un nombre croissant de pays à transformer le rêve des voitures volantes en une réalité tangible. Le 5 août, un véhicule de la société NEC Corporation, basée à Tokyo, a décollé et flotté dans les airs pendant environ une minute avant de se poser en douceur – une première pour une société japonaise.

Cette démonstration n’est qu’un aperçu des projets du pays concernant l’utilisation de ces véhicules. Le gouvernement a apporté son soutien à l’industrie de l'automobile volante : l'objectif est d'avoir des véhicules sans pilote dans le ciel d'ici 2023, et des gens se déplaçant à bord de ces véhicules d'ici 2030.

La grande machine alimentée par batterie ressemble à un drone. Elle est équipée de quatre hélices, de trois roues et de ce qui semble être assez de place pour un ou deux passagers. Lors de son premier vol d’essai, le lundi 5 août, elle a atteint une hauteur d'environ trois mètres dans une installation NEC dans une banlieue de Tokyo, rapporte United Press International. Voyez sa grâce aérienne ci-dessous :

D'une longueur d'environ 3,9 mètres, d'une largeur de 3,7 mètres et d'un poids d'environ 150 kilogrammes, l'EVtol – abréviation de « décollage et atterrissage verticaux électriques » – est conçu pour les vols sans conducteur. La voiture était dans une cage au moment du vol d’essai et les observateurs portaient un casque protecteur par mesure de sécurité. Il n'y avait aucun passager à l'intérieur de la voiture à ce moment-là.

En 2017, la start-up Cartivator a fait une tentative de même nature. Sa voiture s'est écrasée presque immédiatement après le décollage. Tomohiro Fukuzawa, directeur exécutif de Cartivator, était présent à la démonstration de NEC et a déclaré que ses nouvelles voitures restaient elles aussi dans les airs plus longtemps.

Le Japon n'est pas le seul pays à tester avec succès un véhicule volant. Dubaï explorerait cette technologie depuis des années et a récemment annoncé son intention d'utiliser des motos volantes pour ses forces de police. Une start-up singapourienne a dévoilé sa voiture volante monoplace en avril, tandis que le cofondateur de Google, Larry Page, a soutenu le projet de taxis volants en Nouvelle-Zélande l'année dernière.

Les entreprises attendent également cette avancée, comme Uber Elevate, la tentative d'Uber d'avoir des « taxis aériens », selon un rapport du Guardian. La conception complète de ces véhicules sera lancée en 2020, et le projet devrait démarrer en 2023. D'autres organisations comme Airbus, Boeing et Volocopter participent également à cette course.

Le Japon est très motivé à l’idée de développer ce mode de transport aérien. Il espère ainsi relier des endroits isolés comme la préfecture de Mie, dans la région du Kansai, aux villes centrales, et dégager ses routes avec des véhicules surélevés. Le trafic s'est peut-être calmé à Tokyo, chutant de 7,3 % depuis 2018, mais plus de 8 millions de personnes continuent à se rendre en ville chaque jour.

« Le Japon est un pays densément peuplé, ce qui signifie que les voitures volantes pourraient grandement alléger le fardeau de la circulation routière, a déclaré Kouji Okada, chef de projet au NEC, à Bloomberg. Nous nous positionnons comme un facilitateur de la mobilité aérienne, en fournissant des données de localisation et en construisant une infrastructure de communication pour les voitures volantes. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
tokyo
future
dubai
Japón
voitures volantes
NEC Corporation