AMENRA CRACHE SUR LA FRANCE

|
avr. 2 2008, 5:19pm


Amenra est ce qui est arrivé de mieux à la Belgique depuis Eddie Merckx et les frites. Dans leurs concerts, fournaises sludge-metal entre Isis avant d'être chiant et Botch avant de se séparer, ils se transforment en monstres et le chanteur finit avec des stigmates sur tout le corps. On les a rencontré avant leur concert à Pantin, dans leur van décoré de filets de pêche, et curieusement, ce sont les mecs les plus marrants du monde. On a parlé de postillons, de caves insalubres, des français, et puis de Justice qui leur ont piqué toute leur imagerie. Tout ça avec l'accent belge.

Bon, alors, encore une tournée ici, c'est quoi cette obsession pour la France ?
Colin (chant) : En fait la France on s'en fiche, c'est Paris qui nous intéresse. Si on a Paris au milieu de la tournée, c'est bon.
Vincent (guitare) : Et puis on a une histoire avec la France. On marche bien ici. On a commencé à jouer dans des tout petits endroits à Lille devant 10 personnes, et on a toujours eu beaucoup de support.

C'est quoi le pire concert que vous avez fait ?
Colin : C'était à Liège je pense. On jouait dans un squat, avec un autre groupe qui faisait un truc punk, rock & roll. Et en fait, le public, c'était leurs amis. Quand on a joué, il y avait personne qui était intéressé. Les mecs ils étaient là « ouaiiis rock n roll » tout ça, ils jetaient des bières. Puis, au milieu du set, il y a un mec qui s'est mis sur le podium, a baissé son pantalon, et puis il a pissé sur la scène.

Peinard.
Colin : Le truc c'est que, quand je chante je vois rien. Alors je savais pas qu'il y avait un mec à côté, et quand j'ai rouvert les yeux, devant moi j'ai vu un gars avec des cheveux longs, une barbe, sa bite, et un seau à la main. On était 5, et eux 30. On pouvait pas s'arrêter, parce que sinon ils allaient devenir fous. On pouvait pas lui casser le nez, parce que sinon on avait 30 crusts sur nous, avec leur chien et tout. Alors on s'est dit qu'on allait encore faire un morceau... et puis on a pris notre matos et on a couru vers la sortie.

Généralement, pour régler ce genre de situation, tu craches sur le public.
Colin : Oui, quand je me tourne vers le public faut faire gaffe. Mais sinon je bave. Et quand des gens parlent, je leur lâche un bon molard, ou alors je leur fait un bon cycliste en passant, en soufflant avec mon nez. Dans les cheveux.
Vincent : Oui parce qu'on est pas un groupe qui fait que du bruit, on a pas mal de passages calmes, alors c'est énervant. Mais ça se passe souvent.

Plus dans certains pays que d'autres ?
Vincent : Surtout en France.
Colin : Oui, à Strasbourg par exemple. Il y avait une fille qui était en train de hurler tout le temps... Elle était en train de tirer ma chaîne, là, derrière mon jean, alors moi je lui disais « laisse-moi tranquille », mais elle continuait. Alors je me suis tourné, je l'ai prise par la gorge, je l'ai soulevée,  j'ai perdu mon micro, je l'ai mise contre le mur, et je lui chantais dans la gueule. Je crachais aussi, hein. Là elle avait peur.

Et alors ?
Colin : Son copain a acheté un t-shirt. Hop 10 euros.

Vous pensez quoi du groupe Justice qui a récupéré votre croix?
Colin : Je leur casse la gueule.
Vincent : En fait moi j'aime bien ce qu'ils font, mais bon c'est des français hein, c'est toujours la même chose ils volent tout aux belges. Ils volent même notre frite.

D'ailleurs vous partez en tournée aux Etats-Unis, là-bas les frites sont françaises.
Colin : Ouais ils ont atterri ici au Jour J, ils ont vu une frite, et hop, french fries. Toujours pareil.
Vincent : Regarde, c'est comme en backstage, il y avait une quiche sur la table et on me demande, sérieusement, « tu connais les quiches en Belgique ? »
Colin : Oh la la, ça fait du mal ça.
Vincent : Moi j'ai dit, hey, nous ne sommes pas des mongols hein.

La Tecktonik aussi ça vient de chez vous les gars.
Vincent : C'est vrai ? Ah je savais pas qu'on était si cool. Tous les trucs qui sont cool c'est nous. L'euro-house, la tecktonik...

Ouais mais ce qu'il vous manque en Belgique, c'est le style.
Colin :
Ouais, on a l'air un peu con, nous.

- Les flamands ont mis en ligne le clip de Razoreater, chanson extraite de leur prochain album "Mass IV", qui devrait sortir fin mai.
- Photo de Sabrina Cohen-Aiello

Plus de VICE
Chaînes de VICE