10 questions que vous avez toujours voulu poser à une nonne

« L’abstinence est mon offrande à Dieu. Il s’agit d’une décision à vie, si bien que si je me masturbais, je serais très déçue de moi-même. »
28.9.17
Toutes les photos sont de Josefine Lippmann

Cet article a été initialement publié sur VICE Allemagne.

À l'âge de 17 ans, Ruth Lazar a renoncé à tout ce qu'elle connaissait jusqu'alors – son petit ami, ses amis et la perspective de fonder un jour une famille – afin de se consacrer à Dieu en devenant nonne.

Depuis 1983, Sœur Ruth vit à l'abbaye Sainte-Gertrude, située dans le village d'Alexanderdorf, à environ une heure au sud de Berlin. En tant que chargée des relations publiques, elle est le visage du monastère – elle intervient dans la presse locale et accueille les invités intéressés par l'histoire de l'abbaye ou par les travaux de son ordre. Elle m'a expliqué que le métier de bonne sœur est plus difficile qu'il n'y paraît, et qu'il est peu probable que je finisse en Enfer.

VICE : Bonjour Ruth. Combien de péchés commettez-vous par jour ?
Sœur Ruth : Tout dépend de votre définition du péché. Peut-on dire que je suis gourmande si je mange deux barres chocolatées ? J'espère que non, car j'en ai déjà mangé trois aujourd'hui. Selon moi, le péché implique de prendre délibérément la décision de faire quelque chose de mal. Les péchés excusables, tels que manger des sucreries ou boire de la bière, ne sont pas graves du tout. Dieu n'est pas aussi sévère.

Quel est donc le dernier péché capital que vous ayez commis ?
Probablement l'envie. Il y a quelque temps, j'ai pu participer à deux cours sur la spiritualité, et je voulais en suivre un troisième. Ça m'a vraiment embêté quand une autre sœur a été autorisée à y assister à ma place. Je l'ai enviée pendant un bon moment. Heureusement, ce qui est bien avec l'Église catholique, c'est notre foi en la confession. Si vous regrettez sincèrement quelque chose, un prêtre peut vous pardonner au nom de Dieu – effaçant de fait votre péché.

Sœur Ruth a décidé de devenir nonne à l'âge de 17 ans.

Croyez-vous que même les péchés d'Adolf Hitler puissent être pardonnés ?
Je pense que lorsque nous mourrons, nous avons tous la chance de rencontrer Dieu et de lui demander pardon – il en va de même pour Adolf Hitler. Que nous allions au paradis ou en enfer dépend de notre repentir. J'aime à penser qu'en la présence de Dieu, même des individus comme Hitler sont amenés à comprendre le poids de leurs actes et à les regretter. Peut-être qu'un jour, je serais assise sur un banc à côté d'Hitler, au paradis.

Vous aviez 17 ans lorsque vous avez décidé de devenir nonne. Qu'est-ce qui vous manque le plus dans le monde extérieur ?
Cela fait bien longtemps que mon ancienne vie ne me manque plus. À l'époque, cependant, ça n'a pas été facile – j'avais un petit ami et une vie sociale excitante. Mais, pour une quelconque raison, cela ne me suffisait pas. J'ai compris qu'il me fallait consacrer ma vie à Dieu, et le monastère était l'endroit idéal pour ce faire.

Y a-t-il quoique ce soit au sujet de l'Église que vous trouvez ridicule ?
L'Église célèbre toujours le fait qu'une femme soit promue à un poste supérieur, comme s'il s'agissait d'un accomplissement. Le fait d'en faire toute une histoire alors qu'il devrait s'agir d'une norme m'énerve grandement.

Vu de l'extérieur, on pourrait croire que toutes les religieuses passent leurs journées à prier et à faire du jardinage. Est-ce vrai ?
Ce serait la belle vie, n'est-ce pas ? Malheureusement, ce n'est pas toujours de tout repos – nous travaillons près de cinq heures par jour ; heures durant lesquelles je réponds aux demandes de la presse, discute avec les invités, fais office de bibliothécaire et supervise le journal du monastère. Nous tenons également une boulangerie où nous produisons des hosties, tandis que certaines sœurs s'occupent en effet de l'entretien du jardin. Parmi tout ça, nous faisons ce que pour quoi nous sommes là – nous prions. Nous célébrons six messes par jour.

Que feriez-vous si un couple homosexuel demandait à se marier dans votre église ?
L'Église catholique a une position très claire sur le sujet et nous nous devons de la respecter. Nous ne célébrons aucun mariage gay et aucune bénédiction publique. L'État a décidé d'autoriser le mariage gay, mais pour moi, le mariage est une union entre un homme et une femme.

Ruth est le visage du monastère – elle gère les demandes de la presse et accueille les invités.

Avez-vous le droit de vous masturber ou est-ce contraire à votre vœu de chasteté ?
N'importe quelle pratique sexuelle brise ce vœu. Bien sûr, le fait de vivre dans un monastère ne nous rend pas asexués, mais nous avons choisi de faire don de notre abstinence à Dieu. Il s'agit d'une décision à vie, si bien que si je me masturbais, je serai très déçue de moi-même. La masturbation n'est qu'un substitut bon marché à la véritable satisfaction.

N'auriez-vous pas aimé avoir un partenaire, des rapports sexuels, des enfants ?
Je suis très satisfaite de la décision que j'ai prise. Dans tous les cas, j'ai 57 ans à présent, donc la question des enfants n'est plus envisageable. La majorité des gens ne comprennent pas qu'une vie sans partenaire ne veut pas dire une vie sans intimité. Nous vivons ici car nous avons une relation étroite avec Dieu. Les chansons d'amour sont semblables aux prières – en tant que chrétienne, je n'ai pas besoin de chanter quelque chose à un partenaire quand je peux chanter quelque chose à Dieu.

Quelle voiture Jésus conduit-il ?
Je ne sais pas.

Une Christler !
[Rire moqueur] D'un point de vue théologique, c'est complètement faux, mais c'est très drôle.