Sur la route avec un chauffeur de Los Angeles
La vie des autres

Sur la route avec un chauffeur de Los Angeles

On a filé un appareil à Arthur, chauffeur Uber à ses heures perdues, pour qu’il photographie ses nuits de boulot – et ses clients bourrés.
3.5.17

Dans le cadre de notre série « La vie des autres », on a filé deux appareils jetables à Arthur, un chauffeur Uber et Lyft à Los Angeles. La journée, il est illustrateur, mais il se fait un peu d'argent la nuit en transportant des Californiens bourrés à travers la ville.

Arthur est un mec sympa – et il a assisté à des scènes très étranges lors du vendredi soir où il avait ses appareils avec lui. Un de ses passagers a tranquillement descendu une bière devant sa voiture, puis lui a demandé de le conduire chez son ex, d'autres se sont enfilé des Four Loko et de l'alcool bon marché. Quand Arthur a terminé sa soirée, il a emboîté le pas à ses clients et est allé à une soirée avant d'appeler un chauffeur pour lui – « afin de vivre et documenter l'expérience des deux côtés. » Voilà ce qu'il avait à nous dire sur cette nuit de folie d'où sont issues toutes les photos.

VICE : Tu peux nous raconter ce qu'il s'est passé vendredi soir ?
Arthur, chauffeur Uber : C'était l'éclate. J'ai commencé à conduire vers Gardena, puis je suis allé du côté de Hollywood et j'ai terminé dans la vallée de San Fernando. J'habite à Studio City, du coup ce trajet était parfait pour moi.

À quelle heure commences-tu à conduire, en général ?
Entre 20h et 22h. J'aime bien ce job parce que les horaires sont flexibles. Je conduis quatre nuits par semaine, en moyenne.

Publicité

Les gens sont-ils sympas ou malpolis ?
Les femmes sont toujours adorables. Les hommes aussi, sauf s'ils sont avec leurs copines.

Est-ce que les gens sont plus déchaînés les vendredis soir ? Quelqu'un a déjà vomi dans ta voiture ?
Pas pour l'instant, non. Pour autant que je sache, personne n'a failli vomir non plus. Et j'espère que ça va continuer comme ça. C'est vraiment une galère de se débarrasser de l'odeur de vomi.

Sur une des photos, on dirait qu'un mec est en train de boire à l'extérieur de ta voiture. Comment tu réagis quand ça arrive ?
Je leur demande de terminer leurs canettes avant de rentrer. Ce mec était bizarre. Quand on est arrivé là où il voulait aller, il m'a demandé si je pouvais attendre avec lui ; on est restés là pendant bien 20 minutes. Au début, je croyais qu'on attendait un de ses potes, mais au bout d'un moment, il m'a avoué que c'était là que son ex-copine habitait.

On m'a dit que vous conduisiez pour Uber et Lyft : y a-t-il une différence entre les deux ?
Je n'utilise jamais Uber en tant que passager. Lyft est moins cher, en général, et ils prennent une part plus raisonnable sur les gains du chauffeur. Je conduis principalement pour Uber, car c'est plus connu.

Tu as photographié beaucoup de passagers ! Est-ce que tu as eu droit à des réactions bizarres ?
La plupart ne voulaient pas être pris en photo. Je pensais que les gens se lâcheraient un peu plus un vendredi soir, mais plus ils étaient bourrés, moins ils voulaient qu'un inconnu ne les prenne en photo avec un appareil jetable. Je leur ai expliqué que je faisais ça pour VICE, mais ça devait ressembler à un mensonge éhonté.

Publicité

On dirait que c'est quelqu'un d'autre qui te transporte à la fin de la nuit. Que s'est-il passé ?
Je suis allé à une soirée après avoir fini le boulot. Je me suis dit que j'allais prendre un Lyft pour rentrer et voir ce que ça donnait d'être de l'autre côté. J'avais l'espoir que mon chauffeur puisse montrer la diversité des chauffeurs à Los Angeles, mais c'était juste un autre Blanc avec des cheveux longs. En gros, c'était moi, mais prêt à bosser plus tard.

Que fais-tu sur ton temps libre ?
Je suis illustrateur. Vous pouvez voir mon travail sur mon site.

Retrouvez le travail de Julian Master sur Instagram et sur son site.