Publicité
Crime

Le Canada n’a jamais autant confisqué d’argent suspect aux voyageurs chinois

La quantité d'espèces non déclarées ou suspectées d’être criminelles saisies aux voyageurs chinois au Canada a plus que doublé depuis 2013.

par Tamara Khandaker
09 Août 2016, 1:48pm

Des passants devant une peinture murale dans les rues de Pékin, le 25 février 2016. (Ng Han Guan/AP)

La quantité d'argent non déclaré et suspect saisi aux voyageurs chinois a plus que doublé au Canada depuis 2013. Dans le même temps, la fuite des capitaux chinois continue de croitre à une vitesse sans précédent.

Selon les chiffres de l'Agence des services frontaliers du Canada, les aéroports canadiens ont confisqué 11,5 millions de dollars canadiens en espèces non déclarées en 2015, soit une hausse de 5,5 millions de dollars par rapport à 2013.

Le chiffre pour l'année 2016 pourrait être encore plus haut, si l'on jette un coup d'oeil au montant découvert jusque-là — soit 6,5 millions de dollars.

La monnaie chinoise représente presque 30 pour cent de la monnaie non déclarée saisie par les autorités canadiennes — une proportion considérablement plus grande qu'aux États-Unis où, selon Reuters, cette monnaie représente environ 10 pour cent du total des espèces saisies.

Ceci fait partie d'un problème bien plus large : celui de la fuite des capitaux depuis la Chine, qui est aux prises avec une économie chancelante.

Malgré des contrôles plus stricts de la monnaie imposés par le gouvernement chinois, l'équivalent de 1 000 milliards de dollars américains ont quitté la Chine l'année dernière. Le yuan a perdu plus de 3 pour cent de sa valeur par rapport au dollar américain cette année. Les réserves de changes du pays, qui peuvent être utilisées quand la monnaie nationale est rapidement dévaluée, ont chuté de 3 210 milliards de dollars à 3 200 milliards de dollars ce mois-ci uniquement.

Les résidents chinois peuvent légalement convertir jusqu'à 50 000 dollars américains par an en devises étrangères.

Une partie de ce capital s'est alors glissée dans le marché immobilier canadien. D'après les autorités canadiennes, cet afflux d'argent chinois serait responsable de l'augmentation des prix des logements à Toronto et à Vancouver. Une nouvelle taxe de 15 pour cent appliquée aux acheteurs étrangers a justement été imposée le 2 août par le gouvernement de Colombie Britannique. Cette décision doit permettre de combattre l'envol des prix de l'immobilier dans la région métropolitaine de Vancouver, où 885 millions de dollars d'argent étranger ont circulé dans le marché immobilier résidentiel entre juin et juillet 2016.

« Nous avons pris note des articles qui sont sortis dans la presse », a déclaré à VICE News dans un e-mail M. Yang Yundong, porte-parole de l'ambassade de Chine au Canada. « En outre, les autorités chinoises conseillent toujours à leurs ressortissants en partance pour le Canada de prendre connaissance des règles douanières canadiennes et de s'y soumettre. »

« La police chinoise ne tolère aucune infraction quant au transport illégal d'espèces à l'étranger ou au blanchiment d'argent », a-t-il déclaré.

Les agents des douanes canadiens ont l'autorité pour rechercher et saisir des espèces non déclarées qui s'élèvent à 10 000 dollars ou plus, a expliqué à VICE News la porte-parole des services de douane, Esme Bailey. Pour les repérer, ils utilisent des bases de données, ainsi qu'un appareil à rayons X et à rayons gamma.

« Il est important de noter que l'Agence des services frontaliers du Canada (CBSA) ne prend pas des mesures d'exécution qui reposent sur la nationalité d'un individu », a écrit Bailey.

Dans son pistage, la CBSA ne fait pas de différence entre les sommes non déclarées et les recettes suspectées d'être criminelles. Bailey précise que l'argent non signalé peut être rendu après le paiement d'une amende allant de 250 à 5 000 dollars. En revanche, les recettes suspectées d'être criminelles ne sont jamais rendues.


Suivez Tamara Khandaker sur Twitter : @anima_tk