FYI.

This story is over 5 years old.

indé

Bienvenue dans « Trumpistan » — l'émission de télé indienne qui se moque du président

« Avec ce type, cela ne s'arrêtera jamais, » prédit la productrice de l'émission. « Du moment où il reste à ce poste, on ne manquera pas de contenus. »

« Si vous étiez en train de dormir, Trump a de nouveau fait des siennes. Un autre décret anti-immigration et un autre entretien téléphonique qui tourne mal. Avec Trump, chaque nouveau désastre est à portée de tweet. »

Voilà l'introduction de « Trumpistan », un nouveau programme matinal diffusé sur l'une des plus grandes chaînes anglophones du câble indien. L'émission, qui traite de l'actualité du président américain, est diffusée tous les matins à 8 heures 30, du lundi au vendredi. Le programme a été créé après que les responsables de la chaîne (CNN News18) se sont aperçus que les audiences atteignaient des niveaux records quand Trump était à l'écran lors de la couverture des présidentielles.

Publicité

Les Indiens sont déjà bien occupés par leur propre actualité, et Trump ne s'est pas beaucoup exprimé sur la plus grande démocratie du monde. Alors, pourquoi donc les Indiens s'intéressent à Trump ? La réponse peut sembler évidente pour tous ceux qui regardent la télévision indienne ou américaine.

« Tout ce qui est bruyant fait vendre, » explique Kasturi Mittra, la productrice de « Trumpistan » pour CNN News18. « Vous avez l'homme le plus bruyant au monde aux commandes [des États-Unis]. Il est odieux… il est sa propre caricature. »

Les chaînes d'information du câble indien connaissent un développement exponentiel depuis une quinzaine d'années. Aujourd'hui, le pays compte plusieurs chaînes d'info qui diffusent 24 heures sur 24 heures — et ce en plusieurs langues. Un peu comme aux États-Unis, les chaînes d'info indiennes sont dominées par les émissions de débats animés par de féroces modérateurs et des infographies attrayantes. (Les émissions d'infos indiennes ont déjà été la cible du « Daily Show » et de « Last Week Tonight ».) Le succès de ce type d'émission en Inde fait de Trump le sujet parfait, explique Mittra.

« Trumpistan » attire sans doute aussi des téléspectateurs parce que Trump partage quelques similitudes avec le leader indien, le Premier ministre Narenda Modi. Les comparaisons sont fréquentes entre les deux hommes : ils sont arrivés au pouvoir en surfant une vague anti-establishment et ils prônent un nationalisme qui met en péril la tolérance et les droits des minorités. Des soutiens d'extrême droite de Modi apprécient Trump qu'ils considèrent comme une âme soeur du leader indien dans cette nouvelle « ère de l'homme fort ».

Publicité

Mais les comparaisons s'arrêtent là.

« Modi est un homme politique sérieux… avec un sens de la gravité, » indique Pallavi Basu, qui présente souvent « Trumpistan ». « De nombreuses personnes ne prennent pas Trump au sérieux, parce qu'il dit tout ce qui lui passe par la tête. »

La veille de chaque émission, des producteurs installés dans un studio de Noida (à quelques kilomètres de Delhi) font le tour de l'actualité de l'administration Trump pour que Mittra puisse piocher parmi une série de sujets quand elle arrive le lendemain à 7 heures du matin (soit à 20 heures 30 sur la côte Est américaine). Quand l'émission commence 90 plus tard, les événements continuent de se développer à Washington, permettant aux journalistes de fournir des nouvelles en temps réel sur Trump.

Derrière le présentateur, il y a souvent des photos de Trump en train de faire du vélo dans un cylindre. L'émission diffuse aussi régulièrement des clips d'éditorialistes américains de CNN comme Dana Bush et Van Jones.

Mercredi dernier, l'émission a été diffusée au même moment que le discours de Trump prononcé face au Congrès. C'était la première fois que le président évoquait l'attaque à l'arme à feu contre deux Indiens dans le Kansas. L'un des deux hommes a été tué au cours de ce crime haineux. La mention de cet événement par Trump — doublé du fait qu'il lui a fallu près d'une semaine pour le faire — a été largement commentée en Inde.

Publicité

C'est donc une des rares fois où le sujet principal de « Trumpistan » était centré sur l'Inde. Alors que le discours était diffusé en direct, un montage du visage souriant de Trump devant le drapeau américain était périodiquement remplacé par des gros titres comme « Trump : Navré pour le Kansas », « Trump commence son discours en condamnant l'attaque du Kansas » et « Trump : L'attaque contre les Indiens répondait à des motivations racistes. »

Le traitement extensif de cette affaire dans l'émission fait écho à l'inquiétude de nombre d'Indiens qui ont de la famille aux États-Unis. D'autant plus que deux autres fusillades ont éclaté depuis — une en Caroline du Nord et une autre dans l'État de Washington, où l'assaillant aurait dit à un homme Sikh de « retourner d'où il y vient » avant de lui tirer dessus.

En Inde, on s'inquiète aussi pour les visas H1-B que Trump a promis de réformer. Environ 70 pour cent de ces visas, qui permettent aux étrangers qualifiés de travailler aux États-Unis, ont été délivrés à des Indiens l'année dernière. La semaine dernière, l'administration Trump a interdit aux entreprises de payer pour accélérer la procédure de visa.

Alors que Trump continue de faire la Une en Inde et ailleurs, les producteurs de « Trumpistan » vont faire évoluer l'émission. Mittra espère la rendre « plus décalée » afin de coller à la personnalité du locataire de la Maison blanche. Elle ne s'inquiète en revanche pas de la potentielle instabilité de son émission, alors qu'elle repose uniquement sur un homme politique américain quelque peu volatil et contesté.

« Avec ce type, cela ne s'arrêtera jamais, » dit-elle. « Du moment où il reste à ce poste, on ne manquera pas de contenus. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR