Publicité
Crime

Le fondateur d’une « méga-église » détourne 36 millions de dollars pour financer la carrière de sa popstar de femme

Sun Ho, 43 ans, est connue comme la Geisha chinoise de la pop, son mari dirige une église. Une partie de l’argent des dons a financé un clip de musique dans lequel elle danse avec l’artiste Wyclef Jean.

par Liz Fields
22 Octobre 2015, 11:00am

Screenshot via YouTube

Le pasteur qui a fondé une immense église à Singapour, une « méga-église » prêchant « l'évangile de prospérité », a été condamné avec cinq autres responsables religieux pour fraude. Le juge a conclu qu'il avait utilisé 36 millions de dollars de dons (environ 31 millions d'euros) pour financer la carrière internationale de sa femme, une popstar.

Le pasteur Kong Hee de l'Église évangélique de City Harvest (CHC) à Singapour, et cinq assistants ont maintenu que le but du dénommé « Crossover Project » était de diffuser l'appel de l'église et d'évangéliser en utilisant la pop musique profane. Mais lorsque des détails sur la popstar sont apparus au grand jour — il y a notamment un clip de musique dans lequel elle se trémousse en sous-vêtements aux côtés de l'artiste et parolier Wyclef Jean — quelques fidèles ont commencé à se dire que cette musique en disait moins sur les valeurs chrétiennes que sur une possible corruption.

La chanteuse, Ho Yeow Sun, est une responsable religieuse qui est devenue célèbre en tant que « Geisha chinoise de la pop ». Son nom de scène est Sun Ho, elle n'a pas été accusée d'actes répréhensibles. Cette semaine, Ho, 43 ans, s'est lamentée sur le sort qui lui a été réservé au sein de cette affaire, confiant sur le site de la CHC qu'elle avait été poussée dans un monde dont les valeurs étaient « bien éloignées » de celles de l'Église.

« Les gens dans le milieu de l'Église étaient fâchés contre moi, et demandaient comment la femme d'un pasteur pouvait faire des choses comme ça, et les gens du monde de la musique se méfiaient de moi, » a déclaré Ho. « J'ai demandé de nombreuses fois à Dieu combien de temps encore je devrais faire ça. »

Ho a déclaré qu'elle avait souvent pensé quitter le projet, mais lorsque les fans venaient la voir après les concerts, elle pensait que cela « valait le coup ».

« Il s'est passé beaucoup de choses pendant le Crossover mais je me rappelle clairement de ça : chaque soir, j'étais sur scène, à délivrer mon message, je voyais les âmes venir vers moi, et je me disais "Tout ça vaut le coup, ça vaut le coup". »

Kong et Ho ont fondé l'Église de City Harvest en 1989, et depuis elle est devenue une congrégation de 17 500 personnes environ. Cette mega-église fonde ses valeurs sur les enseignements pentecôtistes et charismatiques, et est affiliée à plusieurs autres églises à l'étranger, dont certaines aux États-Unis, en Malaysia, en Indonésie, à Taiwan, et en Australie.

À un moment lors du projet, Ho a travaillé avec Jean pour développer un genre unique de "reggae asiatique" dans son single "China Wine". Le partenariat a pris fin en 2008 lorsque Jean a quitté le projet, après l'échec de négociations à propos de son salaire de producteur s'élevant à 1,75 million de dollars.

Au tribunal, Kong a argumenté en expliquant que le succès de sa femme aux États-Unis était la clé pour un plus grand impact du « Crossover Projet » et que cela donnerait à l'église de City Harvest une « meilleure porte d'entrée pour le gospel […] partout dans le monde. »

Il a également dit que les membres de l'Église étaient « très très solidaires, très heureux, très positifs, très reconnaissants que Dieu puisse se servir d'elle » et qu' « Ils continuaient à prier pour elle, à prier pour le Corssover Project ».

Certains fidèles ont soutenu les responsables de l'Église pendant le procès, qui a commencé en 2012, en disant qu'ils croyaient que le Crossover Project pouvait aider à toucher des non-croyants.

Mais le juge président du tribunal, See Keen Onn, n'est pas tombé d'accord avec eux. Mercredi, il a déclaré Kong et les autres chefs d'Église coupables de trois chefs d'accusation pour abus de confiance. Ces condamnations ont été reliées au détournement de 24 millions de dollars singapouriens (environ 15 millions d'euros) venus de paroissiens et destinés à la construction de bâtiments et autres investissements , et au détournement de 26 autres millions de dollars singapouriens (environ 16 millions d'euros) pour couvrir le premier détournement des autorités de contrôle.

« Les preuves montrent qu'ils savaient qu'ils agissaient de façon malhonnête, et je suis incapable de conclure autre chose, » a dit la juge à la cour.

Singapour n'est pas connu pour traiter avec indulgence les personnes accusées de corruption. Kong pourrait être condamné à la prison à vie pour abus de confiance, tandis que les quatre autres risquent 10 ans de prison et une amende pour avoir falsifié les comptes.

Suivez VICE News sur Twitter : @Vicenewsfr