Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
guide

Le guide Vice pour s'habiller quand on est malade

Ou comment rester fille avec 39 de fièvre et envie de rien.

par Julie Jalabert
15 Décembre 2011, 12:00am

« La malade », Félix Vallotton.

Ça fait maintenant trois jours que je suis clouée au lit et que le moindre effort physique me met dans le même état physique qu’un triathlon. Après avoir relancé le marché français du mouchoir, eu le temps de réfléchir aux trucs les plus débiles possibles (refaire ma vie dans un pays étranger, trouver un employeur), et bu huit litres de thé vert, je me décide à faire part de mon expérience, et de mes réflexions, à toutes les filles qui se sont déjà posé la question : « comment m’habiller alors que je suis en train de crever ? ».

La première chose à retenir, quand vous êtes malade, c’est qu’il ne faut pas mettre de mascara. La première raison, plutôt évidente, c’est que quand on a un rhume, on pleure. Puis surtout, ne pas en porter vous donnera forcément l’air plus fatiguée, et personne ne pourra vous accuser d’en faire des caisses ou pire, de faire semblant.

Côté vêtements, pensez « chaud et confort ». L’indispensable, quand vous êtes à l’agonie, c’est le legging. Mais il ne faut pas se contenter du look pétasse-américaine-avec-cameltoe, il faut l'outrepasser, l’exploiter dans toute sa diversité. Voici donc un petit guide de tenues qui, quand vous êtes malades, allient le pratique à l’agréable et donnent aux garçons l'envie de vous voir nues sous vos gros pull.

POUR RESTER AU LIT, SEULE.

Écharpe en cachemire Burberry, sweat Marlboro vintage, chaussettes Asos, leggings Topshop, t-shirt Tie Dye vintage, poncho Asos, bonnet péruvien tricoté main, solution nasale isotonique Sterimar,  mug « mariage royal »,  infusion Lemsip, thé vert Lipton, papier toilette lotus.

Voilà venue l’heure où vous pouvez relâcher toute la pression que vous vous mettez (toute seule) sur les épaules chaque jour que Dieu fait. Vous pouvez même vous amuser à faire en sorte d’être la plus laide possible – j‘ai tendance à me concocter les looks les plus affreux auxquels je peux penser, comme ça j’ai l’impression de bien toucher le fond, je me fais de la peine et, dès que je me change, j’ai le sentiment d’être hyper bien habillée. Votre legging le plus atroce donc, vos chaussettes les plus vulgaires, votre t-shirt le plus hideux, votre pull le plus épais, un poncho, votre écharpe la plus douce, tout est permis. De toute façon, vous avez la peau du nez craquelée, les cheveux gras et vous crachez des trucs qui ressemblent à des huitres. Autant mettre ce temps à profit pour faire des expériences sur la laideur. Si vous ajoutez à tout ça le fait de ne pas mettre le moindre maquillage, d’éviter de vous laver et de garder vos cheveux tellement sales que votre jolie frange se transforme en trois mèches huileuses bien collées sur le front, vous avez tout compris. Croyez-moi, après quelques jours dans cet état, le simple fait de vous laver, de vous habiller et de vous mettre un peu de maquillage vous fera vous sentir tellement belle que vous aurez envie de parader dans toute la ville et de rire très fort à toutes les blagues en faisant voler vos beaux cheveux.

POUR ALLER AU TRAVAIL

Ouais, non.

POUR ALLER CHEZ LE MÉDECIN

« Winter leggings » American Apparel, bottines vintage,  chaussettes Topshop, t-shirt oversize Vila, t-shirt manches longues heattech Uniqlo, pastilles Strepsil, boîte de Dolipranes, pull en laine COS, sac « Alexa » Mulberry, bonnet et moufles Topshop, écharpe Urban Outfitters, manteau Pendleton, mouchoirs Kleenex.

L’idée c’est de lui faire suffisamment pitié pour qu’il ne rechigne pas à vous signer votre arrêt maladie et, surtout, qu’il vous file plein de médicaments. Il ne faut pas non plus aggraver votre état en vous y rendant. Il s'agit avant tout de se couvrir : grosse écharpe, moufles, collants, leggings ET chaussettes, bottines, débardeur, t-shirt large en coton, t-shirt manches longues chauffant, pull oversized, et grand manteau. Il ne faut pas hésiter à se parer de son plus beau look d’oignon - le médecin y sera sensible lorsqu’il vous demandera de vous déshabiller pour vous écouter les bronches et que ça vous prendra une demi-heure. Puis le « coup de chaud » que ce look vous procurera en entrant dans le cabinet est parfait, puisqu’il fait monter la température corporelle et, par conséquent celle qui s’affichera sur le thermomètre du scientifique. La combine du grand sac rempli de médicaments et de mouchoirs que l’on sort en cherchant sa carte vitale fonctionne aussi plutôt bien.

Important : éviter tout type de maquillage. À la place, enfiler un gros bonnet en laine. Ça évitera que les abrutis que vous croisez tous les week-ends et qui ne vous sourient toujours pas parce que c’est pas « cool » d’avoir l’air sympa, vous reconnaissent dans la rue et vous méprisent encore davantage la prochaine fois. 

POUR ALLER BOIRE UN VERRE

C’est une mauvaise idée. Vous allez avoir envie de fumer des clopes, de boire une bière (alors que vous êtes sous antibiotiques) et vous allez rentrer au bout d’une heure en regrettant le jour où vous êtes née. Faites preuve d’un peu de détermination et évitez de céder aux « viens, ça va te faire du bien de prendre l’air » – prendre l'air, c’est toujours des conneries.

POUR RECEVOIR SES COPINES

Avec un peu de chance, vous n’en êtes plus au stade où vous et vos copines vous comparez et êtes jalouses les unes des autres. Dans ce cas-là, vous n’avez aucun effort à faire. Restez vous-mêmes, envoyez tout le monde se faire foutre.

POUR LA VISITE D’UN GARCON BIENVEILLANT

Combinette Princesse Tam Tam, gilet APC, chaussettes APC, écharpe NeedSupply.com, poudre unificatrice M.A.C, blush Chanel, chocolat Lindt Excellence, élastiques et barettes Monoprix, lait hydratant Le Petit Marseillais, un bouquin triste avec beaucoup de pages.

Si vous trouvez un garçon assez gentil pour vous apporter un peu de thé, ou du chocolat quand vous êtes malade, il ne faut SURTOUT pas l’effrayer. Sa visite est la seule raison qui vous autorise à ôter les leggings (seulement le temps de sa présence). Il vous faut malheureusement aussi passer par la case « douche ». C’est inévitable.

Ce jeune homme vient précisément parce que vous vous sentez mal, et qu’il veut vous montrer son soutien. Ayez l’air d’en baver, mais dignement. Le top, c’est de paraître à la fois malade et un peu « mignonne ». Ces grands singes ont tendance à nous trouver attendrissantes quand on est un peu faibles, ça leur donne envie de jouer de leurs gros bras musclés pour nous protéger. Mettez en avant, mais de manière « oups, tu me prends à l’improviste, j’ai pas fait exprès d’être un peu sexy », certains de vos atouts féminins. Par exemple, vous pouvez porter une petite combinaison de nuit, short de préférence, et l’associer à tous les accessoires de la Grande Malade. Les jambes restent nues, mais l’écharpe, les grosses chaussettes, et le pull sont là pour rappeler votre condition, et votre souffrance.

N’associez pas trop harmonieusement ce que vous portez, il ne faut pas que vous ayez l'air d'avoir réfléchi à votre tenue. Une fois de plus, pas de mascara, mais un peu de poudre pour unifier le teint (jamais plus foncée que votre peau, s’il vous plaît, il faut que ça cesse), une touche de blush rose pâle sur les joues et les cheveux remontés en un chignon faussement mal fait.

Vous pouvez mettre un peu de crème hydratante, ça vous fera sentir bon sans que vous ayez l’air de vous être parfumée pour l’occasion. Mais rien de plus. Il s’agit en fait d’une sorte de test. Si ce garçon vous rappelle après vous avoir vue comme ça (ce qu’il considérera comme étant « vous dans le pire état possible » – ce qui est aussi un énorme mensonge), c’est qu’il en vaut la peine.

Ah, et n’oubliez pas de « malencontreusement » laisser traîner une plaquette de chocolat à côté du lit, ça lui fera croire que vous êtes gourmande, et que votre métabolisme fait que vous ne grossissez pas, malgré vos petits excès. Personne n’aime les filles qui ne mangent rien. Un gros bouquin suffisamment connu posé dans le lit constitue aussi une bonne astuce. Ça lui fera croire que vous profitez du fait d’être malade pour vous instruire, alors qu'en vrai, vous préférez mater des séries américaines.

POUR ALLER FAIRE DU SPORT

Plutôt crever. Je préfèrerais encore faire un hammam avec un cadavre, coucher avec un mec qui a la progeria, développer une alopécie circonscrite, passer toute une semaine dans un chalet avec des étudiants en médecine ou me faire manger un sein par Issei Sagawa.

POUR ALLER ACHETER DE LA SOUPE OU D’AUTRES TRUCS

Leggings Acne, compensées Urban Outfitters, manteau Topshop, rouge à lèvres Yves Saint Laurent, fond de teint Chanel, parfum Miss Dior Chérie, fard à joues Dior, pull Topshop, écharpe tricotée main Etsy.com.

Quand on fait ses courses, on tombe systématiquement sur des gens qu'on connaît. Surtout quand on est malade et qu'on manque de velouté de potimarrons à la crême faîche. C’est donc l’occasion de se permettre quelques folies (et surtout de vaquer à une occupation, parce qu’être malade, c’est avant tout très chiant). Travaillez-vous un joli teint, ajoutez du rose à joues, tamponnez un brin de rouge sur vos lèvres, et voilà 45 minutes de votre longue journée passées en un rien de temps.

C’est aussi l’opportunité rêvée pour sortir ces leggings fantaisie qui prennent la poussière au fond de votre armoire. Comme lorsque vous êtes allée chez le médecin, accumulez les strates de vêtements. Si les leggings de nos ennemies grandes, blondes et minces, tout droit venues de Scandinavie ne sont pas votre truc, vous pouvez toujours exprimer votre créativité à travers votre écharpe.

Aussi, ne jamais se lancer dans des défis dont vous ne sortirez pas vainqueur, notamment au niveau des talons. Considérez plutôt cette alternative que représentent les compensées. Je ne parle pas de pompes de danseurs filles nées hommes, mais de chaussures qui allongent la silhouette, l’air de rien et qui restent confortables. Pensez aussi à un manteau élégant et sobre, un truc d'hiver qui résiste au temps. Si vous tombez sur quelqu’un que vous connaissez, il aura l’impression que vous êtes simplement en tenue décontractée, genre « je sors de chez moi et j’ai juste enfilé mon manteau habituel et mes chaussures de-fille-mais-pas-trop par dessus mon pyjama cool ».  

Tout ceci est essentiel, surtout lorsqu'on est célibataire. En effet, c’est dans ce genre de situations que l’on croise le mec qui nous plaît, ou pire, son meilleur pote. Suivre ces conseils vous évitera de devoir vous planquer entre les petits pois et la moutarde et d’avoir l’air de vous être échappée de l’HP deux heures plus tôt.  

LA RÉMISSION

Après avoir laissé passer les trois premiers jours qui vous autorisent à faire ce que bon vous semble, il vous faut vous reprendre en main, progressivement, à tous niveaux. Commencez par l’hygiène, puis passez lentement à la réappropriation des produits de beauté et, enfin, forcez vous à lâcher ce look d’américaine (il pourra être repris à la prochaine épidémie, à la prochaine dépression, ou encore la prochaine fois que vous aurez envie de dire à tout le monde d’aller se faire foutre). Sachez aussi que vous pourrez officiellement dire que vous êtes guérie au moment où, débordante d'énergie et d'enthousiasme, vous regrettrez vos délicieuses douleurs et reconnaîtrez que c'est quand même un peu pourri de revenir à la vie normale.

JULIE JALABERT