Le chat a suivi l’Homme au bout du monde, selon la science

Avant même l’invention des cannes de thon.
22.6.17

Le chat est partout, même dans les régions les plus recluses de la Terre - sauf l'Antarctique, mais qui veut vivre là…

Le succès de son évolution est indéniable; ce n'est pas moi qui le dis, même si je m'en réjouis. Le constat vient plutôt de scientifiques, qui se sont donné la mission de retracer l'évolution géographique des différentes lignées de chats, pour comprendre comment ils ont été domestiqués, et comment l'activité humaine a eu une influence sur la dispersion de nos amis les félins.

Pour ce faire, ils ont analysé l'ADN mitochondrial de chats d'Europe, d'Afrique et d'Asie du sud-ouest ayant vécu à différents moments d'une période de 9000 ans. Ils ont étudié l'ADN de 352 chats anciens - seuls 209 des échantillons anciens étaient cependant utilisables. Les résultats ont été publiés en début de semaine dans Nature Ecology & Evolution.

S'il manque de traces archéologiques de chats anciens, des études ont pu servir de point de départ aux chercheurs : ces recherches précédentes suggèrent que les sociétés anciennes du Proche Orient et d'Égypte ont eu un rôle important à jouer dans la domestication du chat.

Ça a donc été l'occasion d'analyser les gènes de ces chats, et de voir où ces gènes se sont retrouvés par la suite.

J'irai où tu iras

Ce qu'on a constaté, c'est que les chats d'Égypte et du Proche-Orient ont suivi les déplacements et activités de l'Homme, « contribuant à différents moments au pool génétique des chats domestiques. »

Avec la grande distribution de chats à travers le Croissant fertile, les chercheurs déduisent que les chats du Proche-Orient ont d'abord développé une relation de commensalisme avec les agriculteurs mésopotamiens, c'est-à-dire qu'ils pouvaient à leurs côtés trouver des sources de nourriture.

« L'agriculture a conduit les hommes à stocker du grain, attirant toutes sortes de pestes, notamment les rongeurs. Le chat a sans doute appris à tolérer la présence humaine pour disposer de ces proies abondantes. Et les agriculteurs ont vite compris le bénéfice qu'ils pourraient en tirer, pour tenir à l'écart des animaux nuisibles ou dangereux, comme les rongeurs et les serpents », a expliqué l'auteure principale de l'étude, Eva-Maria Geigl, en entrevue avec Le Temps.

Du côté des chats égyptiens, on dit qu'ils se sont propagés dans la région méditerranéenne en raison de leur popularité grandissante. « Leur utilité sur les bateaux infestés de rongeurs et d'autre vermine a vraisemblablement déclenché leur dispersion à travers la Méditerranée », expliquent les chercheurs.

La propagation des rongeurs (rat noir, souris de maison) par voie maritime dès l'âge du fer (700-800 av. J.-C.) a probablement encouragé la dispersion des chats, pour contrôler cette vermine, ajoute-t-on.

Mon chat qui manifeste de l'indifférence face à l'histoire de son espèce.

Ainsi, les chats se sont dispersés un peu partout dans l'Ancien Monde, au rythme des voyages de l'Homme. Au nord des Alpes, les chats domestiqués sont apparus peu après la conquête romaine, mais ne se sont pas aventurés en dehors de ce territoire avant la fin de l'Antiquité.

La nécessité d'avoir des chats à bord était particulièrement marquée au Moyen Âge, ce qui a poursuivi leur dispersion à travers les routes de guerre et de commerce. Cela explique d'ailleurs pourquoi des chats égyptiens se sont retrouvés à des endroits comme le port commercial viking de Ralswiek (aujourd'hui en Allemagne), quelque part entre le 7e et le 11e siècle.

Bref, le chat a suivi l'Homme à travers l'Histoire, et c'est touchant.

Pour ma part, je vous assure que mon chat me suit partout dans mon appartement. Ce n'est pas la route de la soie, mais c'est un début.