Publicité
Noisey 1997

Quand les gangs straight edge terrorisaient l'Amérique

Au milieu des années 1990, la scène vegan straight edge popularisée par Earth Crisis était considérée comme une menace terroriste dans plusieurs États.

par Rod Glacial
07 Juillet 2017, 4:45am

« Salt Lake City, capitale de l'Utah, patrie des mormons et ville des prochains jeux Olympiques d'hiver. L'Ouest, le vrai. En pleine rue, le gang des Smoke More Pot, qui recrute chez les enfants d'immigrés et prône la liberté de fumer -du tabac, comme du cannabis- affronte celui des High Straight Edgers, qui représente la jeunesse locale, chaste et rigoriste. Moyenne d'âge : 16 ans. Coups de bottes, coups de matraque, coups de couteau. Plusieurs adolescents sont blessés. L'un d'eux, victime d'une fracture du crâne, doit être conduit de toute urgence à l'hôpital.

Mai 1998. Deux étudiants sont agressés par une vingtaine de mômes surexcités, battus à coups de chaîne et aspergés de gaz poivré. Leur crime : fumer dans la rue. Un peu plus tard, pendant un concert, un quarteron d'ados déchaînés s'acharne à coups de poing contre un jeune homme surpris un "joint" à la main. L'un des quatre agresseurs sort un poignard et taillade un X – symbole du gang – sur l'épaule du malheureux fumeur de marijuana. Marqué pour l'exemple. Ailleurs, une poignée de jouvenceaux fondamentalistes frappent un homme à la tête à coups de skateboard parce qu'il vient de jeter un mégot par terre. »

Non, ceci n'est pas un scénario de série B américaine comme il en existait des centaines dans les vidéoclubs des années 1980 et 1990. Cette énumération inquiétante d'une nouvelle race de crimes est en réalité tirée d'un article d'un certain Alex Kershaw, journaliste anglais pour The Guardian et The Independent, qui avait été repris et traduit dans un numéro du fanzine français Wee Wee, à la fin des années 1990. Spécialiste de la Seconde guerre mondiale, Kershaw avait choisi de forcer un peu plus le trait et de titrer son enquête sur le straight edge sans équivoque : Graine de nazis.

Lire la suite sur Noisey.