couples quanrantaine
Toutes les photos sont de Jonnah Bron
Life

Dans l’intimité des couples qui se sont formés pendant la pandémie

La photographe Jonnah Bron veut montrer que l'amour s'épanouit même dans les moments difficiles.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, France
23.10.20

À première vue, les relations amoureuses et les pandémies ne font pas bon ménage. Mais depuis que les amoureux du monde entier ont été confinés, les sites de rencontres ont connu des pics énormes.

La photographe hollandaise Jonnah Bron a remarqué le phénomène dans son propre cercle d'amis après que le virus a frappé. « Même si au début, les gens étaient un peu plus hésitants face aux applications de rencontre, j'ai soudain vu tous ces nouveaux couples apparaître autour de moi. » Fascinée, elle a décidé de documenter ces relations très réelles, commencées au cours d'une année qui a semblé parfois irréelle. « Je voulais montrer que malgré tous les revers, nous sommes toujours capables de trouver l'amour. »

Jonnah rencontre la plupart de ses sujets chez eux et leur demande de faire semblant qu'elle n'est pas là. Ses amis, Roos et Rosa, ont été les premiers à être photographiés. À partir de là, elle a commencé à chercher des couples via Instagram et a reçu des réponses d'Anvers à New York. Toute personne se trouvant hors des Pays-Bas est photographiée sur Zoom.

Jonnah et Geerten

Jonnah et Geerten

Jonnah a aussi fait un autoportrait avec sa copine, Geerten. « Geerten était ma colocataire. Comme je passais beaucoup de temps à la maison pendant le confinement, nous nous sommes vite rapprochées l’une de l’autre. Finalement, je l'ai embrassée, dit-elle. Je sortais avec une autre femme à l'époque, mais les choses sont allées très vite entre Geerten et moi. Je suis tombée amoureuse d'elle. »

Les couples photographiés par Jonnah nous ont parlé de leur rencontre et de l’impact du coronavirus sur leur relation.

Deen (25 ans) et Lotte (23 ans)

Deen et Lotte

Deen et Lotte

Deen et Lotte se sont rencontrées sur Instagram. « Un ami m'a dit : "Tu devrais la suivre, vous êtes exactement pareilles’’ », se souvient Deen. Elles avaient prévu de se rencontrer à la fin de cette semaine-là, mais ont changé de plan après leur premier appel vidéo sur FaceTime. « On a parlé pendant huit heures. Il était assez évident que nous ne voulions pas attendre plus longtemps pour nous voir », rit Lotte.

Elles se sont retrouvées dans un restaurant en août. « Comme tout fermait à 22 heures à cause du coronavirus, on est allées se promener à Rotterdam et on s’est embrassées sur une petite place jusqu'à sept heures du matin, raconte Lotte. Ce date a fini par durer 17 heures. »

À partir de ce moment, elles sont devenues inséparables. « La pandémie a vraiment accéléré l'intimité dans notre relation, dit Deen. Le matin suivant notre premier rendez-vous, j'ai rencontré la soeur et la mère de Lotte, et le week-end suivant, elle a rencontré ma mère. »

Roos (26 ans) et Rosa (22 ans)

Roos et Rosa

Roos et Rosa

Roos et Rosa se sont rencontrées sur Tinder en mars. « On a parlé pendant un mois avant d'oser se rencontrer, raconte Roos. J'étais en quarantaine chez mes parents, alors j'ai pensé que c'était un trop grand risque de voir d'autres personnes. »

Lors de leur premier rendez-vous, elles sont allées faire une promenade. Depuis, elles font une promenade presque tous les jours. « Notre premier dîner au restaurant était incroyablement excitant, dit Roos. On se connaissait depuis trois mois et on avait déjà officialisé les choses, mais comme je n'avais pas vu quelqu'un en public depuis longtemps, je ne savais pas comment m’habiller et me comporter. C'était comme un premier rendez-vous. »

Noah (22 ans) et Noralie (26 ans)

Noah et Noralie

Noah et Noralie

Noah et Noralie se sont rencontrés en janvier lors d'une conférence sur le climat en Suisse. Trois jours plus tard, Noah s'est rendu au Népal pour six semaines. « Pendant que j'étais au Népal, nous avons beaucoup parlé, dit Noah. Quand je suis rentré à Schiphol [aéroport d'Amsterdam], elle était là pour me récupérer. »

Noah vit à Utrecht et Noralie à Deventer. Le gouvernement néerlandais conseillant aux gens d'utiliser le moins possible les transports publics, ils ont essayé de profiter au maximum de leurs rendez-vous. « Notre première rencontre a duré quatre jours. La deuxième deux semaines, dit Noah en riant. « Quand votre vie sociale est temporairement en pause, vous oubliez à quoi ressemblait la vie avant la pandémie. Mais nous avions beaucoup d'amis communs, donc ça s'est très bien passé. »

Luna (18 ans) et Sam (22 ans)

Luna et Sam

Luna et Sam

« L'ex de Sam est un ami à moi, explique Luna. Je passais beaucoup de temps avec lui quand ils étaient encore ensemble et, pendant le confinement, on s’est en quelque sorte enfermés dans une bulle tous les trois. »

Sam a fini par rompre avec son copain et a revu Luna. « Comme on s’était vues si souvent pendant le confinement, on n’a pas eu besoin de rester à distance pendant notre premier rendez-vous, explique Sam. Je pense qu’on est tombées amoureuses beaucoup plus vite grâce à ce contact étroit. »

Josef (22 ans) et Boisé (21 ans)

Josef et Boisé

Josef et Boisé

Josef a remarqué Boisé pour la première fois quand elle est entrée dans le magasin où il travaillait. « Aucun de nous n'est du genre à faire le premier pas », explique Josef. « On s’est croisés à une fête plus tard dans la journée. Mais même à ce moment-là, on était trop timides », ajoute Boisé. Ce n'est que lorsqu'ils se sont retrouvés sur Bumble, en février, qu'ils ont décidé de sortir ensemble. « On était tous les deux très nerveux, dit Josef à propos de leur premier rendez-vous. Mais dès qu’on s’est vus, on a eu un déclic. »

Quand les Pays-Bas sont entrés en quarantaine en mars, ils avaient déjà eu deux rencards. « J'ai soudain eu beaucoup plus de temps libre. Cela m'a donné l'espace nécessaire pour vraiment réfléchir à ma relation avec Boisé, dit Josef. Sans le Covid, on aurait mis plus de temps à se rencontrer. »

Eva (22 ans) et Lara (20 ans)

Eva et Lara

Eva et Lara

Eva et Lara se sont rencontrées sur Tinder en mars et se sont appelées sur FaceTime. « J'étais vraiment nerveuse, je n'appelle que rarement par vidéo, encore moins un match Tinder », dit Eva. Finalement, elles ont décidé de se rencontrer.

Comme Eva travaille avec des personnes âgées, les deux femmes ont décidé de se retrouver uniquement dans un parc, à une distance sûre l'une de l'autre. « J’avais vraiment envie de l'embrasser au premier rendez-vous, mais cela n'aurait pas été juste pour mes patients », dit Eva.

« Quand j'ai commencé à voir Eva, je voyais encore d'autres femmes, donc s'embrasser aurait été irresponsable de toute façon, ajoute Laura. Quand je lui ai écrit pour lui dire que je ne voyais plus les autres, on s’est vues et on s’est embrassées pour la première fois. »

Raoul (24 ans) et Ishara (23 ans)

Raoul et Ishara

Raoul et Ishara

Raoul et Ishara se sont rencontrés grâce à un ami commun et ont commencé à discuter sur Instagram en avril. « À partir de ce moment-là, on est restés en contact 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 », dit Raoul.

Pour leur premier rendez-vous, ils avaient prévu de prendre un verre dans le parc, mais le temps était terrible, alors Ishara a invité Raoul chez elle pour le déjeuner. « Il est resté tout le week-end », se souvient-elle.

Les deux s'accordent à dire que le coronavirus a été bénéfique pour leur relation. Au départ, Raoul avait prévu de se rendre au Kazakhstan pendant quatre mois à partir d’avril, avant d'entamer un master au Danemark. « Sans le coronavirus, je n'aurais probablement pas connu Ishara. »

Imke (23 ans) et Elisa (20 ans)

Imke et Elisa

Imke et Elisa

Au début de la pandémie, Imke vivait aux Pays-Bas et Elisa en Belgique. Elisa est tombée sur une photo d'Imke sur Instagram. « Elle ressemblait à la femme de mes rêves, alors je me suis abonnée à son compte. » Imke aussi a été immédiatement séduite et a envoyé un DM à Elisa. « On a commencé à parler pendant des heures, tous les jours », dit Imke.

Les deux femmes voulaient désespérément se rencontrer, mais la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas était fermée. « On était déjà un couple avant même de s’être rencontrées. On s’était même présenté nos familles par appel vidéo, raconte Elisa. Dès que la frontière a rouvert, on s’est vues. » Actuellement, elles vivent ensemble à Anvers. « Je me demande encore comment j'ai pu rencontrer quelqu'un d'aussi parfait pour moi », dit Imke.

Sophie (17 ans) et Nathalie (17 ans)

Sophie et Nathalie

Sophie et Nathalie

Sophie et Nathalie vivent toutes deux à New York. Elles se sont rencontrées l'année dernière lors d'une manifestation sur le climat organisée par Greta Thunberg, et sont devenues amies.

Nathalie avait complètement flashé sur Sophie, mais manque de bol, le jour où elle a décidé de le lui avouer, c'est le jour où New York est entré en confinement. Sophie a passé sa quarantaine dans un autre état.

« Nathalie m'a dit ce qu'elle ressentait vraiment pour moi sur FaceTime », dit Sophie. Elles ont pu se revoir lorsque Sophie est retournée à New York en juin. À ce moment-là, elles se fréquentaient déjà depuis trois mois. »

Maintenant, elles en profitent au maximum. « On se retrouve au parc, on se fait de bons petits plats, ou sors boire des verres. Malgré la perspective effrayante d'un deuxième confinement, je crois vraiment que notre couple peut tout supporter. »

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.