Quantcast
Photos : Yann Lévy

Fétichisme : les beaux dessous du stade Bauer

Yann Lévy

L'enceinte du Red Star s'ouvre en exclusivité pour Vice et dévoile ses secrets les plus intimes.

Photos : Yann Lévy

C'est une évidence que les mauvaises langues ne peuvent nier : le stade de Paris, que tout le monde nomme « Bauer », est une des plus belles ambiances foot d'Île-de-France. Si l'enceinte du Red Star n'a pas la capacité d'accueil du Parc des Princes, ou de la coquille vide qu'est le stade Charléty, elle tient pourtant la comparaison. Son architecture à l'anglaise lui confère une authenticité unique à nos yeux. Une proximité entre supporters et joueurs, un confinement qui, s'il peut effrayer le badaud, ravit les amoureux d'un football à l'ancienne que nous sommes.

Une fois le dernier coup de sifflet donné, les joueurs Audoniens communient avec le kop, histoire de le remercier de son infaillible soutien. Les premiers filent ensuite au vestiaire, pendant que le douzième homme débute une troisième mi-temps à L'Olympic.

Mais Bauer est toujours là, vide, silencieux, presque anonyme et oublié, avant le prochain match. Gardien de l'histoire du club de Saint-Ouen, il continue pourtant de vivre durant la semaine ou lorsque l'équipe première joue à l'extérieur. Plus modestement et dans le calme. Nous avons souhaité rendre compte du stade Bauer quand il n'y a pas match, vous faire découvrir ses secrets les mieux gardés. Lui rendre, finalement, l'hommage qu'il mérite.

La politesse audonienne et la vieille sono qui attend patiemment sa remplaçante.
L'entrée de la coursive, juste à côté du local des supporters du Red Star.
Les jours de match, c'est ici que le 12e homme prend place.
Aux premières loges du but côté kop.
Il est interdit de monter sur la passerelle.
Un peu de hauteur, là où le speaker, que personne n'entend, prend place.
Le kop, sans places assises pour le plus grand plaisir des fans.
C'est l'endroit où les joueurs font pipi dans un bocal.
Dans le bureau de Sébastien Robert, ici au téléphone, directeur technique du club de Saint-Ouen.
L'incontournable tableau noir.
Rachid, le gardien du stade.
Jules Rimet, le fondateur du club de Saint-Ouen.