Stimuler vos neurones à l'aide de décharges électriques n'est pas une bonne idée

Eh, les bricoleurs du dimanche. Reposez ces électrodes immédiatement.
12 juillet 2016, 10:28am

Image: Matthew Murdoch/Flickr

Les personnes passionnées par l'amélioration leurs capacités physiques et cognitives ne craignent généralement pas de devenir leurs propres cobayes. La neuroamélioration par exemple, très à la mode, consiste à faire passer un léger courant électrique au niveau du crâne afin de stimuler la mémoire et la concentration. Cependant, les scientifiques ne sont pas encore certains de l'efficacité et de l'innocuité de cette technique, appelée stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS), ni quels peuvent être ses effets à long terme. Pourtant, elle est déjà utilisée par des amateurs dans un cadre privé.

Dans une lettre ouverte publiée le 7 juillet dans la revue Annals of Neurology, une équipe d'experts met en garde contre la stimulation cérébrale do it yourself, en faisant la liste de quelques effets secondaires potentiellement très inquiétants. En outre, l'amélioration de certaines capacités cognitives pourrait se faire au détriment d'autres capacités, provoquant des dommages à long terme, voire des dommages permanents.

La tDSC ne nécessite ni matériel coûteux, ni compétences techniques particulières. Pour cette raison, elle est très populaire dans la recherche et dans l'univers du DIY. Pour une petite séance d'électrostimulation, il suffit de poser des électrodes à des endroits ciblés au niveau du cuir chevelu, puis de faible circuler entre eux un courant de faible intensité.

« Vous pouvez acheter la plus grande partie du matériel dans un magasin de bricolage, puis faire votre tDSC chez vous, » explique d'une des auteurs de l'étude, Rachel Wurzman du Laboratoire de Cognition et Stimulation Neuronale à l'Université de Pennsylvanie.

Des subreddits entiers sont dédiés à cette activité ; on y trouve pléthore de gens qui ont déjà essayé la tDSC ou envisagent de le faire. Ils échangent des recommandations d'achat et des astuces techniques, de type « si vous mettez cette électrode ici, vous obtiendrez cela, » explique-t-elle. L'électrostimulation est extrêmement populaire auprès des gamers, mais également chez les personnes souffrant d'anxiété ou de dépression s'étant mis en quête de traitements alternatifs aux antidépresseurs.

Même le journaliste Motherboard Jason Koebler s'y est essayé. « J'ai tenté l'expérience une ou deux fois, » dit-il. « Au cours des séances, je ressentais des picotements au niveau du crâne mais pas la moindre douleur. C'était une sorte de sensation de bourdonnement assez agréable qui commençait à devenir pénible en fin de la séance seulement. »

« Je dirais que les effets ressemblent à ceux que l'on obtient après avoir bu une tasse de café. J'ai senti clairement que quelque chose se passait, mais l'effet était assez faible. Je n'ai passé de tests afin d'évaluer si mes capacités cognitives s'étaient améliorées, même temporairement, » explique-t-il.

Les chercheurs évaluent actuellement l'efficacité de la tDSC pour des applications très variées. Traiter la dépression et l'anxiété, certes, mais aussi aider les patients ayant été victimes d'AVC. Selon les premières études cliniques, le traitement pourrait améliorer certaines capacités cognitives à court terme, « mais il n'a rien d'un remède universel, » précise Wurzman, dont les recherches portent sur la plasticité cérébrale des personnes ayant fait un AVC.

Wurzman précise que le fonctionnement même de la tDCS n'est pas bien compris par les chercheurs. En outre, ses effets peuvent être imprévisibles. « Quand nous observons un effet dans des conditions de laboratoire, nous contrôlons parfaitement le contexte dans lequel il survient, » ajoute-t-elle. « Mais cela ne nous permet pas de prédire comment tel ou tel individu va réagir dans un autre contexte. »

L'article liste notamment quelques effets secondaires, comme les brûlures cutanées, qui elles sont relativement prévisibles. D'autres le sont beaucoup moins. Les personnes semblent réagir différemment à la stimulation cérébrale en fonction de l'activité à laquelle ils s'adonnent pendant la séance. « Lire un livre, méditer, fixer un point dans l'espace, regarder la télévision, faire des maths, dormir ou jouer à des jeux vidéo tout en étant neurosimulé, toutes ces activités pourraient provoquer des effets différents sur le cerveau. »

Même le moment de la journée durant lequel le traitement est administré pourrait avoir une influence sur ses effets. Et nous ne savons pas pourquoi.

« La variabilité individuelle est très forte, » ajoute Wurzman. « Un tiers des sujets environ inhibera la réponse à un certain type de stimulation, quand un autre tiers y réagira fortement, et que le dernier tiers montrera peu ou pas de réponse. » Cela rend les études cliniques extrêmement difficiles à mener, précise-t-elle. « On se promène en territoire inconnu. »

L'article précise que si certaines capacités cognitives peuvent être stimulées par tDCS, d'autres pourraient s'en trouver diminuées. « Les réseaux neuronaux interagissent les uns avec les autres, de telle sorte que la modification de l'activité d'un réseau peut modifier l'activité d'autres réseaux, » expliquent les auteurs. Stimuler une partie du cerveau pourrait donc « nuire à la capacité d'exécuter certaines tâches. »

« Par exemple, vous pouvez améliorer votre capacité à apprendre de nouvelles choses rapidement, mais cela risque de mettre à mal votre mémoire, ou la maitrise des connaissances ou des capacités que vous avez déjà, en fonction de la zone stimulée, » ajoutent les auteurs.

En outre, ces effets secondaires pourraient persister dans le temps. « Les amateurs de tDSC utilisent l'électrostimulation à un rythme effréné, que nous n'avons jamais étudié en laboratoire. La stimulation quotidienne durant des périodes d'un mois ou plus est fréquente. Dans ces conditions, les changements cognitifs pourraient durer au moins six mois, » précise l'article.

Vous bricolez votre propre cerveau à vos risques et périls. Même si le concept de neuroamélioration est séduisant, il serait dommage de se transformer en légume à cause d'une petite erreur de manipulation.

Les experts estiment que les amateurs d'électrostimulation DIY devraient prendre en compte ces risques avant de rudoyer leur matière grise à grands coups de décharges électriques chaque soir, dans leur garage.