Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Photo

Des hommes qui jouissent

Stuart Sandford collectionne des grimaces extatiques en gros plan.

par Megan Lent
21 Novembre 2013, 9:45am

Stuart Sandford est un photographe basé à Londres dont le travail explore les notions d’intimité et de sexualité. Je lui ai parlé de sa série Cumfaces, datant de 2007, qui consiste en un tas de photos crowdsourcées de modèles en plein orgasme.

VICE : Juste pour que ça soit clair, est-ce vous qui avez pris les photos, ou les modèles ?
Stuart Sandford : J’ai lancé un appel en décrivant quel type de photos je voulais. Il fallait que ce soit sur un lit, en format paysage, en gros plan – avec la tête et les épaules. J’ai principalement utilisé Myspace, et quelques autres sites. Et les gens ont commencé à me soumettre des images. J’en ai sélectionné 12, en tout j’en ai reçu une trentaine. Donc ouais, je n’ai pas pris les photos moi-même. Je les ai réalisées de loin.

Ça a été difficile de récolter toutes ces photos intimes ?
C’était très facile. Je ne connaissais aucun des modèles. J’ai chatté avec quelques-uns des mecs sur Myspace, mais je n’en connaissais vraiment aucun. Mais ils étaient tous ravis de le faire. J’ai aussi demandé à quelques mecs que je connaissais. J’ai demandé à mon copain de l’époque, et il en a fait une, mais ça ne collait pas avec la série que j’avais.

Pourquoi pensez-vous que les gens étaient si prompts à partager un moment si intime ?
Je pense principalement que c’est parce que ça s’insérait dans un projet. Il n’y a rien d’ouvertement sexuel. Je veux dire, on ne voit rien d’autre que leur visage. Même si ça s’appelle Cumfaces [visages qui jouissent] et que c’est éminemment sexuel, il n’y a pas de nudité. Je pense aussi qu’ils ont jeté un coup d’œil à mon boulot. Ils se sont rendus compte que je ne projetais pas d’exploiter ces images, financièrement parlant, c’est peut-être aussi ce qui les a motivés.

Qu’est-ce que vous vouliez exprimer, avec ce projet ?
Je pensais qu’il serait intéressant de me soustraire de l’acte de photographier. C’était un défi que je me lançais à moi-même, de procéder ainsi. C’était plus une expérience.


Les affiches du nouveau film de Lars Von Trier, Nymphomaniac

Toutes les expressions sont très différentes les unes des autres. Il n’y a pas de visage standard. Vous pensez que les grimaces qu’on fait en disent long sur la façon dont on appréhende l’acte sexuel ?
Ouais, sûrement. Les gens expriment leur sexualité de manières très différentes. C’est un moment très intime, et certaines personnes sont très exhibitionnistes. Une des photos que j’ai incluses, celle avec le blond, il a la tête renversée, on voit qu’il est en pleine extase. Mais sur quelques autres clichés, les modèles sont un peu plus réservés. On voit qu’ils éprouvent du plaisir, mais ils ne sont pas forcément dans le laisser-aller complet. Il y a plein de façons d’expérimenter l’orgasme, évidemment.

Pourquoi avoir décidé de ne laisser voir qu’un des deux partenaires ?
Quand j’ai eu l’idée à la base, j’avais ce mot, « cumfaces », qui me trottait en tête. Pour moi, il s’agit presque de selfies. J’ai pas mal travaillé sur l’idée de selfies dans mes récents boulots, et ce projet, ça a été ma première série qui s’attachait à l’idée.

Qu’est-ce que vous pensez des posters de Nymphomaniac ? Ça ressemble beaucoup à votre boulot.
Ouais, quand je les ai vus, je me suis dit : « Fantastique. » Beaucoup d’artistes, de gens qui créent des images, ont travaillé sur ce moment de la jouissance, et c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle j’ai demandé aux modèles de prendre les photos eux-mêmes. Je connaissais un tas d’artistes qui avaient déjà travaillé là-dessus quand j’ai lancé ce projet, c’est pour cela que je voulais le faire un peu différemment. Mais je trouve que les affiches défoncent. Elles sont très fortes. 

Plus de photos :

LES HUSTLERS DE PHILIP LORCA-DICORCIA COMMENTÉS PAR RICHARD KERN

JE M'APPELLE ROMAIN BRUNET ET JE PRENDS EN PHOTO DES GENS QUI S'ÉTOUFFENT

LES FILLES EN VRAI : PLEURER DEVANT SA WEBCAM

Tagged:
Vice Blog
cumfaces
Stuart Sanford
orgasme masculin
gros plan