enfants

Les enfants affectent votre espérance de vie

Une étude suédoise établit une relation entre avoir des enfants et vivre vieux.
29.3.17

Bien qu'avoir des enfants, pour certain, ressemble à une mort à petit feu causée par des crises d'enfant répétées, le fait est que les parents vivent plus longtemps que les autres,études à l'appui. Dernièrement, des chercheurs de l'Institut Karolinska à Stockholm ont aussi découvert qu'avoir des enfants a un effet sur l'espérance de vie à un âge avancé.

En se basant sur des données de recensement de 1,4 million de suédois et suédoises nés entre 1911 et 1925, ils ont découvert qu'après l'âge de 60 ans, hommes et femmes confondus vivaient plus longtemps s'ils avaient eu au moins un enfant, fille ou garçon. Les hommes sans enfant vivent en moyenne 18,4 ans après 60 ans, et les pères 20,2 ans. Les femmes sans enfant vivent en moyenne 23,1 ans après 60 ans, et les mères 24,6 ans. Conclusion de l'étude : à un âge avancé, « l'écart du risque de mortalité entre les parents et les non-parents s'accroît avec l'âge, chez les hommes et chez les femmes ».

Les chercheurs n'ont pas pu écarter d'autres facteurs de l'espérance de vie. Par exemple, le mode de vie et la possibilité ou non, ainsi que le désir ou non, d'avoir des enfants, ne pouvaient pas être mesurés à l'aide de ces données. Toutefois, ils affirment que « la conclusion selon laquelle l'association se renforce avec l'âge concorde avec des résultats d'études qui avaient montré que les personnes sans enfant manquaient de soutien vers la fin de leur vie ».

Bien qu'on puisse ainsi avoir l'impression que les parents vivent plus vieux parce qu'ils ont de l'aide de leurs enfants, ce n'est pas si simple. En entrevue avec VICE, l'auteure principale de l'étude, Karin Modig, a expliqué que l'équipe a été surprise d'apprendre que la distance entre les parents et les enfants n'avait pas de conséquence, contrairement aux prédictions. « L'écart du risque de mortalité entre les parents et les non-parents était plus grand si les parents vivaient loin de leurs enfants, et celui entre les non-parents et les parents vivant à proximité de leurs enfants était moins grand. »

À tout le moins, cette étude montre qu'il existe une relation entre avoir des enfants et vivre vieux, mais ce n'est pas terminé. Karin Modig estime que deux études complémentaires, qui sont en cours, pourront aider à mieux comprendre les premiers résultats. Pour les nouvelles études, on évalue d'abord si la présence d'un enfant a un effet sur le risque de tomber malade. Ensuite, on espère découvrir comment un enfant modifie l'espérance de vie de ses parents. À suivre.