barbes ramadan covid-19
Des jeunes du quartier célèbrent le Ramadan dans un parking 
Culture

Une balade dans Barbès pendant le ramadan

Le photographe Cebos Nalcakan, originaire du quartier, montre comment les habitants du coin tentent de célébrer le ramadan malgré le confinement et le couvre-feu.
10.5.21

Chaque soir dans le nord de Paris, dans le quartier de Barbès (18ème arrondissement), on improvise du mieux qu’on peut pour vivre un mois de ramadan le plus normal possible – malgré le Covid et les restrictions sanitaires que la pandémie charrie.

Publicité

Quand certaines organisent des maraudes pour distribuer quelques mets bienvenus, d’autres transforment leur coffre de voiture en petite épicerie pour dépanner ceux qui ont oublié d’acheter quelques bricoles pour la rupture du jeûne. Un peu plus loin, un parking est transformé en salle de sport de fortune pour patienter jusqu’au repas attendu depuis l’aube. Là-bas, la police tourne, éjecte ceux qui veulent encore profiter un peu du square, et joue de la gazeuse.

Puis quand vient l’heure de se retrouver pour le ftor, on partage entre amis et familles les spécialités diverses ramenées par les convives. Mille-feuille tunisien, crêpes turques, soupes ou bricks composent généralement le menu. Puis, après avoir fait la vaisselle, on sort parfois une chicha et quelques jeux de société, alors que la nuit recouvre alors totalement Barbès.

Les photos de Cebos Nalcakan prises pendant ce ramadan 2021 :

barbes ramadan covid-19

L'un des commerçants du coin est contraint de fermer son commerce à 19 heures, la faute aux règles sanitaires. Mais il lui reste encore quelques bricks chaudes à écouler. Direction le trottoir. En quelques minutes, tout est vendu.

barbes ramadan covid-19

Une jeune femme du quartier, qui travaille pour une asso de Barbès, se prépare avant de partir en maraude. Avec deux copines, elles font les courses et préparent des sacs à distribuer – soit directement chez elles ou bien dans un local prêté pour l’occasion. Puis elles se mettent en route pour sillonner le 18ème arrondissement. Parfois, les distributions sont un peu compliquées en raison de la demande importante.

barbes ramadan covid-19

Un jeune homme décharge un camion avant une distribution de nourriture. Comme lui, beaucoup de jeunes et moins jeunes du quartier sont bénévoles pendant toute la durée du ramadan.

barbes ramadan covid-19

Pour éviter les embrouilles, la sécurité veille et détend les plus impatients ou ceux qui tentent de gruger dans la queue.

barbes ramadan covid-19

Certains soirs, des potes se rassemblent pour rompre le jeûne. Juste avant de se mettre à table, ils prient côte à côte.

barbes ramadan covid-19

Presque chaque soir, des jeunes du quartier se retrouvent dans l’un des parkings de Barbès pour finir leur séance de sport débutée pas loin, au square Léon, qui ferme à 19 heures en raison du couvre-feu. Grâce à une association de quartier, ils ont pu acheter quelques accessoires de sports.

barbes ramadan covid-19

C'est un jeune du quartier qui a monté cette solution de replis. S’il s’occupe de ramener le matos, les autres sportifs apportent leurs connaissances pour filer un coup de main à quiconque veut s’essayer à tel ou tel exercice.

barbes ramadan covid-19

Pendant ce temps, deux voisines du quartier préparent toutes les deux le repas du soir. Au menu ce jour-là : crêpes turques, soupe et bricks.

barbes ramadan covid-19

Durant le ramadan, il est fréquent d’inviter potes et famille à la maison pour partager un repas. Mais à cause du Covid, ce n’est pas toujours simple. On privilégie donc les réunions en petit nombre.

barbes ramadan covid-19

Chacun ramène alors une spécialité de chez lui. Il y a celui qui s'occupe d'acheter le dessert (ce soir-là, c’est mille-feuille tunisien), celui qui achète les boissons... Chez cette bande d’amis, le menu du soir : soupe, salade, brick, çig kofte et brochettes poulet, agneau, merguez.

barbes ramadan covid-19

Après le repas et la vaisselle, on sort les chichas et les jeux de stratégie.

barbes ramadan covid-19

Comme tous les soirs, après le couvre feu, les jeunes se retrouvent éjectés du square. Mais quelques minutes après la fermeture, ils y retournent pour finir leur match de foot jusqu’à la rupture du jeûne. Problème, la police vient souvent faire un tour pour mettre fin à la partie, distribuant amendes et coups de gazeuse.

barbes ramadan covid-19

Un jeune transforme chaque soir le coffre de sa voiture en une petite épicerie pour ceux qui ont besoin d’un Pitch, d’une boisson, de feuilles à rouler ou d’un paquet de clopes. Il est ouvert tous les soirs, dès la rupture du jeûne.

barbes ramadan covid-19

Un repas organisé dans un parking par les mecs du quartier pour la coupure du jeûne. Chacun a apporté un plat de chez lui, tel que du couscous, une soupe, des bricks, un tiramisu, du tieb, banane plantain, poulet... Les jeunes nettoient d’abord les lieux en passant le balai avant le repas, puis installent des tables et des chaises pour rendre le lieu un peu plus sympa.

barbes ramadan covid-19

Cebos Nalcakan est sur Instagram.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook