FYI.

This story is over 5 years old.

Tech

Ouf, la fusée de SpaceX ne s’est pas crashée cette fois-ci

Oubliez les fusées réutilisables un moment, Falcon 9 a avant tout confirmé qu'on pouvait compter sur elle pour approvisionner l’ISS, et c’est tout ce qui compte vraiment.

Pour la première fois, une fusée qui aura fait un tour dans l'espace sera revenue dans notre atmosphère avant d'atterrir en mer. Un événement formidable pour SpaceX, et un événement qui nous rapproche du moment où l'on saura réutiliser des fusées de manière routinière.

L'atterrissage de Falcon 9 sur une barge en mer mérite, à juste titre, toute notre attention. Mais recentrons-nous sur l'essentiel : le plus important, c'est que SpaceX a mis sa capsule Dragon sur orbite avec succès afin qu'elle rejoigne la Station Spatiale Internationale. Ce sera la première fois depuis son accident en juin 2015.

Publicité

Cette mission était, à de nombreux égards, l'une des missions spatiales les plus importantes depuis mai 2012 lorsque SpaceX a ravitaillé l'ISS pour la première fois grâce à Dragon.

Si SpaceX avait échoué une nouvelle fois à joindre l'ISS, l'entreprise, ainsi que la NASA, auraient été plongées dans une situation extrêmement embarrassante. La NASA n'a plus les moyens de faire des voyages aller/retour jusqu'à l'ISS par elle-même, et une débâcle de SpaceX aurait motivé les législateurs à sanctionner la NASA, qui est déjà bien en peine de se justifier : elle n'a pas de plan B qui lui permettre d'atteindre les orbites terrestres basses à volonté.

En effet, la NASA compte laisser les orbites basses aux entreprises commerciales, tandis qu'elle se concentre sur les missions d'exploration. L'agence, et les États-Unis d'une manière générale, ont tout intérêt à s'assurer que SpaceX est un partenaire sur lequel on peut compter.

S'il y avait eu un autre crash, il n'y a aucune chance que la NASA ou le Congrès américain aient autorisé SpaceX à lancer un nouveau vol habité à destination de l'ISS.

Pas de plan B : si les États-Unis avaient perdu le partenariat avec SpaceX, la NASA aurait probablement demandé de l'aide à la Russie. Sur le long terme, elle aurait même dû repenser entièrement sa stratégie, voire modifier son système de lancement afin de programmer des vols de routine simples jusqu'à l'ISS.

Alors oui, SpaceX a fait atterrir le premier étage de sa fusée sur son navire Of Course I Still Love You. Dans quelques années, nous pourrions définir cet événement comme le début de l'ère des fusées réutilisables. Mais pour l'instant, tout le monde est soulagé que la NASA et SpaceX puissent encore travailler main dans la main.