FYI.

This story is over 5 years old.

LE NUMÉRO REPRÉSAILLES

Livres et DVD

Si j'avais été le tuteur de Rebecca Zlotowski à la fémis à la place de Lodge Kerrigan, voilà ce que je lui aurais dit : « Rebecca, vouloir faire un mash-up de Two Lane Blacktop, d'Akira et du cinéma de Cronenberg, ça défonce. Faut absolument pas
17.5.11

BELLE ÉPINE

Rebecca Zlotowski

Pyramide Video

Si j’avais été le tuteur de Rebecca Zlotowski à la fémis à la place de Lodge Kerrigan, voilà ce que je lui aurais dit : « Rebecca, vouloir faire un mash-up de

Two Lane Blacktop

, d’

Akira

et du cinéma de Cronenberg, ça défonce. Faut absolument pas que tu te perdes dans les emprunts poseurs et superficiels qui feront tomber

Belle Épine

dans la catégorie “film de règles” pour rejoindre ta copine Céline Sciamma. Tout le monde s’en fout que tu sois feuj. Si tu veux faire un cinéma de pathos, trouve-toi un autre sujet. Colle-toi aux moteurs, à l’essence et au cul et oublie le reste parce que telle que je te vois avancer, là, tu vas dans le mur et c’est con quand on a un beau projet comme ça. Et demande à Étienne Menu de te faire une voix à la radio, ça fera comme Roger Avary dans

Publicité

Reservoir Dogs

. Et si j’avais une fille, je l’appellerais Prudence moi aussi. » Mais voilà, tout ce que j’ai fait à la fémis c’est former des élèves à Photoshop. Étonnamment pourtant, Étienne Menu fait bel et bien une voix à la radio dans

Belle Épine

. Rajoutez à ça le fait que Léa Seydoux a montré ses seins sur la quatrième de couv’ de notre premier numéro, et vous avez ce qui ressemble le plus à un numéro de

Vice

France au cinéma. Mais la photo n’est pas signée Maciek Pozoga.

RIDLEY SCHIOTT

BEL-AMI

Mac Ahlberg

Bach Film

À l’orée de la flétrissure de ma vie, je regarde en arrière et je regrette qu’en cours de français on ne m’ait pas intéressé à Maupassant en me disant qu’on avait tiré de

Bel Ami

un film porno emblématique des années soixante-dix. C’est sûr qu’avec ça je me serais dit qu’on ne me faisait pas que lire de la merde. Je me serais intéressé à la littérature et j’aurais probablement tenté d’entrer en khâgne, ce qui m’aurait permis de suivre un parcours universitaire exemplaire et de prétendre au bénéfice d’une reconnaissance sociale qui passerait soit par l’obtention d’un prix littéraire soit par celle d’une simple carte de presse qui me ferait au moins entrer gratos dans les musées. Las, cependant que ma tige s’affesse et ploit aux premiers vents, je n’ai ni l’un ni l’autre. Bien plus qu’une bonne sortie, Bach Film vient ici de sauver une génération de trolls qui, contrairement à moi, pourront échapper à leur funeste destin en découvrant que Harry Reems et Marie Forsa ont joué dans un film adapté de Maupassant.

Publicité

TONY SCHIOTT

LA LUTTE INITIALE

QUITTER L’EMPIRE DU NIHILISME

Philippe Nassif

Denoël

Si vous êtes branché, narcissique,

control freak

, parano, hystérique, démocrate, junkie, faux ­artiste de merde, bourgeois, sous MD, si Papa et Maman vous filent encore de l’argent (ou si vous en avez, de l’argent), êtes ironique, snob,

gamer

, hédoniste,

new age

,

straight age

, répétez à qui mieux mieux que vous êtes nul, égaré, ­torturé, toxique, si la lecture de Maurice Blanchot a ­fantômisé votre adolescence pourrie, si vous ­allez à des vernissages toutes les semaines, êtes en ­psychanalyse, déprimé par toute la musique pop que vous écoutez depuis vos 14 ans, n’avez pas ouvert un livre depuis trois mois, alors lisez ce bouquin : vous vous y contemplerez comme dans un miroir et dégoterez peut-être une place au ­Paradis. OK, Nassif est l’un des rares journalistes français respectables mais bon, personnellement, je reste irréductiblement anarchiste, bouffonne, alcoolique, pornographe, je n’aime pas qu’on me dise quoi faire et j’ai tué la mère depuis belle lurette, comme quoi l’esprit du nihilisme n’aura pas ma peau. Bref, pour sortir de l’enfer tiède contemporain, tout est affaire de méthode et la mienne c’est de faire comme bon me plaît, soit à peu près l’inverse de ce que me conseille ce mec.

CLITORINE SARRAZIN

MANUSCRITS DE GUERRE

Julien Gracq

José Corti

Je me méfie des publications posthumes, romans inachevés, fragments, correspondances et autres fantaisies éditoriales assorties d’appareils critiques obèses qui glorifient le travail de fourmi d’éditeurs peu enclins à prendre des risques. Aucune malhonnêteté de ce type pour ces manuscrits inédits de la drôle de guerre de Gracq. Du 10 mai au 2 juin 1940, Julien Gracq a été un lieutenant d’infanterie pris en tenaille entre une troupe de ramasses défaitistes qui ne pensaient qu’à se beurrer en attendant l’armistice ou la mort, et une hiérarchie lâche : des semaines à tourner en rond autour d’un ennemi invisible surdéterminé par des affects coupables, fantasmé à un point presque érotique par une armée française tétanisée par son avance et subjuguée par sa force. Cette guerre introuvable, qui est une mise à l’épreuve de son éthique du détachement, il la passe à chercher la mer, et à remarquer, sans vraiment le déplorer, que décidément, il « ne fait pas corps ». Il rapporte quand même un épisode d’affrontement avec deux soldats allemands, et ça suffit à calmer ses contempteurs contemporains qui le réduisent à une caricature d’écrivain réfugié dans sa tour d’ivoire, sous prétexte qu’eux n’hésitent pas à « se mettre en danger » parce qu’ils explorent des thèmes aussi risqués que la sexualité, le sale petit secret et la mondanité frivole.

MARCO POLIO