FYI.

This story is over 5 years old.

Livres et dvd

Le Carnaval des âmes fait partie de ces one hit wonders très chelou réalisés fin 1950 début 1960 aux États-Unis, à l’époque du cinéma d’exploitation et de la série B, viviers du cin...
15.6.10

LE CARNAVAL DES ÂMES

Herk Harvey

Wildside

Le Carnaval des âmes

fait partie de ces one hit wonders très chelou réalisés fin 1950 début 1960 aux États-Unis, à l’époque du cinéma d’exploitation et de la série B, viviers du cinéma indépendant à venir. Ce film est à ranger à côté du génial

Dementia

dans la série des dérives oniriques de meufs au bout du rouleau errant entre la vie et la mort à la recherche d’une vérité crispante. D’autant plus crispante dans

Le Carnaval des âmes

que le film est illustré par une musique à l’orgue, stridente et incessante, et parcouru par des éruptions sporadiques de ghoules qui ressemblent à l’incarnation humaine de Pazuzu dans

L’Exorciste

. Quand, au milieu du film, la fille hantée semble faire l’amour à son orgue, on dirait du Cronenberg, alors qu’on n’avait pas encore inventé le cinéma au LSD.

ALAIN TANNÉE

MES PRIX LITTÉRAIRES

Thomas Bernhard

Gallimard

Thomas Bernhard est ce que l’on appellerait de nos jours un

hater

, mais il l’est avec une telle classe que toutes les petites bites ­anonymes qui laissent des commentaires de merde sur les blogposts forcément géniaux de nos collaborateurs devraient lire ce livre attentivement.

Mes Prix littéraires

est une série de courtes nouvelles – une

épopée

– inédites qui montre les sentiments rageux qu’éprouvait Thomas Bernhard vis-à-vis des prix littéraires que l’Autriche, entre autres, s’acharnait à lui remettre, et ce malgré les discours scandaleux que l’auteur prononçait à ces occasions – le Premier ministre autrichien a même failli lui casser la gueule –, et son mépris affiché pour ces cérémonies (et,

in fine

, pour l’Autriche). En bonus, quatre discours qu’il a produits en public, dont celui de la remise du prix d’État autrichien: «

L’État est une structure condamnée à l’échec permanent, le peuple une structure perpétuellement condamnée à l’infamie et à l’indigence d’esprit. […] Nous sommes autrichiens, nous sommes apathiques ; nous sommes la vie en tant que désintérêt généralisé pour la vie…

» Précisons qu’il a d’ailleurs stipulé dans son testament qu’il ne voulait pas que ses œuvres soient distribuées en Autriche. Si toi, le

hater

, tu veux continuer à exercer ta détestation sur Internet mais le faire mieux, mets-toi à Thomas Bernhard.

BARBIE D’AUREVILLY

HI, MOM!

Brian de Palma

Carlotta

Il y a 500 degrés de lecture de

Hi, Mom!

, de Brian de Palma.

Hi, Mom!

, c’est l’histoire de de Niro qui revient du Vietnam. Comme tout un chacun, le sens de sa vie, c’est mater des meufs à poil. C’est pour ça qu’il commence par essayer de réaliser des films porno avant de suivre une compagnie de théâtre ­terroriste (à cause de leur affiche qui ex­pose une meuf à poil). Comme c’est un film de de Palma, c’est une leçon de cinéma magistrale, à tous les degrés. Mais comme c’est un de Palma pré-

Sœurs de Sang

, c’est aussi une comédie noire contestataire, expérimentale et absurde qui défonce autant le bourgeois que le révolutionnaire – voire même qui a plus de tendresse pour le bourgeois – et qui préfigure étonnamment plus

Taxi Driver

que

Phantom of the Paradise

, et ce malgré la présence de Gerrit Graham, alias Biff. C’est surtout une découverte essentielle qui va beaucoup plus loin que ça et qui m’a vraiment fait regretter de jamais mettre les pieds à la Cinémathèque.

JÉRÔME BORTSCH

LIMOUSINES BLANCHES ET BLONDES PLATIN

Dan Fante

13e Note

Pendant que vous étiez aux Nuits Sonores et que j’étais occupé à chier des glaires de la taille de mon pouce,

Limousines blanches et blondes platine

sortait en librairie. À travers son alter ego littéraire Bruno Dante, Fante le fils de Fante raconte l’épisode de sa vie où il a travaillé dans une boîte de location de limousines à Los Angeles. Il y parle de ses galères pour être publié, de ses tentatives de sortie de la boisson, et de ses rencontres avec pas mal de dingos, de la vieille la plus cool de la Côte Ouest et de sa nièce mannequin. Sa vie suinte la merde par tous les trous, mais je crois qu’elle vaut largement la peine d’être racontée. D’ailleurs, si j’écrivais ce texte pour un journal sérieux, j’hésiterais pas à dire que ce livre « prend aux tripes ». Alors arrêtez de nous casser les couilles en racontant sur vos blogs ­comment c’était trop golri samedi, quand Sabine a pris du speed pour la première fois, ou le soir où Billy a gerbé dans l’appart de votre sœur. Si vous avez envie d’écrire sur votre vie, faites des trucs qui valent la peine d’être racontés.

GEORGE W BROUSSE