Life

À la rencontre d’une entrepreneure indépendante de pompes funèbres

« Je loue une place de parking pour le corbillard, parce que l'avoir dans mon allée me paraîtrait un peu bizarre. »
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, France
21.10.20
Merel dans le cimetière d'Amsterdam
Merel. Toutes les photos sont de l'auteure.

On peut très bien gagner sa vie dans l'industrie de la mort. Aux Pays-Bas, les funérailles coûtent en moyenne 7 500 euros. Sur ce montant, l'entrepreneur de pompes funèbres empoche 1 500 euros.

Si cela ne suffit pas à vous convaincre de vous lancer dans le secteur des pompes funèbres, considérez ceci : il n'est pas nécessaire d'avoir un diplôme spécifique pour devenir croque-mort aux Pays-Bas ou en France. Compte tenu du salaire, des frais de démarrage minimes et de la promesse d'avoir beaucoup de travail, il n'est pas surprenant que les gens s'y intéressent. Le nombre de maisons funéraires aux Pays-Bas a presque doublé au cours de la dernière décennie, passant de 1 000 en 2007 à 1 900 au début de 2018. Et ce, avant que le monde n'entre dans une pandémie.

Alors que la quasi-totalité des professionnels des pompes funèbres refusent de divulguer leur grille de prix ou de répondre aux questions sur les tarifs, Merel Westermann, 52 ans, a été heureuse de nous éclairer. J'ai discuté avec elle au cimetière Zorgvlied d'Amsterdam.

Merel dirige sa propre entreprise.

Merel dirige sa propre entreprise.

VICE : Salut, Merel. Comment t'es-tu lancée dans le secteur des pompes funèbres ?
Merel Westermann : Il y a environ 17 ans, mon meilleur ami est mort. Ses obsèques étaient très classiques : trois haut-parleurs, trois chansons, suivies d'un café et d'un gâteau. Il n’y avait rien de spécial. À l'époque, je travaillais dans un cabinet de sages-femmes. J'ai quitté ce travail ; je voulais aider les familles qui avaient perdu un proche, plutôt que les familles qui avaient accueilli un bébé.

En quoi consiste ton travail ?
C'est comparable à l'organisation d'un mariage. Je m'occupe de tout ce qui entoure les funérailles : les faire-part à envoyer aux proches, la publication d'une annonce dans le journal, le lieu, la restauration, l'embaumement du corps, le service, la musique, etc. Parce que je suis là, la famille n'a rien à gérer. Je reçois également les factures en leur nom. En fin de compte, la famille ne reçoit qu'une seule facture finale, qui additionne toutes les autres dépenses plus mes honoraires. Cette facture se situe généralement entre 2 500 et 8 000 euros.

Quels sont tes tarifs ?
J'ai un tarif tout compris. Pour un travail qui me prend entre 18 et 25 heures, c'est 1 850 euros avant impôts. S'il s'agit d'une très petite prestation, je facture la moitié, et si l'enterrement est très fastueux, je facture plus. En moyenne, je travaille avec 50 à 60 familles par an, ce qui représente environ une famille par semaine.

Voyons voir, cela fait 7 400 euros avant impôts. C'est un beau salaire mensuel.
Oui, c'est bien. Mais je paie beaucoup d'impôts. J'engage aussi des indépendants pour m’aider environ une fois par mois. Ces free-lances reçoivent entre 1 000 et 1 100 euros sur mes 1 850 euros d'honoraires. Le reste des honoraires me revient, ce qui me permet d'avoir un montant décent, même si j'ai aussi des frais. En fin de compte, je gagne entre 2 500 et 3 000 euros par mois.

Qu'en est-il des dépenses ?
Je dépense 350 euros par mois pour mon bureau. J'ai aussi une voiture et mon propre corbillard : une Mercedes 1 977. L'entretien de ce seul véhicule me coûte environ 100 euros par mois, mais je le mets régulièrement en location. Je loue une place de parking pour le corbillard, parce que l'avoir dans mon allée me paraîtrait un peu bizarre. La place de parking est à 650 euros par mois. J'ai aussi mon matériel pour garder les corps au frais et les rendre présentables pour les funérailles, du matériel d'information et un abonnement à une revue spécialisée. J'ai également investi dans des livres de condoléances, du papier à lettres et un beau site web qui doit être mis à jour de temps en temps.

Merel dans le cimetière.

Comment les clients te trouvent-ils ?
C’est principalement du bouche-à-oreille, surtout grâce aux personnes qui ont assisté à des funérailles que j'ai organisées. Et j'ai beaucoup d'amis et de connaissances, ce qui aide à trouver du travail.

Est-ce que tu baisses ton tarif quand c’est pour un proche ?
Oui, j'accorde une réduction de 50 % aux personnes que je connais personnellement. Dans ces cas-là, je passe aussi beaucoup plus de temps au travail.

Et lorsque les gens n’ont vraiment pas les moyens ?
S’ils sont vraiment à court d'argent, je ne leur fais payer que la moitié de mon tarif habituel. Et je les aide à trouver des options moins coûteuses. J'ai récemment prévu un service en plein air, pour une famille avec un budget serré. Nous avons monté une grande tente et les invités se sont assis sur du foin. Les gâteaux et le cercueil étaient faits maison. Ça n’a presque rien coûté, mais c'était quand même très spécial.

Que ressens-tu à l'idée de gagner de l'argent en traitant avec les morts ?
Je m'occupe des familles, pas tellement des cadavres. Encore une fois : si les gens n'ont vraiment pas beaucoup d’argent, je suis heureuse de leur faire payer moins cher. Je suis là pour les accompagner, pas pour profiter d’eux.

As-tu des projets pour tes propres funérailles ?
J'aimerais que ce soit dehors, avec un feu de camp. Je ne veux pas non plus de cercueil, je préfère être enveloppée dans un tissu. J'aime l'idée d'un service hippie. Mais en réalité, les funérailles sont avant tout pour les personnes qui restent, donc je vais laisser mes amis et ma famille décider de tout cela.

Merci, Merel.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.