Santé

Je me suis cogné la tête, comment savoir si c'est grave ?

Voici comment évaluer les dommages si vous avez subi un coup violent à la tête.
07 mai 2020, 7:31am
crâne
Photo : Getty Images

Un soir, alors qu'il est en train de dîner, votre ami s'agenouille pour lacer sa chaussure et, en se redressant, il se cogne la tête contre la table. Il se sent un peu étourdi, mais insiste sur le fait qu'il va bien. Même si le coup n'était pas si fort, à quel point devrait-il s’inquiéter ?

Qu'est-ce qu'une commotion cérébrale ?

Une « commotion cérébrale » n'est pas un diagnostic médical. Ce n'est pas comme un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque, où l’organisme subit un processus qui a un cheminement déterminé, au cours duquel les professionnels de la santé doivent, dans tous les cas, intervenir pour atténuer les dommages.

« Dire que vous avez une commotion cérébrale ne signifie rien de précis », déclare Douglas H. Smith, directeur du Centre pour les lésions cérébrales à l’école de médecine de l'Université de Pennsylvanie. « C'est plutôt une opinion selon laquelle le réseau du cerveau est endommagé. » C'est pourquoi le terme « traumatisme crânien » est parfois préféré.

Les conséquences d’un traumatisme crânien, si souvent évoquées dans les médias, font généralement référence aux commotions cérébrales répétées que subissent pendant des années les lutteurs, les boxeurs et les footballeurs. Dans le cas d’un seul coup, la situation médicale est différente, selon Smith. Certains rapports estiment qu'il y a entre quatre et cinq millions de cas lésions cérébrales aux États-Unis chaque année. Mais les médecins sont encore en train d'apprendre à enregistrer et à classifier universellement ces blessures, donc ces chiffres sont probablement faibles. Les conséquences de la plupart de ces lésions ne sont pas graves et disparaissent en quelques heures, poursuit Smith.

Dans quels cas une blessure à la tête est-elle grave ?

Il existe de rares cas où un seul coup à la tête provoque une hémorragie cérébrale. Une hémorragie à l'intérieur du crâne exerce une pression sur le cerveau et nécessite une intervention d'urgence immédiate. En général, une personne comprendra qu’elle en est victime en raison des crises, de l'incohérence et des vomissements qui peuvent l'accompagner. « C'est beaucoup plus rare qu'une commotion cérébrale typique et les symptômes sont généralement plus extrêmes », explique Richard A. Figler, codirecteur médical du Centre de commotion cérébrale de la Clinique de Cleveland.

Si votre ami souffre de vertiges et de maux de tête et qu'il n'est pas sûr que la situation soit suffisamment grave pour justifier l'intervention d'un médecin, il a un luxe que les victimes de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux n'ont pas : il peut attendre et voir si les symptômes persistent ou s'aggravent. « Regardez comment les symptômes évoluent en une heure, dit Figler. Le résultat sera le même. » Dans la plupart des cas, les dommages causés par une commotion cérébrale prennent fin après le coup. Même si les effets peuvent persister et nécessiter des mois de rétablissement, il n'y a généralement pas grand-chose qu'un médecin urgentiste puisse faire immédiatement après une blessure légère à la tête.

Les symptômes à surveiller sont les suivants : maux de tête, vertiges, confusion, fatigue, nausées, troubles de l'élocution, bourdonnements d'oreilles, perte de conscience temporaire et amnésie face aux événements qui ont précédé la blessure. Les tests administrés aux athlètes pour déterminer une contusion cérébrale comprennent souvent quelques questions de base sur la mémoire à court terme : « Dans quel stade sommes-nous aujourd'hui ? », « Qui a perdu le match ? »

Quels sont les effets d'un coup sur la tête ?

Les effets d'une commotion cérébrale peuvent également se manifester plusieurs jours après l'événement. « Bien que vous puissiez vous sentir bien le lendemain du choc, les symptômes peuvent se manifester plus tard, avec une activité différente », explique Alicia Sufrinko, neuropsychologue au centre médical de l'université de Pittsburgh.

Dans certains cas, dit Sufrinko, la personne ne remarquera pas un handicap grave tant qu'elle n'aura pas essayé une activité qui demande de la concentration, comme la lecture ou l'utilisation d'un ordinateur. Les symptômes peuvent également apparaître lorsque la personne pénètre dans un environnement qui nécessite un engagement mental plus important, comme un lieu de travail ou une rue très fréquentée.

Pour ceux qui ont subi des dommages à long terme à la suite d'une commotion cérébrale, un programme complet de rééducation et d'intervention médicale est prévu. Selon Smith, comme le cerveau est si mystérieux et que les neurologues commencent à peine à comprendre les effets d'un traumatisme, il n’existe pas encore de pronostic définitif ni d'ensemble d'attentes.

Le cas Natasha Richardson

En 2009, l'actrice Natasha Richardson faisait du ski près de Québec lorsqu'elle est tombée et s'est cogné la tête. Elle semblait aller bien et est retournée à son hôtel. Elle marchait et parlait normalement. Quelques heures plus tard, Richardson s’est plaint d'un grave mal de tête. Elle a été transportée par avion dans un hôpital de New York et est morte quelques jours plus tard d'une hémorragie cérébrale.

Le cas de Richardson a horrifié de nombreuses personnes qui pensaient qu'une petite chute pouvait déclencher un lent et silencieux mécanisme vers la mort. Certains reportages comprenaient le terrifiant terme non médical de « syndrome du parler et mourir ».

Bien qu'il y ait d'autres cas comme celui de Richardson, l'hémorragie cérébrale ne se présente généralement pas de manière aussi calme, dit Figler. Les convulsions et les vomissements sont très fréquents lorsque le sang fait pression sur le cerveau. Il est particulièrement important de rechercher les saignements chez les patients âgés et les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants, ajoute-t-elle. Mais dans la plupart des cas, vous le sauriez si vous étiez confronté à une situation aussi grave qu'une hémorragie cérébrale.

Comment traiter un traumatisme crânien ?

Allongez-vous un instant. Si quelques heures après vous être cogné la tête, vous vous sentez toujours étourdi, incapable de vous concentrer, incapable de dire ce qui vous est arrivé, ou si vous ressentez d'autres symptômes puissants et persistants, courez aux urgences.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.