Publicité
Sports

Déso les teubés, Rumblr, le Tinder de la baston, c'était juste du marketing

Tout le monde se calme. C'était bien un hoax.

par Fightland Staff
10 Novembre 2015, 11:50am

Fightland Staff

La semaine dernière, beaucoup de médias se sont mis à relayer l'info d'une application de combat de rue, appelée Rumblr, alors en développement et qui devait sortir ce lundi. Une sorte de Tinder de la baston qui mettrait en relation les gros décérébrés qui voudraient se foutre sur la gueule.

Le site officiel de l'application présentait plutôt bien, en appelant ses utilisateurs des « combattants récréatifs ». Mais quelque chose clochait, définitivement.

Les screenshots où on voyait l'utilisateur "mattyice67", notamment, étaient trop clichés pour être vrais.

Rumblr devait débuter en version bêta pour les 5 000 premiers inscrits, en attendant d'être disponible sur l'App Store. Mais c'était bien un fake. Il s'agissait en réalité d'un coup de pub pour une nouvelle agence de marketing qui utilisait l'application pour démontrer ses « compétences en branding ». On trouve plutôt que ça démontrait de belles qualités pour élaborer des poissons d'avril bien compliqués.

« Rumblr était au départ un projet portfolio pour nous aider à lancer notre agence en conseil créatif, von Hughes », explique l'entreprise dans un communiqué. « Nous comprenons que certains d'entre vous attendaient vraiment d'utiliser une application comme Rumblr, et nous sommes désolés de vous décevoir. Cependant, si vous voulez vraiment vous défouler, pourquoi ne pas combattre des problèmes plus pressants, comme la violence urbaine, la violence conjugale ou la culture de la violence dans la jeunesse ? »

L'explication entière est disponible (en anglais) ci-dessous. Mais tout de même, l'engouement autour de cette fausse application pose question : y a-t-il vraiment autant de monde motivé pour la violence gratuite et la bagarre de rue, pour aller se défouler comme des teubés sur des inconnus qui ne vous ont rien fait ? Pourquoi tant de violence ? Relax, les gars.