Pourquoi les filles ne devraient jamais pratiquer le sexe anal

Parce que c'est douloureux, inutile, et globalement, horrible.

|
24 août 2012, 9:45am

Je suis assise dans la chambre d'une pote à moi. Je viens de finir sa bouteille de Collio Pinot Grigio et je suis censée écrire quelque chose sur ces gens qui aiment introduire un morceau de viande humaine à l'intérieur de leurs fesses. Pour être franche, je n'en ai pas la moindre idée.

Bien sûr, vous avez déjà été dans une relation à long terme et vous avez épuisé toutes les pages du Kâma-Sûtra piqué à vos parents pour finalement retourner à la routine missionnaire/fille-au-dessus/levrette. C'est le moment que votre copain choisira pour vous chuchoter un doux charabia au sujet de l'amour qu'il porte à votre cul. Ouais. Dans ces circonstances, ça ressemble à la chose la plus cool au monde. ;

Vous commencez donc à y penser. Vous commencez à envisager cette possibilité lorsque vous êtes dans votre lit, seule et excitée. Inévitablement, vous considérez à présent que cette pratique est incroyablement romantique et vous oubliez que cela ressemble à des lances roquettes pointés en direction de votre anus. Vous en êtes presque sûre : vous allez jouir à en mourir.

La prochaine chose que vous allez faire est de regarder des pornos, puis vous allez demander à une copine salope – ou un copain gay – qui vous le confirmeront : le sexe anal est à votre portée, vous allez franchir une nouvelle frontière avec votre partenaire pour « ne faire qu'un ». Il n'y a rien de mieux, hein. C'est pourquoi je vous en conjure, changez d'avis. Lisez ce qui suit.


C'EST COMME CHIER, MAIS À L'ENVERS

Réussir à sortir un excrément après un travail de longue haleine provoque, en effet, une sorte de micro-orgasme. Maintenant, prenez cette sensation parfaitement cathartique, multipliez-la par un million et rendez-la négative en mettant un gros tiret (-) juste devant.

Aucun anus n'est un Tardis. Votre cavité anale est un espace restreint et vous ne pouvez pas y introduire de la matière indéfiniment. Fatiguée que l'on y toque sans cesse, votre petite porte va casser. Presque irréparablement. Ce qui nous amène au numéro deux.

VOTRE PORTE ARRIÈRE VA RESTER HORS D'USAGE PENDANT UN MOMENT 

D'où je viens, il y a un vieux proverbe qui dit que « S'ennuyer, c'est comme attendre les neuf jours nécessaires à la guérison d'un anus. » Une rapide recherche sur Internet confirme que c'est exactement le temps que prend le trou de balle pour retrouver son état normal – et que c'est aussi la période de repos à observer entre chaque rendez-vous anal. Neuf jours.
Je ne veux pas en faire des tonnes, mais à mon humble avis, le corps humain possède un nombre défini d'entrées et de sorties possibles. Je sais que c'est un avis très strict, partagé par la majorité des homophobes, mais je pense qu'il est bon de le rappeler.
Toujours pas convaincue ? Plusieurs autres éléments risquent de parler pour moi.

ÉVACUER « CE QUE VOUS SAVEZ »

Et ne croyez pas que ceci sera le privilège de votre salle de bain, des toilettes du bureau ou du bar en bas de chez vous. Cela peut se produire à n'importe quel moment, et longtemps après l'acte. Pour en témoigner, je me souviens du visage de mon amie qui est passé par cinq teintes de vert différentes quand elle a réalisé que son anus s'épanchait alors qu'elle était en train de danser sur le canapé d'une boîte d'Ibiza – en plein happy hour, la pauvre. Et dans son bikini. Au début, on pensait que c'était à cause de la coke qu'elle avait ingérée, mais il s'est avéré que c'était la faute au pénis de son copain. 

Même pour ceux d'entre vous qui ont prévu d'utiliser une capote ou toute sorte d'objet sexuel grotesque, vous aurez toujours cette désagréable impression d'avoir envie de déféquer. Ce qui, si vous n'êtes pas un mutant boulimique, peut sembler agréable. Sauf qu'en réalité, ça ne l'est pas. Vous allez visiter les toilettes environ 25 fois par jour sans les résultats escomptés, et le seul changement notable sera une sensation nouvelle, celle de votre anus qui se contracte. Ce qui est tout à fait sinistre, en fait.

LE JEU DE POUVOIR PERVERS 

Une autre copine qu'on appellera Marlene – qui, au passage, était ma conseillère salope quand j'étais plus jeune et qui s'est mariée à 21 ans – m'a révélé ce sage conseil il y a des années : « J'adore ça, mais je ne leur offre que quand je sens qu'ils en ont vraiment envie. Tu es une femme et le sexe doit être pratiqué selon tes conditions. Ils doivent te supplier pour ça, être sur le point de pleurer. Accepte seulement si tu as quelque chose d'important à demander en retour. Genre, des vacances en yacht. » Si vous ne voyez pas en quoi ça craint, vous méritez que toutes les matières fécales évoquées jusqu'à maintenant vous soient ventilées au visage.

LE MANQUE DE SPONTANÉITÉ 

Pour pouvoir passer le pas, vous devez vous repasser mentalement le déroulement des événements, encore et encore. Et même avec toutes ces analyses – désolée de vous décevoir une nouvelle fois – ce ne sera jamais comme vous l'avez imaginé. Avec l'anal, il n'y a rien qui permette un glissé facile entre ces deux éléments qui ont été façonné par des milliards d'années d'évolution et Dieu (et je sais à quel point vous aimez faire rentrer des choses dans l'anus des autres). Rien ne se lubrifie, là-dedans. Donc n'espérez pas d'attrapé/jeté sur le lit, attendez-vous à un ralentissement du rythme et sachez-le, tout sera ruiné avant même d'avoir commencé. Tout ce qui vous attend, c'est un planning serré et des préliminaires marqués par une demi-molle et une humidité nulle due à ce que laisse présager la suite des événements. (Oh, excusez-moi, j'ai oublié de le mentionner ? Ça va faire mal. Super mal.) 

Et ne me lancez pas au sujet des substances lubrifiantes, artificielle ou organique, qu'un connard utilisera pour pourrir votre corps, vos cheveux, vos draps ou votre vaisseau spatial.
Pour simplifier, peu importe à quel point les intentions sont bonnes, ça n'en vaut pas la peine. Pensez seulement à la lutte pour lui faire enfiler le préservatif correctement. Puis, à ce moment où vous devrez nettoyer le sol souillé par le lubrifiant. À genoux.

VOTRE COPAIN VA AVOIR DU MAL À SE SOUVENIR DE VOTRE PLUS JOLI TROU

Et le plus gros problème, c'est que vous aussi. Une fois à l'intérieur, il sera tellement captivé par la peur de vous faire mal et l'impression qu'il aura d'être devenu un étalon – ou les deux – et vous serez tellement abasourdie par ce soudain bousculement des choses qu'il vous sera impossible de vous rappeler de cette petite fleur appelée vagin et de son rôle essentiel lors de vos galops nocturnes. 

Dans tous les cas, si je n'ai pas réussi à vous faire reconsidérer le sexe par derrière, je vous conseille tout de même de lui accorder l'attention nécessaire. Vous savez comment faire.

C'est à peu près tout. Le seul point qui reste à aborder est celui-ci :

JE NE SUIS PAS CONVAINCUE QUE LES MECS AIMENT TANT QUE ÇA

Un jour, l'un de mes ex-copains m'a dit que ça lui ferait mal, à lui aussi. Vous voyez, à cause de l'étroitesse de la chose. Mais ça remonte à si loin que les détails de la conversation sont aujourd'hui un peu flous. Il voulait quand même le faire, ceci dit. 

Quoi qu'il en soit, je m'en fous pas mal. Je ne suis pas un garçon, je suis une fille. Si vous êtes l'un des deux, laissez votre avis quelque part sur Internet ou dans les commentaires.

En ce qui concerne les gays, je suis désolé de m'être trop concentrée sur les hétéros mais bon, vous avez déjà tout un guide Vice pour être gay à bouquiner.

Plus de VICE
Chaînes de VICE