Une campagne de sensibilisation insiste sur le fait que votre petit rail de cocaïne tue des gens à l’autre bout de la planète

Portée par le hashtag #EveryLineCounts (pour "chaque ligne de cocaïne compte"), la campagne vise des consommateurs de drogue dits récréatifs.

|
02 Décembre 2015, 10:40am

Image via National Crime Agency

Détruisez la forêt vierge et faites en du petit bois, ajoutez des produits chimiques nocifs, mélangez avec de la violence à tendance insoutenable, saupoudrez de crime organisé et mettez tout dans le saladier. Nappez avec une bonne dose de produits anesthésiques dentaires. Il ne vous reste plus qu'à ajouter l'ingrédient final : le consommateur de drogue lambda. Et hop, vous avez la recette de la cocaïne. 

Voilà le message d'une nouvelle campagne de sensibilisation lancée ce mercredi par la National Crime Agency du Royaume-Uni (NCA).

Portée par le hashtag #EveryLineCounts (pour "chaque ligne de cocaïne compte"), la campagne vise des consommateurs de drogue dits récréatifs. Des utilisateurs qui auraient une conscience morale ou sociale, mais " ne réalisant peut-être pas que leur geste a des conséquences dévastatrices sur des enfants, des communautés, sur l'environnement des pays producteurs de cocaïne", explique l'agence sur son site.

À lire : Le « budget drogue » moyen d'un Français est de 36 euros par an

Un dessin animé développe en montrant à quel point la production et le trafic de cocaïne sont responsables de morts, de pressions diverses et de destructions environnementales. Le point final de la vidéo, c'est le consommateur lambda. "Rien de tout ça n'aurait de sens" sans ce dernier, conclut la vidéo. 

Les usagers récréatifs n'ont souvent "pas idée des dégâts qu'engendrent leurs petites lignes" et ils seraient choqués d'apprendre la réalité. C'est du moins ce que dit Tony Saggers du NCA. 

"Quand ils prennent de la cocaïne, en plus de mettre en danger leurs vies, ils nourrissent une industrie pour qui la violence, les tueries et la destruction sont monnaie courante dans les processus de production.  

"Acheter de la cocaïne c'est financer l'exploitation des pauvres, c'est détruire et polluer de larges zones de la forêt, c'est expulser des gens de leurs maisons pour que la coca puisse être cultivée sur leurs terres, et c'est aussi le meurtre d'officiers de police et autres personnes qui se trouvent sur le chemin de groupes criminels puissants. Ces dégâts sont la plupart du temps hors du champ de vision du consommateur, et nous pensons que cela ne devrait pas être le cas", poursuit Tony Saggers. 

À lire : Les drogues que l'on trouve en Europe sont de plus en plus pures

La production de coca conduit à la déforestation de zones écologiques les plus sensibles et fragiles de la forêt amazonienne. Les produits chimiques utilisés lors de la production de cocaïne dans les labos de fortune, au coeur de la jungle, empoisonnent l'eau dont ont besoin les populations alentour, faune et flore comprises.  

À lire : Flakka : La drogue qui transforme les gens en « zombies » inquiète la police américaine

Suivez Miriam Wells sur Twitter: @missmbc