Publicité
Crime

L'OTAN déploie ses avions radar contre l'EI

Ces avions de détection équipés de radars pourraient effectuer une autre mission que l’OTAN s’est bien gardée d’évoquer : garder un oeil sur les avions russes qui opèrent en Syrie.

par Alberto Riva
11 Juillet 2016, 10:56am

Un Boeing E-3A AWACS de l'OTAN (Photo de l'OTAN)

L'OTAN a décidé de déployer ses avions de détection les plus sophistiqués pour aider à coordonner les frappes aériennes contre l'organisation État islamique en Irak et en Syrie. Cette décision a été prise lors d'un sommet de l'alliance qui s'est tenu à Varsovie en Pologne.

Envoyer ces appareils — communément appelés AWACS pour « Airborne Warning and Control System » — en Turquie pourrait aussi permettre de réaliser une autre mission que l'OTAN s'est bien gardée d'évoquer : garder un oeil sur les avions russes qui opèrent en Syrie.

Quelques-uns des 16 Boeing E-3 que l'OTAN opère depuis Geilenkirchen en Allemagne vont voler dans l'espace aérien turc et international, a indiqué le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg au cours d'une conférence de presse. On ne sait pas encore si les avions seront basés en Turquie ou s'ils seront déployés depuis l'Allemagne.

« Nous allons fournir le soutien d'AWACS. Le plan est de les faire voler dans l'espace aérien international et turc ce qui va nous permettre de surveiller les espaces aériens syrien et irakien », a indiqué Stoltenberg d'après l'AFP.

Le radar monté sur l'arrière des Boeing E-3 permet de repérer et de suivre tous les avions qui circulent dans un rayon de 400 kilomètres, d'après le fabriquant des radars Northrop Grumman. Ainsi, l'OTAN peut surveiller le trafic aérien de partout en Syrie.

Un E-3 qui vole le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie peut clairement repérer des avions jusqu'à la frontière avec l'Irak — donc toute la zone sous le contrôle de l'EI en Syrie. Un autre avion survolant les eaux internationales du côté du Liban permet de surveiller l'autre partie du pays, dont Damas et la frontière sud avec la Jordanie.

Le communiqué officiel diffusé à la fin du sommet de Varsovie indique qu'un « accord a été trouvé pour faire progresser la contribution de l'Alliance avec la Coalition internationale contre l'EI en fournissant le soutien direct d'AWACS de l'OTAN afin d'avoir une meilleure connaissance de la situation. »

Cela signifie que les avions de détection de l'OTAN vont jouer le rôle de contrôleurs aériens, indiquant aux pilotes de la coalition ce qui se passe dans le ciel autour d'eux — ce qui va leur permettre de se coordonner et d'effectuer leurs missions. Les E-3 vont aussi pouvoir leur indiquer si des avions de combat russes ou syriens sont aux alentours, afin d'éviter des incidents comme celui de novembre denier quand la Turquie a abattu un avion de combat russe. D'après la Turquie, l'avion russe avait pénétré dans l'espace aérien turc.

« Ce soutien doit commencer à l'automne, en attendant les procédures d'autorisation nationales. Les autorités militaires de l'OTAN règlent actuellement les derniers détails, » peut-on lire dans le communiqué. « Ce soutien apporté à la coalition internationale ne fait pas de l'OTAN un membre de cette coalition, » précise-t-on néanmoins dans le communiqué.

Un Boeing E-3A qui attend son tour avant de décoller. (Photo via OTAN)

Certains membres de l'alliance de 28 pays — notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et la France — mènent des frappes aériennes contre des cibles de l'EI en Syrie et en Irak, alors que les autres fournissent une aide logistique. Mais l'OTAN en tant que telle n'est pas formellement engagée dans le conflit, et ne compte pas le faire.

Les avions E-3, qui vont conduire les missions de surveillance, sont les seuls que l'alliance possède en son nom propre. Les E-3, dérivés du Boeing 707, sont une version modernisée du modèle E-3A qui est entré en service dans les années 1970. Ils seront opérés par des équipages multinationaux.

Les E-3 de l'OTAN ont déjà été déployés en temps de guerre, notamment pendant les bombardements sur l'ex-Yougoslavie dans les années 1990 pour des missions de coordination.

L'OTAN a aussi annoncé lors du sommet de Varsovie qu'elle cherchait un remplaçant pour ses AWACS, qui sont une « partie très importante des capacités de commandement et de contrôle de l'OTAN, » peut-on lire dans le communiqué. Les 16 avions « vont continuer être modernisés jusqu'en 2035 ». Les avions auront alors 50 ans de vol derrière eux. L'OTAN n'a pas encore décidé quel modèle allait remplacer les Boeing E-3.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR