Avec les culturistes naturels de France

De Mantes-la-Jolie à Lormont, ces athlètes ont fait du bodybuilding leur sacerdoce.

|
juil. 2 2015, 5:00am

Toutes les photos sont de Baptiste Glorion et Alexis Pazoumian

Avant de réaliser cette série photo, le monde du culturisme naturel nous était totalement étranger. Nous ne sommes pas des grands sportifs, mais nous avions depuis longtemps envie de collaborer ensemble sur un projet documentaire. Notre enquête a commencé par l'infiltration des milieux culturistes via Facebook. Puis notre recherche s'est tournée vers des personnages importants de ce milieu, des champions, des présidents de fédérations, des anciens athlètes. Le but était de pouvoir bénéficier des meilleures informations sur le sujet, mais aussi de pouvoir envisager d'obtenir des accréditations pour accéder aux salles d'entraînement et aux compétitions.

Dès notre première rencontre avec un athlète, nous avons été subjugués par son physique impressionnant. Plus tard, nous avons été très surpris par la difficulté de leurs entraînements, leurs régimes, et les contraintes que ce sport pouvait exercer sur leur vie personnelle. Tout d'abord, nous avons passé une journée à Mantes-la-jolie pour documenter les qualifications de la région Île-de-France. Puis nous sommes partis deux jours durant à Lormont, près de Bordeaux, afin de couvrir la finale du championnat de France. À chaque fois, nous avons été très bien accueillis.

Apparu au XIXème siècle, le culturisme ou « bodybuilding » est un sport esthétique qui consiste principalement à développer sa masse musculaire. Cette discipline est fondée sur quelques principes importants : un entraînement de musculation, du repos, un régime alimentaire très rigoureux. Dans sa définition stricte, le culturisme naturel est la pratique du body-building sans l'aide d'appareils susceptibles d'entraîner une modification de la physiologie : appareils de musculation, produits chimiques, opérations chirurgicales. Il y a donc, dans le culturisme naturel, des limites à ne pas dépasser – surtout en termes de volume musculaire.

La différence physique peut vite devenir flagrante entre un athlète « naturel » et un athlète « sans limite ». D'une part, les risques cardiovasculaires,les risques d'apnée du sommeil, d'hypertension sont considérablement réduits. Ensuite, les fédérations de culturisme « sans limite » sont beaucoup moins regardantes en termes de contrôle anti-dopage. Elles bénéficient de plus de moyens et de sponsors qui permettent à certains athlètes d'envisager une carrière et une progression internationale. C'est pour cette raison que nous nous sommes intéressés à la Fédération de Culturisme Naturel (FFHMFAC) avec l'objectif de se rapprocher des passionnés, à qui ce sport coûte cher pour presque aucune reconnaissance.

Au cours de notre projet, nous avons pu voir à quel point les athlètes étaient habités par cette passion – être culturiste est un sacerdoce. 2h par jour, 7 jours sur 7, les entraînements s'enchaînent et ne doivent jamais être pris à la légère. Il leur arrive parfois de s'entraîner la nuit avant d'aller au travail. Le régime est coûteux, contraignant, et met les corps à rude épreuve. Cette préparation demande des sacrifices énormes – qu'ils soient financiers, sociaux, professionnels, personnels, psychologiques ou physiques.

En France, il existe plusieurs fédérations de culturisme. Le culturisme naturel est reconnu par une fédération agrée par l'état, et par le comité olympique. Néanmoins, aujourd'hui les athlètes « naturels » développent leurs muscles dans des salles et avec les appareils de musculations. La vraie différence avec le culturisme « sans limite », au delà du fait qui ne soit pas reconnu par l'état, c'est qu'il est interdit d'utiliser des produits chimiques dangereux et parfois interdits dans le but de développer sa masse musculaire et de faciliter la récupération.

Sur cette photo, un jeune homme est en train de se faire appliquer du Tan sur le corps par son coach. Cette crème permet de teindre la peau des athlètes en bronze et or afin de leurs donner une plus grande dimension. Le plus souvent, les athlètes se l'appliquent avant leur passage sur scène et même la veille afin de faciliter l'imprégnation. Très souvent, les athlètes sont accompagnés par leurs femmes, leurs amis ou bien encore un autre athlète. Tous peuvent faire office de coach et soutiennent le bodybuilder dans la préparation et au cours de la compétition.

Les compétitions jouissent d'une absence totale de prétention. Il n'y a pas de sponsors, pas de dotations ou de grosses récompenses. Durant plusieurs jours, les athlètes vont passer sur scène par catégorie de poids, d'âges et de sexes. Ils vont effectuer une série d'exercices en même temps devant un jury qui leur dicte les différentes positions à effectuer. Une fois cette partie terminée, ils passent seul sur scène avec une musique de leur choix sur laquelle ils se sont entrainés durant des mois.

Nous avons été très étonnés par la diversité des profils que nous avons rencontrés : pères de famille et grand-pères, cadres moyens et ouvriers, hommes et femmes, jeunes et personnes âgées. Presque toutes nos idées reçues sur les culturistes se sont avérées fausses. De manière générale, ce sont des gens humbles qui travaillent très dur pour obtenir ce qu'ils veulent.

Retrouvez Baptiste et Alexis sur leurs sites respectifs, et plus de photos ci-dessous.

Plus de VICE
Chaînes de VICE