graphisme

Le Los Angeles des années 60 raconté par ses pubs psychédéliques

Les archives du « Los Angeles Free Press » sont une fenêtre ouverte sur le psychédélisme qui agitait la côte ouest.

par Tanja M. Laden
26 Avril 2017, 10:44am

Toutes les images sont publiées avec l'aimable autorisation de J.J. Englender.

Quiconque a traîné dans les milieux underground à Los Angeles dans les années 60 a très certainement eu entre les mains un exemplaire du Los Angeles Free Press. « The Freep », comme il était alors affectueusement surnommé, a fait la chronique de toute la culture underground de la ville entre 1964 et 1978, animé par la bonne volonté d'une poignée de bénévoles. On y trouvait l'agenda de tous les événements et happenings — qui ont entre autres participé à forger la réputation de vivier pour hippies de L.A. — et des tribunes politiques. Plus d'un siècle plus tard, un passionné est parti à la recherche des archives du journal, qu'il a rassemblées sur un site dédié.

Plus que sa ligne éditoriale radicale, l'hebdomadaire se démarque par ses encarts publicitaires psyché qui nous font immanquablement penser à l'esthétique DIY d' Actuel. Projection de films sur le thème « Sexe, magie noire et sorcellerie dans le cinéma underground » ; « Centre psychédélique » proposant des bongs, des kaléidoscopes, du papier mâché ou des mandalas ; bus touristique psychédélique — les pubs du Los Angeles Free Press font aussi prendre toute la mesure du délire hippie qui agitait la côte ouest.

C'est ce qui a motivé J.J. Englender, l'archiviste émérite derrière la mise en ligne numérique du « Freep ». Installé à L.A. depuis une vingtaine d'années, ce graphiste d'origine anglaise s'est découvert une passion dévorante pour le journal, qu'il collectionne avidement. « J'ai toujours été un peu nostalgique de ce genre de période et j'adorerais pouvoir faire un saut dans le temps grâce à ces photos », raconte-t-il à Creators. « Plus je me plonge dans ce projet, plus je réalise l'importance de préserver ces documents. Je le vois comme une fenêtre ouverte sur le passé. »

On vous laisse tout le loisir de vous plonger dans les archives du Los Angeles Free Press en cliquant ici.