politique

Marine le Pen abandonne la présidence du Front National

Pourquoi sa démission du FN est un show de boucane.
24.4.17

Moins de 24 h après s'être classée deuxième au premier tour des élections françaises, Marine le Pen a annoncé lundi qu'elle prenait «congé» de son rôle en tant que présidente du Front National (FN). La candidate d'extrême-droite a récolté 21,4% des voies samedi, la propulsant dans une course à deux contre le centriste Emmanuel Macron, qui a obtenu 23,9% des voix.

« Je ne suis plus que candidate à la présidentielle », a-t-elle déclaré, avant d'ajouter qu'elle pose ce geste dans un effort de « rassembler tous les Francais ».

Publicité

Selon elle, son geste lui permettra de se libérer des contraintes partisanes du FN, mais c'est avant tout une campagne de marketing. En se dissociant du FN, Marine pourrait être capable d'aller recueillir les votes des eurosceptiques, des nationalistes et des altermondialistes qui ne se reconnaissent pas dans le programme du FN. Pendant ce temps, la personne qui assumera la direction du FN pourra continuer de dire aux partisans ce qu'ils veulent entendre. Smoke and mirrors…

Lors de la campagne présidentielle de 2002, alors que son père Jean-Marie Le Pen était président du parti, son équipe lui avait proposé de faire la même chose, mais il avait refusé.

Après l'annonce des deux vainqueurs du premier tour, plusieurs des candidats défaits (ainsi que l'actuel président de la république, François Hollande) se sont ralliés derière Emmanuel Macron, et ont recommandés à leurs électeurs de faire de même, dans un effort de stopper la présidence hypothétique de Le Pen.

Rappelons que le Pen souhaite, si elle est élue, mettre un frein à l'immigration et tenir un référendum sur la sortie de la France de l'Union Européenne.

C'est la première fois en 50 ans que les deux vainqueurs du premier tour ne font pas partie d'un des principaux partis politiques français.

Billy Eff est sur internet ici et .