Life

On a discuté avec des frères et sœurs incestueux

L'écrivaine Chloé Combi a passé des années à interviewer des jeunes à travers l'Angleterre – et ce qu’elle a découvert l’a beaucoup étonnée.
05 décembre 2019, 7:34am
famille inceste sexe
Illustration : Lily Lambie-Kiernan 

En 2015, j'ai publié un livre, Generation Z : Their Voices, Their Lives – le fruit de milliers d'entretiens avec des enfants britanniques de la génération Z. J’étais satisfaite des sujets discutés : le racisme, le sexe, le crime, l’identité, la sexualité, la mort, le handicap et l’injustice, entre autres choses. Certains récits n'ont pas été sélectionnés pour des questions de place, de répétitions ou des motifs juridiques. D’autres ont été omis pour une tout autre raison.

J'ai rencontré Grace au début de mes recherches. Elle voulait parler de ses problèmes de santé mentale, de ses parents – de ceux qui n'auraient jamais dû être autorisés à élever un enfant – et de son personnel soignant inefficace et indifférent. Les dommages collatéraux subis par cette adolescente de 17 ans étaient profonds : une anxiété aiguë, un trouble obsessionnel compulsif, une combinaison d'anorexie, de boulimie et de frénésie alimentaire qui l'avaient menée trois fois à l’hôpital, plusieurs tentatives de suicide infructueuses ainsi qu’une une fâcheuse tendance à consommer tout alcool, drogue ou relation sexuelle qu’elle se voyait proposer.

La seule lueur d’espoir dans la vie de Grace semblait être son petit ami calme et stable, Adam. D’après sa description, c’est lui qui l’avait « sortie du gouffre ». Il était évident qu’elle l’aimait profondément. Puis, quelques mois plus tard, alors que nous avions bien avancé dans notre processus d’entretien, Grace m’a avoué qu’Adam était non seulement son petit ami, mais aussi son frère. Pas son beau-frère ou son demi-frère. Non. Son frère germain.

Après quatre ans passés à interviewer des jeunes issus de milieux très variés, je m’étais entraînée à garder un visage de marbre, mais face à quelqu'un qui admettait quelque chose d’aussi tabou, il était difficile de ne pas poser les questions évidentes. Couchaient-ils ensemble ? Oui, tout le temps. Leurs parents étaient-ils au courant ? Ils n'avaient aucune idée d'où étaient leurs parents et ils espéraient qu'ils soient morts. Qui d’autre savait ? Personne. Envisageaient-ils de se marier et de fonder une famille ? Oui, absolument.

Grace m’a expliqué en détail le pourquoi du comment ils s’étaient mis ensemble. En raison de sa fragilité et de la nature incroyablement tragique et controversée de leur histoire, je craignais que la presse ne s'en empare, alors j’ai choisi de ne pas parler d’eux dans mon livre et de le faire dans cet article à la place.

Cette rencontre avec Grace et Adam m’a poussée à m’intéresser à la prévalence et à la dynamique de ce genre de relations. J’étais toujours partie du principe que les relations incestueuses étaient rares et toujours le produit d'abus. Mais si l'inceste entre parents et enfants est illégal dans une grande partie du monde, de nombreux pays adoptent une position beaucoup plus libérale sur l'inceste entre frères et sœurs.

incest map europe

Une carte montrant la légalité des relations sexuelles consenties entre frères et sœurs en Europe.

Creuser cette question très particulière et tacite, c'est révéler que non seulement les relations incestueuses sont plus courantes qu'on ne le pense, mais aussi que, dans certains cas, elles sont consensuelles et motivées par les mêmes choses que les relations adultes plus conventionnelles : romance, besoin, désir, solitude et attraction. Cela soulève toutes sortes de questions éthiques sur le consentement, la légalité et la moralité, mais aussi une autre question importante : quelqu'un peut-il vraiment avoir une relation sexuelle et émotionnelle saine et consentie avec un parent proche ?

Anna, 23 ans, pense que c'est possible. Elle décrit son frère jumeau comme son ex « petit ami ». Selon elle, ils ont commencé à « avoir des sentiments l'un pour l'autre » au début de l'adolescence, ce qui s'est finalement manifesté par une relation sexuelle et émotionnelle intense qui excluait toute autre relation romantique pour Anna ou son jumeau, Stephen.

Leur relation non platonique s’est terminée quand Anna a rencontré son copain actuel en troisième année d'université. Ce dernier n’est pas au courant de la relation passée d'Anna avec son frère. Pour Anna, cette relation a été l'une des meilleures choses qui lui soient jamais arrivées et a eu un effet positif sur son développement sexuel et affectif.

Daryl*, 24 ans, est d’avis que tout le monde ne peut avoir une relation romantique amoureuse saine avec un parent de sang. Il a eu une relation avec sa demi-sœur, Jessica, qui s’est mal terminée lorsque leur famille les a découverts dans des « circonstances assez dramatiques ».

Il est difficile d'amener les professionnels à parler ouvertement de l'inceste en dehors du domaine de la violence parce qu'ils craignent, à juste titre, de le légitimer et de nuire aux victimes de nombreux cas d'inceste non consentis. Mais le consensus est que l'un des principaux moteurs des relations incestueuses consensuelles semble être, paradoxalement, la nature fracturée des familles modernes.

Si vous n'avez pas grandi ensemble – comme dans le cas de Grace et Adam – vous n'avez pas le facteur de répulsion et de familiarité immédiate que d'autres frères et sœurs développent en vivant ensemble depuis leur naissance. De même, malgré notre hyper-connectivité, les gens sont plus isolés que jamais. De fait, beaucoup d’entre eux finissent par socialiser avec des membres de leur famille, surtout ceux d'un âge proche. Bien que ce soit rare, cela peut mener à autre chose que de jouer à la Playstation ensemble – comme dans le cas des jumeaux Anna et Stephen.

Il n'existe pas vraiment de statistiques sur ce que l'on pourrait appeler prudemment « l'inceste consensuel », et la plupart des experts soutiennent qu'il n'y a rien de tel, seulement des viols ou de la contrainte (par le père ou la mère). Internet, bien sûr, raconte une tout autre histoire. Il y a des communautés « pro-inceste » très actives à travers le monde, qui discutent de leurs propres relations incestueuses sur des tons allant de la culpabilité à la fierté en passant par l'excitation manifeste. Ces communautés offrent également un soutien à leurs membres et discutent des questions juridiques et des moyens de faire campagne pour légaliser l’inceste.

Pour confondre davantage la question, l'inceste est perçu très différemment selon l'endroit où l'on se trouve et les personnes en cause. Ma recherche s'est concentrée uniquement sur les jeunes (génération Z et millenials) et sur la dynamique entre frères et sœurs, demi-frères et demi-sœurs, demi-frères et demi-sœurs par alliance, précisément parce qu'il s'agit d'une zone grise dans de nombreuses régions du monde.

L'inceste entre parents et enfants semble être, à juste titre, universellement considéré comme un abus, notamment parce que la dynamique inégale du pouvoir interdit tout argument de consentement. Mais la dynamique entre frères et sœurs (dans certains milieux) brouille les cartes juridiques, éthiques et morales. Par exemple, en jugeant un cas de relations incestueuses entre un demi-frère et une demi-sœur ayant donné naissance à quatre enfants, un conseil d'éthique allemand a conclu en 2014 que « le droit des frères et sœurs adultes à l'autodétermination sexuelle dans une relation consensuelle a plus de poids dans ces cas que le bien familial abstrait ».

Si aucune collecte de données à l'extrémité la plus « consensuelle » du spectre n’a jamais été faite nulle part dans le monde, les statistiques sur l'inceste sont impressionnantes. Aux États-Unis, dans les années 1990, on estimait qu'entre 100 000 et 1 million de cas d'inceste se produisaient chaque année. L'ampleur de l'inceste dans le monde varie selon les chiffres que vous analysez – principalement parce que la nature très privée du phénomène obscurcit l'exactitude – mais on pense que l'inceste touche entre 2 et 10 à 20 % de la population. Au Brésil, les estimations de la prévalence de l'inceste varient considérablement, de 0,05 % à 21 %.

cersei jaime lannister

Cersei et Jaime Lannister dans « Game of Thrones ». Image : HBO.

Malgré ces différences d’attitudes à l'échelle mondiale, la société en général a encore tendance à voir les relations incestueuses d'un mauvais œil, et c'est compréhensible. Cependant, la culture populaire – celle que la plupart d'entre nous aime et consomme, pas la culture de niche bizarre – regorge d'inceste. Jaime et Cersei Lannister, frère et sœur amoureux dans Game of Thrones, ont plus semblé exciter le public que l’inverse, les réseaux sociaux étant inondés de mèmes sur notre inconfort à encourager leur relation nettement non platonique.

La même série présentait une relation sexuelle intense entre tante et neveu, Daenerys Targaryen et Jon Snow, et l'une des caractéristiques les plus unificatrices de la dernière saison (en dehors du fait que tout le monde l’a détestée) était l'insouciance dont tout le monde a fait preuve quant au fait que des parents proches avaient couché ensemble.

L'inceste n'est pas réservé au monde des épées et des dragons. La raison pour laquelle le livre Fleurs captives a été un « rite de passage à cacher sous le lit » (et plus récemment un film avec Kiernan Shipka) pour des générations d'adolescentes (et quelques garçons), est due à la relation incestueuse et illicite entre un frère et une sœur, Chris et Catherine. Des relations familiales officieuses sont aussi apparues implicitement et explicitement dans Star Wars, Sexe Intentions, Dexter et Arrested Development.

Mais là où l'inceste sort vraiment de la clandestinité, c'est dans la pornographie : l'inceste est l'un des genres les plus dans l'industrie pour adultes. Malgré le fait que les maisons de production contournent en quelque sorte le caractère illégal du sexe incestueux avec des titres tels que « Je baise avec mon faux frère » ou « Je punis ma belle-fille cochonne », on peut imaginer que les téléspectateurs regardent moins ces vidéos en raison de l'avertissement légal et moral et plus en raison du contenu hautement tabou et interdit. Même si la pornographie n'est pas exactement le reflet d'un comportement réel, elle reflète les désirs et les fantasmes sexuels des humains – et si Freud était vivant aujourd'hui, il se serait bien amusé à analyser les statistiques de Pornhub et d'autres sites semblables.

Cela dit, les relations incestueuses – même celles que les participants décrivent comme consensuelles – peuvent avoir des conséquences terribles et causer de graves préjudices. Dans cette optique, il est peu probable que l'inceste soit un jour accepté comme « normal » ou devienne une dynamique relationnelle avec laquelle nous sommes à l'aise.

À cause du jugement de la société, Grace a le sentiment d'être une aberration, mais cela ne change pas ce qu'elle ressent pour son petit ami/frère. Grace et Adam évitent les amis, les étrangers et de nombreuses activités parce qu'ils craignent d'être découverts et humiliés, mais c'est le prix à payer pour défier un tabou aussi transgressif.

Un professeur de psychologie d'Oxford, qui a demandé que son nom ne soit pas divulgué, fait remarquer que « le problème avec nos attitudes morales prohibitives à l'égard des sexualités que nous trouvons mauvaises ou immorales – comme, par exemple, l'inceste – est que cela nous empêche de les envisager de manière objective. Au lieu de les accepter et d'essayer de mieux les comprendre, nous traitons ces gens comme des parias et nous les pourchassons littéralement et métaphoriquement avec des fourches comme nous l'avons fait au Moyen Âge.

*Les noms ont été changés.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.