Les « puppy girls », ces femmes qui se comportent comme des animaux

Jenna gagne 10 000 dollars par mois sur OnlyFans grâce à des vidéos où elle quémande de la nourriture sous la table.
21.9.20
Jenna puppy girl

Dans une vidéo, Puppy Girl Jenna quémande de la nourriture sous la table d'un restaurant. Son propriétaire finit par lui donner un petit morceau de viande. Dans une autre, elle est réprimandée pour avoir pissé par terre et se retrouve enfermée dans sa cage en guise de punition. Mais Jenna n'est pas un jeune chiot en cours de dressage. Jenna est une Texane de 21 ans qui fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Je suis tombée sur elle en swipant sans but dans mes « Pour toi » sur TikTok. Depuis qu'elle a publié sa première vidéo en mars, Jenna a acquis une renommée mondiale et a gagné 182 700 abonnés, dont beaucoup lui assurent un revenu mensuel de 10 000 dollars sur OnlyFans. « C'est de la folie, me dit-elle sur Twitter. Je n'aurais jamais pensé que mon étrange fétichisme serait suivi par autant de gens. Ça m'étonne encore. »

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du « puppy play », un dérivé du jeu de rôle animal qui a commencé à gagner en notoriété vers 2015, notamment dans la communauté gay. Il s'agit principalement de se comporter comme un chien, c’est-à-dire aboyer, se déplacer à quatre pattes, porter un collier et mâcher des jouets. C'est un fétichisme BDSM qui impliquait autrefois des accessoires de bondage comme des masques de chien en cuir, des combinaisons en caoutchouc et des bâillons.

« Je vois ça comme un fétichisme “allégé”. Les gens peuvent se familiariser avec la sous-culture du puppy play sans se précipiter » – Dani, puppy girl

Je précise qu’aucun vrai chien n’est maltraité, rassurez-vous. Il s'agit seulement d'un humain qui prend des attributs de chien. « J'aime avoir le sentiment d'être possédée par quelqu’un, dit Jenna. Je me sens protégée et aimée. C’est dans ces moments-là que je suis le plus à l’aise. » « Je remarque que ça attire de plus en plus les couples hétéros », dit Dani, une autre puppy girl qui partage des vidéos sexy avec son petit ami et « maître », Jack, sur Internet. Selon elle, c’est le fait d’avoir supprimé certains éléments esthétiques du puppy play gay BDSM, comme les masques en cuir et les harnais, qui a encouragé davantage de couples hétéros à se lancer.

Dani and Jack puppy play

« Je vois ça comme un fétichisme “allégé” poursuit Dani. Les gens peuvent se familiariser avec la sous-culture du puppy play sans se précipiter. C’est plus accessible pour les couples qui ne font pas partie d’une culture BDSM plus intense. »

Dani n’a pas de masque en cuir – elle dit que ce n’est pas son style – mais Jack et elle ont dépensé environ 300 dollars en oreilles, colliers, harnais, gamelles et autres accessoires pour chiens. Ils trouvent la plupart des articles sur Etsy ou dans de vraies animaleries, où ils inventent des chiens fictifs pour se sortir des conversations gênantes avec les vendeurs.

Dani et Jenna disent toutes deux que le fait de jouer le rôle d’un adorable petit chien correspond mieux à leur personnalité que tout autre rôle BDSM plus conventionnel. « Le chien est mon animal spirituel, dit Jenna. Cela me semble plus naturel qu'une relation maître/esclave. »

L'algorithme quelque peu aléatoire de TikTok semble avoir contribué à l'essor fulgurant du puppy play en ligne. Je ne suis pas la seule à avoir découvert Jenna sur ma page « Pour toi » ; ses vidéos ont atteint les écrans de milliers de personnes, suscitant l'intérêt de certaines et en déconcertant d'autres. Sur YouTube, il existe même une sous-culture de vidéos en réaction à celles de Jenna (voir : « TikTok Dog Girl is Going CRAZY » et « I Bought Your Puppy Girl Jenna's OnlyFans So You Don't Have To »).

Le fait d'être la risée d’Internet pourrait en contrarier certains, mais pas Jenna. « J'adore ces vidéos. Elles sont si drôles », dit-elle. Le truc, avec ses vidéos, c’est que la réaction initiale d'ahurissement et de dégoût peut cacher quelque chose d'un peu plus profond, comme une véritable excitation.

Shane Gillis a récemment interviewé Jenna dans son podcast Matt and Shane's Secret. « Tu m’as fait quelque chose. J'ai vu quelque chose que normalement je ne devrais pas aimer, et je me suis dit : “Pourquoi est-ce que je trouve ça aussi sexy ?” » C'est un sentiment souvent exprimé en ligne à l'égard de Jenna : les hommes sont à la fois confus et excités.

C'est l'autre raison pour laquelle les puppy girls font parler d'elles sur Internet : elles sont les premières femmes à se tailler une place dans le monde hétéro du puppy play, qui n'en est encore qu'à ses débuts. C'est une activité lucrative pour celles qui vendent du contenu, et elle peut parfois remplacer un emploi régulier, comme ça a été le cas pour Jenna qui était opticienne.

« Nous avons exploré notre intérêt pour le puppy play ensemble au fil du temps. Maintenant, il fait partie de ma vie quotidienne, pas seulement sexuelle. En fait, je porte un collier 24h/24 et 7j/7, avec mon médaillon » – Emily

« Mes revenus ont été multipliés par 100 depuis que je suis passée au puppy play, avait-elle dit à LadBible. Je gagne un salaire mensuel à six chiffres. » Les vidéos de Dani et Jack rapportent environ 400 dollars par mois.

Deux des puppy girls à qui nous avons parlé s’accordent à dire que le fétichisme ne se limite pas seulement à la gratification sexuelle et aux jeux de pouvoir, mais qu’il peut aussi améliorer les relations amoureuses.

L’une d’elles – nous l'appellerons Emily, car elle utilise le pseudo @DUMBPUPPYGIRL en ligne – me raconte qu'elle s'est essayée au puppy play et à d'autres fétichismes pendant des années avant de rencontrer son petit ami. Le fait d’adopter des rôles de chien et de maître les a rapprochés car cela reflétait les rôles de dominants et de soumis qui existaient déjà dans leurs rapports sexuels tout en maintenant un côté ludique et affectueux. « Nous avons exploré notre intérêt pour le puppy play ensemble au fil du temps, dit Emily. Maintenant, il fait partie de ma vie quotidienne, pas seulement sexuelle. En fait, je porte un collier 24h/24 et 7j/7, avec mon médaillon. »

De même, Dani et son partenaire se servent du fétichisme pour exprimer leur affection mutuelle. « C'est principalement non sexuel dans notre vie de tous les jours, dit Dani. Cela semble sexuel en ligne parce que c'est la façon dont nous choisissons de le présenter, mais pour nous, c'est plutôt intime et affectueux, presque puéril. »

Dani porte un collier, joue avec des jouets pour chiens et mange même parfois des friandises pour animaux que lui offre Jack. Ils font attention à garder leur pratique chez eux et pour eux, au cas où ils impliqueraient accidentellement quelqu'un d'autre sans consentement.

Ils ont tous les deux un emploi régulier et c’est toujours Dani qui donne le coup d’envoi. Si elle a son collier, c’est qu'elle est dans la peau du chien. Si elle ne l'a pas, elle est juste son « moi ordinaire ». Mais une fois lancés, Dani ne doit plus parler. Cela soulève une question évidente : comment aboie-t-on un safe word ? Le couple a trouvé des solutions inventives. « Pendant le jeu, nous utilisons les aboiements et les gémissements comme moyen de communication, explique Dani. Jack me pose une question et me dit d'aboyer une fois pour non, deux fois pour oui. Cela nous permet de rester dans l’ambiance. » « Nous discutons de certaines choses à l'avance. Nous sommes toujours en train de découvrir de nouvelles choses sur l'autre et sur nous-mêmes, alors nous essayons simplement de maintenir la communication aussi cohérente que possible », ajoute Jack.

Pour des gens comme Jenna, Emily, Dani et Jack, le puppy play semble apporter un côté ludique qu'ils n'ont pas avec les autres formes de BDSM. Alors, combien de temps avant que ce fétichisme ne devienne mainstream ?

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.