Interview

10 questions que vous avez toujours voulu poser à un multimillionnaire

« Je ne deviens vraiment ami qu’avec des personnes riches. »
6.10.17
Toutes les photos sont publiées avec l'aimable autorisation de Christian Jagodzinski.

Cet article a été initialement publié sur VICE Allemagne.

Christian Jagodzinski est incapable de me dire exactement à combien s'élève sa fortune, mais il l'estime à environ 55 millions de dollars. On peut dire, en termes économiques, qu'il est blindé. Christian est devenu millionnaire à l'âge de 29 ans, après avoir vendu sa librairie en ligne à Amazon. Aujourd'hui, son empire comprend des biens immobiliers – il loue principalement des villas à d'autres riches.

Publicité

La maison de Christian à Miami vaut à elle seule 25 millions de dollars. Il dispose d'une terrasse avec jacuzzi, d'une maison d'hôtes, d'un pool house et d'un home cinéma reflétant le ciel nocturne sur le plafond. Lorsque cet Allemand de 48 ans souhaite partir en vacances, il monte à bord d'un jet privé à destination de Mykonos. Lorsqu'il veut faire la fête avec ses amis, il dépense jusqu'à 10 000 dollars en une nuit sans sourciller – surtout en champagne.

J'ai discuté avec Christian afin de savoir si la vie est réellement plus belle lorsque vous êtes extrêmement riche. En plus de me confirmer que oui, il m'a également expliqué pourquoi tous ses amis étaient riches, combien d'argent de plus il aimerait avoir et pourquoi il pense que certaines personnes ne pourront jamais être aussi riches que lui.

VICE : En quoi le fait d'avoir autant d'argent a-t-il affecté votre personnalité ?
Christian Jagodzinski : J'essaie de ne pas laisser ma richesse me corrompre. Cela arrive souvent. Par exemple, beaucoup d'hommes riches ne se préoccupent pas de leur santé ou de leur poids – ils estiment que leur ventre n'a pas d'importance, étant donné que les femmes s'intéressent avant tout à leur argent. C'est peut-être vrai, mais j'essaie de rester en forme.

Surtout, il faut se méfier des gens qui ne s'intéressent qu'à votre argent et non à votre personne. Je sais que ça a l'air terrible dit comme ça, mais l'argent a changé ma façon de gérer ma vie sociale – je ne deviens vraiment ami qu'avec des personnes riches.

Christian Jagodzinski sur un bateau, avec une bouteille de champagne.

Pensez-vous que les femmes flirtent avec vous juste parce que vous êtes riche ?
Heureusement, je suis marié et j'ai deux enfants, donc je ne sors plus vraiment. Mais beaucoup de mes amis se sont mariés à des personnes qui cherchaient seulement un moyen rapide de devenir riche, en effet. Pour être honnête, la plupart de ces amis savaient ce qu'ils faisaient avant même de se marier, mais ça n'a pas semblé les déranger – ils ont apprécié l'attention que leur a valu leur argent.

Ne trouvez-vous pas que c'est vraiment triste ?
Je ne voudrais pas d'une telle relation, mais je suis assez séduisant – certains de mes amis ne le sont pas. Je connais un mec qui ressent le besoin de faire valoir ses centaines de millions à l'instant même où il rencontre une femme.

Publicité

Êtes-vous déjà sorti avec une femme plus riche que vous ?
Non. Ce serait difficile, étant donné qu'il n'existe que 200 000 personnes vraiment riches dans le monde, et que toutes ou presque sont des hommes et sont beaucoup plus vieux que moi. À 48 ans, je suis assez jeune pour un millionnaire.

Êtes-vous jaloux des gens plus riches que vous ?
Pas vraiment, parce que je n'ai pas besoin d'avoir plus d'argent. Bien sûr, si j'avais 100 millions au lieu de 50 millions, je pourrais acheter un yacht ou un jet privé plutôt que de les affréter. Mais je ne suis pas sûr que cela me rendrait plus heureux. Je suis arrivé à la conclusion qu'une fois passé les 30 millions, vous n'avez pas vraiment besoin de plus d'argent.

Avez-vous peur de perdre votre fortune ?
Ce serait un sacré défi que de perdre tout cet argent. Je pourrais à la limite perdre ma fortune à cause de mauvais investissements, mais en aucun cas à cause de mon style de vie. En 2008, pendant la crise du logement, mes actifs sont passés de 50 millions à environ 40 millions. Cela n'a pas affecté mon quotidien, même si cela m'a gêné – j'ai eu l'impression de ne pas avoir fait mon travail correctement.

Avez-vous déjà soudoyé quelqu'un ?
Non, et même si je le voulais, je vis en Amérique, et ça ne fonctionne pas comme ça ici. Ce n'est pas non plus nécessaire – il me suffit d'embaucher un bon avocat pour obtenir ce que je veux par voie légale. Mais quand je souhaite avoir une table dans un restaurant et qu'elles sont déjà toutes réservées, il m'arrive de glisser 100 ou 200 dollars dans la poche d'un employé.

Publicité

Payez-vous vos impôts ?
Oui. L'Amérique est un endroit passionnant du point de vue fiscal, en particulier pour les investisseurs immobiliers. J'ai quitté l'Allemagne parce que mon fardeau fiscal était supérieur à 50 pour cent. Si vous comptez prendre plus de la moitié de mes gains, je déménage.

Les autorités allemandes ont une étrange mentalité à la Robin des Bois : elles pensent qu'il suffit de prendre de l'argent aux riches pour le donner aux pauvres. Honnêtement, seule une personne sans argent aurait pu penser à cela. Je pense que lorsqu'une personne riche paie 30 pour cent d'impôts, ça lui fait aussi mal qu'une personne avec peu d'argent qui paie 30 pour cent.

Pourquoi pensez-vous que tout le monde n'est pas aussi riche que vous ?
Je pense que la plupart des gens ne sont pas assez déterminés. Ils veulent plus d'argent, mais avec le moins d'efforts possible. Ce n'est pas comme ça que ça marche. Lorsque vous essayez de monter une entreprise, vous devez être complètement engagé – imaginer le pot d'or au bout de l'arc-en-ciel devrait suffire à vous donner toute la motivation dont vous avez besoin. À l'âge de 20 ans, j'ai décidé que je voulais gagner au moins un million par an d'ici mes 30 ans, alors j'ai tout fait pour y arriver.

Quand vous croisez un sans-abri, combien d'argent lui donnez-vous ?
C'est une question difficile. Si je lui donne 20 dollars, il va sûrement les dépenser dans une bouteille de whisky – en quoi cela est-il bien ? J'ai donné un boulot à un sans-abri de Miami une fois, et il travaille toujours pour moi aujourd'hui. Pour moi, c'est bien mieux que de lui donner de l'argent, même si vous lui donniez assez pour qu'il puisse tenir un mois.