Une appli vous permet de savoir si votre partenaire est actif sur Tinder

Sous couvert de « sensibiliser sur l'empreinte numérique », Cheaterbuster est devenu l'outil de prédilection pour flairer l'infidélité en ligne en période de confinement.
29.4.20
Cheaterbuster appli Tinder
Photo : Emily Bowler 

Même si la moitié de la planète est invitée à rester chez elle, la drague a encore de beaux jours devant elle. Tinder vient de célébrer plus de trois milliards de swipes en une seule journée, son record à ce jour. Mais alors que les idylles fleurissent dans notre monde en quarantaine, Cheaterbuster, une application qui vous permet de savoir si votre partenaire est actif sur Tinder, connaît son heure de gloire. Le 2 avril, l'utilisation était de 25 % supérieure à la normale, avec un pic à partir du 21 mars. Étant donné que le confinement a fait des rencontres en face-à-face une perspective lointaine, pourquoi les gens vont-ils sur Tinder en premier lieu ? Sans parler de l'utiliser pour tromper ?

Jessica* travaille dans une maison de retraite six jours par semaine. Elle arrive à 6 h 30 du matin, fait vérifier sa température et se voit poser une liste de questions sur ce qu'elle a fait au cours des dernières 24 heures. Son petit ami, en revanche, passe tout son temps à la maison, où il vit seul depuis le début du confinement. Jessica l'avait prévenu : dans les semaines à venir, elle sera très occupée et ne pourra pas le voir. Il avait répondu : « J'ai hâte que ce soit fini pour qu'on puisse sortir et passer du temps ensemble. »

Mais au bout de trois semaines, il a commencé à se montrer distant. « C'est peut-être parce qu’on ne se voit plus et qu’il est contrarié », a pensé Jessica. Puis, un matin, une amie lui a envoyé un message : « Je ne suis pas sûre, mais je crois avoir vu ton mec sur Tinder. » Jessica a ensuite téléchargé Cheaterbuster. Son profil est apparu. « J'ai paniqué, alors je l'ai appelé et je lui ai dit de venir chez moi, tout de suite. » Le couple a discuté dans la voiture de Jessica. « ll pleurait et disait que ce n’était pas voulu, que c'était un accident. Mais je ne vois pas comment on peut télécharger Tinder et parler à des filles par accident. »

Jessica l'a viré de la voiture, mais il a oublié son portable à l’intérieur et elle en a profité. « Il a envoyé des messages à quelques filles, mais jamais plus qu’un simple ‘Salut, ça va ?’ » Je pense qu'il s'ennuyait… mais ce n'est toujours pas une bonne excuse. » Après quatre ans de fréquentation, elle a mis fin à la relation.

« J'ai décidé de retourner sur les applications de rencontres pour voir ce qu'il y a de nouveau. Mais les conversations sont différentes. Maintenant, nous sommes un peu forcés de nous impliquer davantage et de vraiment dialoguer » – Amy

Cheaterbuster a été lancé en 2016 par une petite équipe située à Mexico. Son créateur, Ernesto Reyes*, qui a tenu à rester anonyme par peur de voir les personnes prises la main dans le sac se retourner contre lui, est un homme marié et heureux en ménage. Il explique sa démarche : « Nous avons une empreinte numérique tellement détaillée et nuancée que n'importe qui ayant un peu de curiosité peut découvrir beaucoup de choses sur nous. »

L'application devait seulement fonctionner assez longtemps pour attirer l'attention des médias, mais Ernesto dit qu'elle a reçu tellement de commentaires positifs que l'équipe a décidé de la maintenir. « Quelques centaines de personnes nous ont écrit pour nous remercier », dit-il. Je lui demande ce qui, selon lui, est à l'origine de la popularité actuelle de Cheaterbuster. « Comme le veut le dicton, l'oisiveté est la mère de tous les vices », plaisante-t-il.

Amy* était confinée seule depuis plusieurs jours dans son appartement new-yorkais lorsqu'elle a décidé de sortir son téléphone et de relire ses anciennes conversations Tinder avec son copain. « J'ai remarqué qu'il avait mis plein de nouvelles photos de lui, torse nu et tout. » Elle l'a confronté à ce sujet et il a rapidement disparu de sa liste de matchs. « Soit il a effacé son compte, soit il m'a supprimée de sa liste. Je voulais le découvrir par moi-même, dit-elle. Alors j'ai téléchargé Cheaterbuster. Son profil est toujours actif. »

Amy et son copain n'ont pas encore résolu le problème, mais en attendant, elle parle avec d’autres personnes sur Tinder and Bumble. « J'ai décidé de retourner sur les applications de rencontres pour voir ce qu'il y a de nouveau, dit Amy. Mais les conversations sont différentes. Maintenant, nous sommes un peu forcés de nous impliquer davantage et de vraiment dialoguer. C'est difficile de parler à quelqu'un qui vit dans un autre Etat et de lui expliquer ce que ça fait d'être à New York en ce moment, ce que c'est que d'entendre retentir les sirènes des ambulances jour et nuit. »

Mais Cheaterbuster pourrait également favoriser les comportements compulsifs et le harcèlement. À 9 euros la recherche, Adam* a dépensé environ 400 euros sur Cheaterbuster dans les trois mois qui ont suivi son téléchargement. « Je faisais des mises à jour tout le temps, plusieurs fois par jour, pour savoir si elle utilisait Tinder, dit-il. Je suis devenu accro et cela m’a coûté très cher. »

Le fait de savoir que son ex-copine utilisait Tinder a-t-il facilité la tâche d'Adam ? « J'ai trouvé un certain réconfort dans le fait de savoir qu'elle allait de l'avant. Cela a fait disparaître en moi un sentiment d'incertitude, dit-il. Je restais là assis à me languir d'elle pendant qu'elle baisait quelqu'un d'autre. Et ça, je l’ai compris grâce à Cheaterbuster. » Il a depuis quitté l'application.

En créant Cheaterbuster, Ernesto voulait que les gens prennent conscience qu’il est facile pour les autres d'accéder à notre moi numérique soi-disant privé. Lorsque je lui demande quel impact le coronavirus pourrait avoir sur les relations, il me file quelques conseils.

« Je dirais qu’il faut rester positif et voir cela comme l’occasion de purifier les choses négatives qui affectent notre vie, dit-il. C'est le moment idéal pour faire une pause, prendre du recul et faire des choix difficiles qui rendront notre vie meilleure. »

*Les noms ont été modifiés.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.