FYI.

This story is over 5 years old.

Des designers ont imaginé une combinaison qui transforme la sueur en eau potable

Le débat sur la mode de l'espace est déjà entamé.

Une employée de musée se transforme en mannequin pour exhiber une tenue inspirée par les combinaisons spatiales. Image: Emiko Jozuka

Phoebe Bunting est parée d'une combinaison capable de la transformer en distributeur d'eau ambulant. La tenue, futuriste, est inspirée par les combinaisons utilisées lors des vols spatiaux.

« Ce vêtement n'existe pas encore. C'est un simple concept fait pour transformer la sueur et l'humidité produites par votre corps en eau potable, » explique Kamilla Sadol, l'étudiante en métiers de la mode à la Fashion Design Akademiet de Copenhague ayant créé la tenue en question.

Publicité

Elle explique que le tissu « intelligent » spéculatif dont elle parle absorbe la sueur, qui est purifiée à l'intérieur de tubes disposés tout autour de la combinaison. Ils mènent à une petite poche fixée au dos afin de récolter les liquides en question.

Phoebe Bunting porte sa combinaison qui recycle l'eau. Image: Emiko Jozuka

Phoebe Bunting porte sa combinaison qui recycle l'eau. Image: Emiko Jozuka

La tenue conçue par Bunting n'est que l'un des nombreux modèles présentés cette semaine au défilé de mode du Muséum de Science de Londres, « Couture en orbite. » Afin d'explorer les possibilités qui nous sont offertes en termes d'habillement, l'Agence spatiale européenne (ESA) s'est associée à neuf entreprises de textile et de haute technologie, et a financé cinq écoles de mode européennes afin de concevoir des combinaisons spatiales d'inspiration futuriste.

Trente-cinq employés du muséum sont montés sur le catwalk afin de défiler dans des tenues très variées. Femme vêtue d'une jupe à volants bouffante, homme drapé de tissu bleu ciel tenant sa main dans une sorte d'ampoule géante… le spectacle était surprenant.

« Notre travail est souvent très difficile à vulgariser. Parce que nous voulons attirer l'intérêt du grand public sur l'espace, et parce que tout le monde porte des vêtements, nous nous sommes dit qu'un défilé de mode était un événement pertinent pour familiariser les gens avec notre activité, » explique Rosita Suenson, responsable de la communication de l'ESA. Elle précise que l'objectif du projet était d'imaginer des vêtements « durables » qui auraient à la fois une fonction précise et un style raffiné.

Publicité

« Nous voulions absolument éviter de donner dans le défilé de costumes Star Trek, » ajoute-t-elle. »

Image: Emiko Jozuka

Sadol explique que son idée de combinaison à recyclage d'eau lui a été inspirée en partie par l'astronaute danois Andreas Mogensen, qui a travaillé sur le recyclage de l'urine dans l'espace. En outre, le corps humain produit plus de 450L de sueur chaque année.

Cette tenue est constituée d'un mélange de tissu ordinaire et de matériaux fournis par l'ESA. Par exemple, le col de la combinaison est fait d'une matière transparente habituellement utilisée sur les satellites.

Image: Emiko Jozuka

Sadol espère que les technologies appliquées à l'habillement spatial pourront trouver des applications pratiques sur Terre. Par exemple, les pays chauds connaissant régulièrement des pénuries d'eau pourraient avoir usage de ces vêtements futuristes. Fournir des vêtements multifonctionnels aux citoyens lambda était également l'objectif des étudiants du Politecnico di Milano, en Italie. Leurs vêtements en spirale, conçus avec des poches intégrées, visaient à réactualiser la culture de la restauration rapide. Les habits en question sont inspirés d'une technologie de refroidissement de l'ESA qui permet de conserver un objet à une température constante dans un environnement chaud ou froid.

L'un des modèles du Museum de Science posant pour une photo. Images: Emiko Jozuka

« Notre projet 'Food Keeper' illustre l'idée de garder de la nourriture et de l'eau sur soi en permanence, » explique Alice Laurentin, étudiante en mode à Politecnico di Milano. Avec sa camarade Isabel Cristina Martinez Wilches, elle souhaite exploiter les systèmes de refroidissement de l'ESA afin de pouvoir stocker des denrées sur soi de manière durable, sans que la nourriture ne soit gâtée par la chaleur du corps humain.

Même si tous ces vêtements farfelus ne risquent pas d'être commercialisés de sitôt, il est bon de savoir que si nous allons sur Mars, nous ne serons pas habillés comme des bonhommes Michelin.

Détente après le défilé. Image: Emiko Jozuka