Etats-Unis

Une milice américaine soupçonnée d’avoir planifié une attaque contre la communauté somalienne

Trois personnes suspectées d’appartenir à une milice américaine du Kansas ont été formellement inculpées ce lundi pour avoir eu l’intention d’utiliser une arme de destruction massive.
18 octobre 2016, 1:33pm

Trois personnes suspectées d'appartenir à une milice américaine du Kansas ont été formellement inculpées ce lundi pour avoir eu l'intention d'utiliser une arme de destruction massive. Elles ont été arrêtées la semaine passée.

La milice est soupçonnée d'avoir prévu une attaque à la bombe contre la communauté somalienne.

Cette nouvelle affaire souligne la menace d'un terrorisme national, alors que les services de sécurité américains se concentrent surtout sur des groupes internationaux.

Selon les procureurs fédéraux, Curtis Allen, Gavin Wright et Patrick Stein sont des membres des « Croisés », une milice avec des « convictions souverainistes, islamophobes, xénophobes et anti-gouvernement. »

L'affaire a commencé il y a plusieurs mois, lorsque le FBI a reçu un appel d'un informateur, qui avait participé à de nombreuses réunions des Croisés, d'après ce que l'on apprend dans la plainte livrée vendredi par la Cour fédérale locale. Cette source a indiqué aux autorités que le groupe prévoyait de s'en prendre aux musulmans — qu'ils surnommaient « les cafards » — dans le sud-est du Kansas.

Les membres de la milice se retrouvaient régulièrement, toujours d'après la plainte. Ils échangeaient à partir de l'appli de messagerie cryptée Zello. Le FBI a découvert que le groupe « exprimait de manière routinière une haine envers les musulmans, les individus d'origine somalienne et les immigrés ». Les policiers ont alors réussi à identifier les artisans d'un projet terroriste.

Le groupe est soupçonné d'avoir voulu utiliser un engin explosif improvisé, pour faire sauter un ensemble d'habitations de la ville de Garden City, dans le Kansas. Le projet devait se concrétiser le 9 novembre, le lendemain de l'élection présidentielle américaine. L'endroit rassemble de nombreux immigrés somaliens qui y prient et y habitent.

Les documents de l'accusation apportent d'autres précisions. Selon l'informateur du FBI, Patrick Stein arrivait souvent aux réunions avec une arme de poing, un fusil d'assaut, des munitions, un gilet pare-balles et une lunette d'observation de nuit. À plusieurs reprises, Stein aurait crié « putain de traînées enturbannées » lorsqu'une femme somalienne passait en tenue traditionnelle.

La plainte mentionne une conversation datée d'avril. Stein aurait confié : « si tu commences à utiliser tes trucs sur les cafards, assure-toi de les couvrir avec du sang de porc avant de leur tirer dessus. » L'un des membres du groupe aurait également dit « un bon musulman c'est un musulman mort. »

Dans une autre conversation en mai sur l'appli Zello, Stein explique pourquoi il voulait s'en prendre aux musulmans.

« Le seul moyen que ce pays se reprenne c'est par un bain de sang et ce sera un putain de bain bien moche », a dit Stein. «À moins que beaucoup plus de gens de ce pays se réveillent, boivent un putain de café et décident qu'ils veulent reprendre le contrôle de ce pays. »

L'attaque à la bombe a commencé à être planifiée en juillet, selon les procureurs. Les trois suspects ont commencé à se retrouver dans le bureau de Wright à Liberal, dans le Kansas, où Allen travaillait également. Wright vendait des habitations modulaires dans cette ville.

Ce dernier aurait utilisé Google Maps pour identifier des possibles cibles, les étiquetant « cafards » et aurait imprimé des guides pour fabriquer des explosifs. Selon les autorités, le groupe avait choisi l'immeuble comme cible privilégiée vers août. L'informateur a alors présenté les trois hommes à un agent sous couverture. Il se faisait passer pour un trafiquant d'armes. L'agent a montré son matériel — emprunté au FBI à Quantico, en Virginie — et il a discuté du prix.

Le 11 octobre, la compagne d'Allen a appelé la police et a prévenu qu'il avait été violent, possédait des armes et avait disparu.

Lorsque les autorités ont retrouvé Allen, elles ont découvert une grande quantité de munitions dans sa voiture. Sa petite amie avait également dit avoir vu des composants utilisés pour la fabrication d'explosifs dans le bureau d'Allen. Le lendemain, les autorités ont réalisé des perquisitions et ont trouvé des éléments allant dans ce sens.

La découverte de cette attaque déjouée a effrayé la communauté musulmane de Garden City. Samedi, des centaines de Somaliens, de Malaisiens et de Birmans se sont retrouvées pour entendre le FBI et le discours des autorités, selon le journal Wichita Eagle.

« La seule réponse que je peux vous donner sur pourquoi cela est arrivé, c'est qu'ils voulaient s'en prendre à vos croyances religieuses », a dit le chef de la police de Garden City Micheal Utz. « Mais vous devez savoir que, peu importe si vous êtes un immigré ou non, vous êtes tous des citoyens de Garden City. »


Cet article a d'abord été publié sur la version anglophone de VICE News.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News