Qui était la Vénus de Botticelli ?

Simonetta Vespucci a fait tourner toutes les têtes de Florence, y compris celle du peintre Sandro Botticelli qui en fera sa muse.

|
mars 8 2017, 2:22pm

On murmure encore dans la capitale toscane que Simonetta Vespucci fut la plus belle femme qui ait jamais vécu à Florence. Au 15e siècle, Les florentins l'avaient d'ailleurs tendrement surnommée « la san par » (la sans pareille) ou « la bella Simonetta ». Elle a quinze ans quand elle arrive à Florence pour célébrer son mariage avec Marco Vespucci dans le Palais Medici-Riccardi en 1469. Rapidement elle est remarquée par les puissants frères Médicis, Laurent (dit Laurent le magnifique, qui règne alors sur la République florentine) et Julien, son frère cadet, qui s'éprend immédiatement de la jeune fille. De nombreux écrits rapportent la passion dévorante de Julien de Médicis pour la bella donna qui ne pourra jamais répondre publiquement à ses déclarations d'amour bien que leur attachement l'un pour l'autre était connue de tous.

La légendaire beauté de Simonetta n'échappe pas non plus à l'œil affûté de Sandro Botticelli qui fréquente lui aussi le cercle très fermé de la famille Médicis. Lorsque les Vespucci se marient, il sort à peine de l'atelier de Fra Filippo Lippi où il a appris l'orfèvrerie, la gravure et la ciselure pendant plusieurs années, pratiques qui feront de lui un prodigieux dessinateur. Le jeune peintre est présenté à Simonetta peu de temps après le mariage et il succombe lui aussi à la beauté de la naïade italienne. Naît entre eux un amour platonique, celui qui lie parfois les artistes à leurs muses, et qui ne quittera plus ni son cœur ni ses toiles.

Portrait de Simonetta Vespucci (1480). La jeune fille a inspiré d'autres peintres comme Piero di Cosimo qui réalise ce portrait commandé par Julien de Médicis à la mort de Simonetta en 1476, alors qu'il n'a que 15 ans.

La naissance d'une muse

Malgré le gout prononcé de Botticelli pour les scènes religieuses et mythologiques, il n'a jamais caché sa préférence pour les portraits. Et quel plus beau modèle que Simonetta qu'il considère comme l'incarnation même de la beauté féminine ? Informé de l'homosexualité du peintre, Julien de Médicis habituellement jaloux comme un tigre, consent à laisser poser Simonetta pour Botticelli. Hélas, après seulement quelques croquis dont elle ne verra pas la couleur, elle est emportée à 23 ans par la tuberculose, laissant maris, amants et admirateurs inconsolables. Après cette mort tragique, Boticelli s'attaque à son allégorie Le Printemps, dans lequel la jeune fille incarne Flore, la nymphe des fleurs. Nombre de figures féminines qu'il peindra par la suite auront les traits immuables de sa muse disparue.

Le Printemps (1477-1482). Simonetta Vespucci incarne Flore, la femme avec la couronne de fleurs à droite et qui semble prête à enfanter.

Où est Simonetta ?

Les longs cheveux blond vénitien et la peau d'albâtre de la jolie Simonetta ont hanté les tableaux de Botticelli quasiment jusqu'à la fin de sa carrière. Mélancolique dans Vénus et Mars (1483), elle est allongée aux côtés de son ancien amant Julien de Médicis (qui meurt un an après elle). Elle éclot, divine, dans La Naissance de Vénus (1485) qui reste encore aujourd'hui l'une des représentations les plus célèbre de la reine vénusienne, et accessoirement le chef d'œuvre de Botticelli. Innocente, il lui donne traits de La Vierge à la Grenade qu'il réalise en 1487. Dix ans avant sa mort, le florentin peindra son dernier nu, La Calomnie d'Apelle (1495), et s'inspirera une dernière fois de la silhouette gracile et du souvenir de la belle florentine. Il meurt en 1510 dans un oubli relatif. Dans son testament le peintre a demandé à être enterré a proximité de Simonetta, ce qui lui est accordé. Il repose aujourd'hui aux pieds de sa muse dans l'église d'Ognissanto de Florence.

Vénus et Mars (1483)

Lucie est une muse de la Renaissance mais uniquement sur Twitter.

Plus de VICE
Chaînes de VICE