Sexe

Vous nous avez confié ce à quoi vous pensez quand vous vous touchez

De Friedrich Nietzsche à la petite sœur de votre pote, vos fantasmes sont franchement douteux.
21.12.20
Masturbation orgasme
photo : ASDF

Aujourd’hui, 21 décembre, c’est la Journée mondiale de l’orgasme. Raison de plus pour se toucher ? Sans doute, mais on imagine bien que ça fait déjà neuf mois que beaucoup d’entre vous n’ont d’autre moyen de s’évader sexuellement que de faire ça seul·e… Quoiqu’il en soit, cette journée est un bon prétexte pour se redonner un peu d’espoir. 

Publicité

En gros, cette journée a été créée à l'initiative de Donna Sheehan et Paul Reffell de l’assos’ Global orgasm for peace. Les deux se sont apparemment dit que si on atteignait tou·tes l’orgasme en même temps, ça aurait une influence de dingue sur le champ énergétique de la planète – une vague d'ondes positives et harmonieuses qui aurait pour effet de réduire la violence. Difficile à mettre en œuvre cela dit… 

Par contre, cette journée est aussi et surtout un bon moyen de parler de l’orgasme, de comment l’atteindre et de pourquoi beaucoup de personnes n’y parviennent pas.

Nous, on a voulu savoir ce qui se passait dans vos cerveaux quand vous vous touchez. Voici une sélection de quelques-unes des réponses que vous nous avez envoyées par message vocal sur Instagram.

  • « Alors quand je me masturbe, c’est très simple. En ce moment, je pense au putain d’anulingus de 40 minutes que j’ai fait à mon amant. Ouais, le cul tendu avec ses putains de râles de plaisirs, c’était juste un putain de bon moment. Donc ouais, quand je me masturbe, je pense à ça. Et sinon, je pense à lui qui m’attrape genre dans les chiottes d’un bar un peu sombre dégueu. C’est soft au final, assez soft. »

Publicité

  • « Quand je me masturbe, je préfère penser au sexe de mon amant et à moi. Je peux m'identifier à ça, je me souviens du sentiment que ça procure et ça aide à la masturbation. »
  • « Je ne pense à absolument rien, mon esprit est vide. Pas de pensées, la tête vide. »
  • « En fait, je pense à des BDs, des mangas assez exhaustifs que j’ai lu et que j’ai bien aimé. Ça a l’avantage de produire une esthétique et un scénario, sans penser au visage ou au corps d’une personne mais à tout un imaginaire dessiné, c’est ça qui m’excite. Ça m'ennuie juste de penser à une vraie personne. Enfin…  ça dépend de la personne. »
  • « Bah quand je me masturbe, je repense à tous les mecs, euh, qui ont pas su me faire jouir et je me dis : “Putain, j’arrive a faire tellement mieux sans eux.” »
  • « Ouais quand je me branle, je pense à Friedrich Nietzsche. Très fort. »

  • « Quand je me branle, et que j’utilise seulement mon imagination, je me fais un bête de scénario de film de cul mais genre la frappe atomique. Je vais pas vous le donner parce qu’en réalité, je pense peut-être à l'écrire et à l'envoyer à une boite de prod de film de cul ou un truc comme as, parce que je pense que y’a quelque chose a faire. Bref, du coup je me fais un bête de scénario et en fait, à chaque fois, il avance un peu plus, à chaque fois j’ajoute une scène, des moments croustillants ou des trucs comme ça. Je visualise très bien, il faut avoir une belle visualisation pour pouvoir être vraiment immergé dans le truc. Il faut voir les portes, il faut voir les murs, il faut voir la matière des choses, il faut tout voir… »
  • « Quand je me masturbe, je pense à la petite sœur de mon pote. »
  • « Je pense à mon futur orgasme, ou alors je m’imagine un scénario dans ma tête avec mon copain, de préférence. Sinon, j’imagine aussi la bite de mon mec. Ça dépend des situations. »
  • « En ce moment, je pense à un des meilleurs potes de mon ex. Étant donné que selon certains codes relationnels, ça ne se fait pas de choper le pote des ex, je me contente d’y penser à ce moment-là. »

  • « J’ai beaucoup d'imagination, donc ça c’est une chance. Et du coup, j’imagine beaucoup. Y’a pas vraiment de visages, c’est des situations. C’est comment on va se toucher, la sensation, j’essaie de m’imaginer la sensation, la peau et des choses comme ça. En me touchant, je touche aussi mon corps ; je touche pas juste la partie intime. Quand je me masturbe, j’essaie de faire l’amour vraiment avec moi ; donc des fois, je pense pas seulement à quelqu'un mais juste à des sensations, la chaleur les doigts sur la peau, des choses comme ça. »
  • « En vrai, j’aime pas trop le porno. Je trouve ça un peu bizarre de se masturber en regardant des gens baiser. Enfin, c’est pas bizarre mais ça me gêne un peu. Du coup, en ce moment, c’est plutôt la meuf à qui je parle ; parce que j'arrive bien à m’imaginer des trucs. La tête, la voix, le corps, avant c’était mon ex mais maintenant c’est la meuf avec qui je parle. En vrai, quand t’es créatif, tu peux faire trop de trucs. »
  • « La vérité, quand je me touche, je pense à personne. La seule personne à qui je pense c’est moi. Pourquoi j’irai penser à quelqu’un d’autre quand c’est un moment que je partage juste avec moi-même, en fait ? Quand je me touche, je me fais l’amour à moi-même. J’ai pas besoin de penser à qui que ce soit, parce que je me suffis en fait. C’est moi, mon corps, mon esprit, c’est toutes les vibrations, toute l’énergie que je dégage de mon corps qui m’excite, qui me font monter. Et j’ai pas besoin de plus que ça. Ouais, je me fais l’amour à moi-même. Je m’excite moi-même. »

VICE Belgique est sur Instagram et FacebookVICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.