Environnement

La crise des déchets en Australie est pire que jamais

En 2018, la Chine a cessé d'accepter les déchets recyclables de l’Australie qui les a depuis planqués dans des entrepôts depuis.

par Gavin Butler, et Julian Morgans; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
27 Septembre 2019, 7:47am

Gavin Butler admire 10 000 tonnes de déchets recyclables dans un entrepôt à Derrimut, Melbourne. Toutes les photos sont de Ben Thomson

Au début de 2018, le gouvernement chinois a annoncé que le pays cesserait d'accepter les matières recyclables de l'Australie. Près d'un an et demi plus tard, ces photos illustrent le résultat. Étant donné que la production quotidienne de papier, de plastique et de verre usés dépasse les capacités de traitement au pays, les entreprises de recyclage ont décidé de ranger les matières recyclables dans des entrepôts ou de les enfouir dans des décharges, sans avoir de solution à long terme.

1568616494535-DSCF1313
Il y a deux ans et demi, un recycleur australien en difficulté, SKM, a rempli de déchets cet entrepôt de Melbourne.

Vous vous demandez peut-être pourquoi l'Australie a commencé à expédier ses déchets en Chine. Pourquoi ne pas simplement les recycler elle-même ? Pour la même raison qu’elle externalise un si grand nombre de ses processus industriels en Chine : parce que c'est moins cher.

Disons que vous venez de finir une brique de lait. Au lieu de la jeter dans un bac séparé réservé exclusivement à l'emballage carton, vous la mettez à la poubelle parce que vous supposez que quelqu'un d'autre, quelque part, se chargera de trier tout cela.

Ce que peu savent, c'est qu'une poubelle de produits mélangés ne peut être recyclée sans un prétraitement assez rigoureux. Les déchets en papier mélangés avec des canettes et des bouteilles en plastique seront difficiles à détruire. Même le verre brisé ne peut pas être fondu s'il reste des étiquettes, de la colle ou du liquide. La technologie de recyclage exige que les déchets en verre, en plastique et en papier soient lavés et éliminés séparément, sinon quoi ils ne peuvent pas être recyclés.

Pour cette raison, une tonne cube de matières recyclables australiennes mélangées est un produit de faible valeur. Pour les trois grands recycleurs australiens – SKM, Polytrade et Visy – le recyclage n'est pas un passe-temps altruiste motivé par la seule préoccupation environnementale. C'est une entreprise motivée par le profit, et chaque couche de prétraitement se transforme en profits. Donc, comme pour tout le reste, l’Australie a toujours envoyé la majeure partie de ses déchets mixtes en Chine, où les coûts de main-d'œuvre sont faibles et la réglementation environnementale laxiste, de sorte que les entreprises peuvent conserver une marge bénéficiaire saine. Et comme nous le découvrons maintenant, il est impossible de tout recycler en Australie. D'abord parce qu’il n’y a pas la capacité locale de traitement, mais aussi parce que ça fait perdre de l'argent.

1568608187937-DSCF1286
Carly Whitington, coordinatrice de projet pour Marwood Construction, la société qui possède l’entrepôt.

Il en résulte un énorme amas de déchets qui n’a nulle part où aller, stocké dans un entrepôt appartenant à une société australienne de recyclage contrainte à la faillite. Il y a deux ans et demi, cet espace situé à Derrimut, dans la banlieue de Melbourne, a été loué par l'un des trois grands recycleurs australiens, SKM, qui a été engagé par plusieurs mairies autour de Melbourne. Mais la Chine a alors cessé d'accepter le produit brut de SKM et son modèle d'affaires s'est effondré.

« Il devait s'agir d'un bail de douze mois, explique Carly Whitington, coordonnatrice du projet pour Marwood Constructions, l'entreprise qui possède l'entrepôt. Mais après douze mois, tout ce qu'ils avaient fait, c'était de remplir l’entrepôt et de fermer les portes. C'est tout. Nous avons commencé à nous demander ce qui se passait. Nous étions en contact avec la direction de SKM qui nous assurait que tout serait vidé d'ici la fin septembre, mais j’en doute. »

1568608217657-DSCF1290
Au dernier décompte, en 2016-2017, l'Australie avait produit environ 67 millions de tonnes de déchets. Un peu plus de la moitié de ces matières ont été recyclées, avant que la chine n'impose un embargo sur les matières recyclables.

Carly a sans doute raison. La société SKM a été rachetée le mois dernier par des liquidateurs et l'entreprise n'a pas payé le loyer depuis des mois, si bien que Carly se retrouve avec un entrepôt rempli d'ordures qu'elle ne peut pas légalement déplacer.

« Ce n'est pas notre stock, dit Carly. Il appartient à SKM Industries, qui est toujours une entité opérationnelle, donc on ne peut pas y toucher, même s’il y a un risque d’incendie. » Par risque d'incendie, Carly fait référence aux plusieurs milliers de tonnes de plastique et de papier qui ont séché à l'intérieur pendant deux ans et demi. Une étincelle suffirait à tout brûler. « C'est pourquoi il ne doit y avoir aucune étincelle, dit Carly. Nous devons juste espérer que SKM surveille le site. »

1568608259286-DSCF1287
Un petit pourcentage des déchets de SKM a été trié. Le plastique attend d’avoir un endroit où aller.

Pour l'instant, il n'y a pas de solution. La société Marwood Constructions a fait appel aux médias pour attirer l'attention du gouvernement sur sa situation, c'est pourquoi elle ne nous a pas donné accès à son dossier. Quant aux déchets, ils finiront probablement dans une décharge, une fois qu'une solution aura été trouvée avec SKM.

Quoi qu'il en soit, la crise actuelle a démontré que l'Australie n'est pas préparée à gérer ses propres déchets. Et son marché de l'emballage à usage unique est plus fort que jamais. Et sans investissement intérieur ou innovation, ou sans véritable préoccupation pour l'environnement, l'Australie n'aura pas de programme de recyclage.

Ben Thomson est sur Instagram.

1568608297010-DSCF1288

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
australie
Chine
déchets
recyclage