Environnement

Magawa, le « rat héros » qui démine le Cambodge

Comme quoi, même la plus petite des créatures peut œuvrer pour la paix.
9.10.20
Magawa en plein travail
Magawa en plein travail. Photo : PDSA/AFP

Les rats sont souvent associés à la maladie, aux égouts et aux ordures, mais l'histoire virale d'un brave rongeur au Cambodge a changé les mentalités du jour au lendemain.

Né en Tanzanie, Magawa est un cricétome des savanes de 5 ans qui est capable de détecter des munitions non explosées cachées dans la jungle et les champs à travers le Cambodge, le deuxième pays le plus touché par les mines terrestres après l'Afghanistan.

Publicité

Des bombes non explosées larguées pendant la guerre du Vietnam, aux mines terrestres posées par les Khmers rouges dans les années 1970 et dans les décennies de conflit civil qui ont suivi, le Cambodge compte plus de 25 000 amputés des mines, soit le plus grand nombre par habitant au monde.

Mais en l'espace de quatre ans, Magawa, qui signifie courage, a localisé un nombre impressionnant de 39 mines terrestres actives et 28 munitions non explosées. Il a aidé à déminer plus de 140 000 mètres carrés de terre, soit la taille de 20 terrains de football, sauvant ainsi des dizaines de milliers de personnes de la mutilation et de la mort. Et récemment, il est devenu le premier rat à recevoir une médaille d'or pour « sa bravoure et son dévouement ».

« Le travail de Magawa a eu un impact direct sur la vie de nombreux hommes, femmes et enfants au Cambodge touchés par les mines terrestres », a déclaré Jan McLoughlin, directeur général de l'organisation caritative britannique People's Dispensary for Sick Animals (PDSA), lors d'une cérémonie virtuelle le vendredi 25 septembre, en hommage aux incroyables réalisations du rat.

« Pour chaque mine terrestre ou reste non explosé que Magawa trouve, c’est un risque de mort ou de blessure grave en moins, a-t-il poursuivi. Son dévouement, ses compétences et sa bravoure sont des exemples extraordinaires et méritent la plus grande reconnaissance possible. »

La médaille d'or du PDSA, qui est décernée depuis 2002, reconnaît les actes de bravoure et de dévouement exceptionnels des animaux dans le cadre du service civil. L'année dernière, les lauréats étaient surtout des chiens.

Mais la victoire de Magawa, immortalisée par une photo de lui portant une petite médaille d'or, est devenue virale sur Internet et a mis les rats sous les feux des projecteurs du monde entier, alors que les recherches émergentes montrent chez eux de nouveaux niveaux de résolution de problèmes, d'intelligence et d'empathie.

« L'histoire de Magawa nous touche et nous montre que même la plus petite des créatures peut œuvrer pour la paix », dit l'anthropologue et chercheuse américaine Darcie DeAngelo de l'université d'État de New York à Binghamton.

DeAngelo, qui a rédigé une thèse sur les rats démineurs, a passé du temps sur le terrain au Cambodge à observer des rats comme Magawa et leurs maîtres au travail, ainsi que des vétérinaires, des experts en comportement animal et diverses équipes de formation.

Publicité

« Les rats ne sont pas des animaux de secours conventionnels et ne sont pas compatibles avec le militarisme, dit-elle. Mais ils sont extrêmement intelligents et adaptables. Ils sont de plus en plus utilisés car ils peuvent détecter et localiser les mines terrestres plus précisément que les chiens. Et ils coûtent moins cher à entraîner. »

Fort de son corps léger et de son odorat très développé, ce petit rongeur énergique vient renifler les bombes enterrées. Une fois qu'il a détecté l'odeur de TNT, un composant chimique hautement réactif que l'on trouve couramment dans la dynamite et d'autres explosifs, Magawa se met en état d'alerte, grattant le sol environnant pour prévenir l'équipe qui procède alors à l'identification des pièges potentiels et au bouclage de la zone. Commence alors le processus de déminage.

Et lorsqu'il ne travaille pas, Magawa aime bien s'arrêter pour courir sur sa roue et grignoter des bananes, des cacahuètes et des pastèques.

« Magawa est un sacré travailleur, mais il est aussi le premier à faire une sieste dès qu’il a une pause », explique son responsable, Malen, qui travaille pour l’ONG belge APOPO, qui sélectionne et entraîne des rats géants africains à détecter des mines terrestres et même des maladies comme la tuberculose.

Les médecins et le personnel de la clinique vétérinaire Animal-Mama de la capitale Phnom Penh ont également célébré la victoire de leur patient vedette. « Comme tous les rats héros de l'APOPO, Magawa est examiné par nos vétérinaires tous les quinze jours », dit la directrice de la clinique, Yulia Khouri.

« C'est un petit bonhomme très spécial, très amical, plein de personnalité et de cran. Il peut être assez têtu lors des examens, c'est très drôle et attachant. Il nous fait toujours tourner en rond et n'aime pas qu'on lui dise quoi faire ! »

Malen et Magawa partagent un lien fort, qui transcende le domaine du travail. « Magawa a sauvé la vie de tant de personnes et il compte beaucoup pour moi », dit Malen à propos de son petit compagnon.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.